l' estuaire


photo : Freya van Wageningen




Mississipi européen.

L'estuaire de la Gironde est le plus vaste et le plus propre d'Europe.

Mais il faut des trésors de persuasion pour en convaincre les touristes,

qui assimilent ses eaux aux couleurs indécises et flamboyantes à de la pollution.

Ce sont les mêmes, d'ailleurs, qui ont toujours du mal à comprendre

que lorsque le courant va vers l'Océan,

c'est que la marée descend et pas l'inverse.

C'est pour cela que seuls les autochtones ressentent vraiment ce qui se passe sur l'estuaire.

On y trouve, en vrac, des anguilles et des aloses, des ragondins

et des carrelets sur ses berges, des îles en son milieu.

Et aussi des troncs d'arbres, des filets de pêche, des poubelles en plastique,

des tondeuses à gazon, bref, tout ce qui peut tomber dedans un jour

et entame ainsi un grand voyage vers l'Océan.

Mais il reste quand même le plus propre.

Puisqu'on vous le dit.


extrait du Petit Dictionnaire Absurde et Impertinent de Bordeaux et de la Gironde


Quand on observe une carte de France, on ne peut pas manquer de remarquer cette profonde échancrure sur la Côte Atlantique, entre le Pays Charentais et le Médoc. Mer, fleuve, rivière, la Gironde est tout ça à la fois. Retenant l’influence des marées pour définir l’estuaire, on parle au 13ème siècle du fleuve Gironde devant Bordeaux ! Cette influence de l’océan explique aussi que l’estuaire prit la dénomination de mer. C'est au 18ème que l'estuaire est appelé la Rivière de Bordeaux et devient un axe de passage très fréquenté. Bordeaux devient d'ailleurs le premier port français à cette époque. Longtemps considéré comme la seule embouchure de la Garonne, l'Estuaire de la Gironde est appelé encore maintenant "La Rivière". Plus de trois mille ans que des bateaux du monde entier circulent sur les eaux de cette grande Rivière : embarcations vikings, flûtes hollandaises, frégates, corvettes, mais aussi gabares, puis cargos à vapeur, vraquiers, pétroliers… Rappelons que la Gironde est née de la rencontre au Bec d’Ambès entre Garonne et Dordogne et qu'elle est fortement soumise au flux et au reflux des marées. Cette marée remonte très en amont dans l'estuaire jusqu'à 150 km de l'embouchure. Lors des grandes marées, le phénomène du mascaret peut remonter le fleuve sur une grande distance. Il est surtout visible plus en amont, sur la Dordogne et la Garonne. Cette vague est souvent surfée par les amateurs. Soulignons qu'avec 75 Km de long et 12 de large à son embouchure, c'est l'estuaire le plus vaste d’Europe. Il constitue un milieu naturel exceptionnel. En bordure des vignobles prestigieux, ce sont des eaux limoneuses qui lui donnent cette teinte ocre clair que rythment des marées puissantes qui déplacent le limon. Ponctué de carrelets de pêche et de petits ports, d’îles que l’on découvre en bateau, en gabare, c'est un fabuleux espace pour la navigation et pour la pêche. Au fil des saisons, on y pêche la crevette blanche, l’alose, la lamproie, l’anguille et son frai, la pibale, même si leur densité a diminué au fil des ans. Mais le poisson emblématique de l’estuaire reste l’esturgeon appelé ici créa, devenu très rare au cours des dernières décennies et faisant l’objet d’un travail de réintroduction mené par des scientifiques L’Estuaire de la Gironde est une zone géographique particulière du fait de la multiplicité de ses paysages naturels, de sa mise en valeur malgré la proximité de grandes agglomérations et d’activités industrielles. C'est surtout un endroit que j'aime, comme déambuler le long de ses rives et, au premier regard, deviner si "ça monte" ou "ça descend", exercice inutile et pourtant ô combien essentiel pour moi, me procurant à chaque fois une réelle difficulté. J'ai maintenant une astuce : repérer à la surface de l'eau un objet flottant et le suivre pour voir la direction du courant, si amont ou aval. J'aime enfin la contemplation de ses lumières, de ses couleurs et de l'eau mouvante avec cette sensation de bonheur originel et de liberté, toujours renouvelée.



INCLASSABLES