z__details‎ > ‎

z_jau_eglis

LE guide touristique du Médoc – Patrimoine du Médoc -
l’église Saint Paulin

 

XVIIIème siècle – style néo-classique

 

 




    
 

 

 

 

 

 

LA NOUVELLE ÉGLISE.

 

En 1840, le conseil municipal demanda l’étude d’un projet d’église centrale.

 

Pendant ce temps, les habitants de Loirac s’activaient. Avec l’assentiment et même le concours financier de l’archevêque, ils démolirent la vielle église et commencèrent la construction d’une nouvelle plus près des autres paroisses avec sans doute l’arrière pensée qu’elle devint succursale, c'est-à-dire l’église principale. La majorité des conseillers était de connivence. Voilà une église qui ne grevait pas trop le budget.

 

Cette construction accentua l’animosité entre les trois villages si bien que le maire et quelques habitants réclamèrent auprès des autorités religieuses et civiles :

- une seule église pour les trois paroisses

- que l’église de Loirac éventuellement fût érigée en succursale.

Ce n’était pas l’avis de certains conseillers municipaux. L’église de Loirac a été démolie sans autorisation officielle bien que une majorité du conseil municipal approuvait sa destruction en 1841.

 

Les habitants de Dignac qui représentaient environ la moitié de la population de la commune allaient montrer leur mécontentement.

 

Le curé ne parvint pas à apaiser les esprits. L’archevêque nomma un nouveau curé et fit arrêter les travaux de construction de l’église de Loirac. Il donna même son accord pour que Dignac soit érigée en paroisse indépendante. Tout fut réglé le 18 avril 1842. Le ministre de la justice et des cultes faisait de Dignac une paroisse indépendante mais toujours intégrée dans la commune de Jau.

 

Le 13 décembre 1843, l’archevêque informait le Préfet de l’achèvement des travaux :

"la construction de l’église de Loirac touche à son terme. La fabrique de Jau et Loirac en est le propriétaire"

 

Le mois d’août 1844 fut particulièrement agité ; des habitants de Loirac et, peut-être de Jau, avec le curé en tête, paraît-il, allèrent saccager l’église de Dignac.

 

Par une ordonnance du 15 avril 1846, le roi Louis-Philippe décréta que l’église de Loirac était érigée en chapelle de secours dépendante de Jau.

 

Toutes les autorités civiles et religieuses désiraient en finir avec ces querelles de clocher [que j’ai résumées].

 

Par décret du 29 mars 1851, le Centre devint le chef-lieu de la commune.

 

Par décret du 22 septembre 1851, les succursales de Jau et de Dignac furent supprimées.

 

Un décret du 21 juin 1852 supprima le titre de chapelles de secours aux églises de Jau et de Dignac. Il n’y avait plus qu’une paroisse dans la commune.

 

L’Etat, par ces décisions, suivait le voeu du Conseil Municipal qui "considérant ridicule et onéreux l’entretien de trois églises et trois presbytères souhaite qu’en centralisant ces trois petites sections, on forme la plus belle commune du canton de Saint-Vivien, et on apaise tout d’un coup tout esprit de révolte. L’église portera le nom de centrale parce qu’elle est située justement au milieu de la paroisse, que son clocher dominant les côtes de notre beau fleuve peut servir de phare aux navigateurs."

 

Cette nouvelle église fut dédiée à Saint Paulin.

 

Le 3 janvier 1854, la commission des Monuments Historiques permit la démolition des trois anciennes églises désaffectées.

 

 

Extraits d’un document non identifié adressé par la Mairie en 9/2006.

 


Jau Dignac et Loirac



Comments