z__details‎ > ‎

z_letaillan_eglis

LE guide touristique du Médoc – Patrimoine du Médoc -
l’église Saint Hilaire de Le Taillan-Médoc

église du XII ème siècle



https://youtu.be/BemgJsjwXAw

 


   




       




    



 

L’église paroissiale, dédiée à Saint Hilaire, est située au centre du village du bourg.

 

C’est un vieil édifice roman qui a subi de nombreuses transformations au cours des siècles […]

 

L’ancien bâtiment roman a totalement disparu sous les restaurations du XIXème siècle.

 

Du Moyen-Age, on conserve la tour porche carrée du XVème siècle et un fragment de peinture murale, au rez-de-chaussée de celle-ci, représentant un lion. […]

 

Le nouvel édifice fait 31 mètres de long et 15 de large. L’église a trois nefs, un transept et un chevet pentagonal. La nef est voûtée en berceaux plein cintre sur doubleaux en brique et le choeur et les bas-côtés en arêtes de brique. Une façade harmonique à trois baies est créée, correspondant aux trois nefs intérieures. L’ensemble est couronné d’un fronton triangulaire à la grecque. Le portail principal est cantonné de pilastres, des chaînes harpées sont disposées aux angles de la façade. Les 13 vitraux ont été installés en 1863.

 

Source : Le-Taillan-Médoc hier aujourd’hui / Laurence Chevallier avec la participation de Nicole Tillet.

 

 

Qui était Saint Hilaire ?

Saint Hilaire naquit à Poitiers, de parents païens, au commencement du IVème siècle. Après une éducation toute profane, il secoua par les propres forces de son génie, aidé de la grâce, le joug absurde et impur du paganisme, et reçut publiquement le baptême. Ce païen converti allait devenir l'une des plus brillantes lumières de l'Église, le marteau de l'hérésie et l'apôtre infatigable du dogme de la Sainte Trinité. La vertu d'Hilaire croissant chaque jour, on ne parlait, dans toute la province de Poitiers, que de la pureté de ses moeurs, de sa modestie, de sa charité et de son zèle.

Lorsque l'évêque de Poitiers vint à mourir, tous les fidèles le demandèrent pour pasteur. Dès lors, Hilaire entra dans la mêlée contre l'hérésie d'Arius et ne quitta pas le champ de bataille jusqu'à son dernier soupir. Ni les menaces des princes, ni la calomnie, ni l'exil, ne purent jamais ébranler son courage. Obligé de quitter son peuple, il se rend en Orient, où il devient le porte-étendard de la vérité chrétienne.

Il est enfin rendu à son troupeau, après plusieurs années d'exil; ce retour prend le caractère d'un vrai triomphe. " La Gaule tout entière, dit saint Jérôme, embrassa un héros qui revenait victorieux du combat, la palme à la main. " La ville de Poitiers surtout éclata en transports indicibles; chacun croyait avoir retrouvé son père et même sa patrie, car, durant l'absence du pontife, la patrie avait semblé à tous un douloureux exil.

Un jour, un petit enfant mourut sans baptême; sa mère, tenant le cadavre en ses bras vint se jeter aux pieds d'Hilaire et lui dit d'une voix suffoquée par les sanglots : " Rendez-moi mon fils ou rendez-le au baptême. " L'homme de Dieu, ému de la douleur de cette pauvre mère, se prosterne en prière, et bientôt l'enfant ouvre les yeux et revient à la vie.

Épuisé par ses travaux et ses fatigues, le grand athlète de la foi tomba malade ; l'heure de la récompense était venue. Une lumière éblouissante éclaira sa chambre, puis diminua insensiblement, et disparut à l'instant même de sa mort.

La France lui a voué un culte spécial, et une multitude d'églises s'honorent de l'avoir pour patron. Un historien a tracé le portrait suivant de saint Hilaire: " Il réunissait en sa personne toutes les excellentes qualités qui font les grands évêques. S'il a fait admirer sa prudence dans le gouvernement de l'Église, il y a fait éclater aussi un zèle et une fermeté apostoliques que rien ne pouvait abattre. "

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

 


 

Le Taillan Medoc



Comments