z__details‎ > ‎

z_jau_egl

LE guide touristique du Médoc – Patrimoine du Médoc -
l’église Saint Paulin

 

 



   

XVIIIème siècle – style néo-classique

 

 

La commune est composée de trois paroisses, Saint Pierre de Jau,

 Saint Pierre de Dignac et Saint Romain de Loirac,

qui se réunissent vers 1840 pour former la commune actuelle.

 

 

Querelles de clochers au XIXème siècle

 

En 1840, Jau-Dignac-et-Loirac était une commune avec une église succursale à Jau et deux "églises" ou chapelles de secours à Dignac et Loirac.

 

Ce terme de "succursale" est ambigu car il signifie ici que l’église de Jau dépendait de l’Evêché mais le curé de la paroisse de Jau était le desservant, le responsable pour les trois paroisses avec un ou deux vicaires pour l’aider suivant les époques.

 

Dans les "Variétés Bordelaises" l’abbé Baurein écrivait en 1784 :

"l’église de Jau est considérée comme matrice des deux autres églises qui ne sont qu’à la distance d’un quart de lieue : savoir, Saint-Romain de Loyrac et Saint-Pierre de Dignac, qui sont annexées à l’église de Saint-Pierre de Jau et desservies par le même curé, quoiqu’il soit que vicaire perpétuel."

 

En ce qui concerne celle de Dignac, il notait :

"C’est sous l’invocation de Saint-Pierre-aux-Liens, que cette église est érigée. Elle est une des annexes de celle de Jau qui est considérée comme l’église matrice. Celle de Dignac est placée sur une espèce d’élévation qui présente une belle perspective »

 

Il mentionne également les ruines d’une chapelle à Goulée.

 

Quant à la paroisse de Loirac, il n’en parle surtout que pour disserter sur les différentes orthographes du mot et pour nous apporter des éclaircissements sur les seigneurs du lieu qui se sont succédés.

 

Si Jau, Dignac et Loirac formaient trois paroisses distinctes, on trouva logique, en 1790, de les associer pour en faire une seule commune puisque Dignac et Loirac étaient déjà sous la tutelle de Jau. Ainsi naquit Jau-Dignac-et-Loirac.

 

Pendant la période révolutionnaire, les édifices religieux restèrent à l’abandon.

 

En 1804, l’abbé Morin, curé de Jau-Dignac-et-Loirac écrivait :

"Jau a toujours été le chef-lieu de ces églises ; un vicaire faisait sa résidence à Loirac et de là portait des secours à Dignac alternativement. L’église de Loirac qui est sur une extrémité de son territoire doit être conservée comme annexe. Elle est d’ailleurs en très bon état quoique très petite.

L’église de Dignac est dégradée. Les habitants de Dignac sont à une égale distance de Jau et de Loirac. Sans inconvénient, la vendre pour employer le prix de cette vente à agrandir l’église de Jau trop petite pour la population des trois églises."

 


Extraits d’un document non identifié adressé par la Mairie en 9/2006.




z_jau_eglis     Jau Dignac et Loirac
* <script> (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga'); ga('create', 'UA-75891660-1', 'auto'); ga('send', 'pageview'); </script> *

Comments