z__details‎ > ‎

z_saumos_plus

LE guide touristique du Médoc – Patrimoine du Médoc -
l’église de Saumos

 

 

Eglise Saint Amand de Saumos, XIIème – XVIIème – XIXème siècles. Pierre.

 

Après destruction au IXème siècle par les Normands d’une ancienne église en bois, l’église actuelle aurait été édifiée en rapport avec les grands pèlerinages sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. En liaison : voie secondaire de la voie littorale, Carcans, Lacanau, déviation : Brach, Sainte-Hélène, Saumos à la Commanderie de Le Temple de Sautuges, actuellement Le Temple-de-Médoc.

 

A cette époque, une nef, son portail roman, son chevet à forme plate aux angles arrondis.

 

La façade occidentale est surmontée d’un clocher mur percé de deux baies pour les cloches, une pierre gravée porte la date 1113.

 

Le chevet : quatre colonnes demi engagées dans les pilastres plats, il ne subsiste que celle du mur sud et les deux qui encadrent l’unique fenêtre, la quatrième ayant été enlevée lors de la construction de la sacristie. Ces colonnes reposent sur des bases moulurées : leur fût de diamètre uniforme est simplement rompu au tiers de leur hauteur par un étroit décor de billettes qui devaient ceinturer le mur à l’origine ; les chapiteaux sont ornés de feuillages.

 

De la corniche il ne reste qu’un lambeau soutenu par quelques corbeaux dont les sculptures sont effacées. Les pierres de soubassement de l’église étaient décorées d’entrelacs qui sont encore visibles.

 

Portail XIIème siècle. Pierre.

L’entrée principale est située du côté du Sud et non à l’Ouest. Ce portail en plein cintre comporte des voussures ornées de motifs géométriques, feuilles encerclées ou chevrons, l’archivolte de bâtonnets et décors coquilles. Les deux chapiteaux des colonnes qui encadrent la porte et soutiennent les voussures présentent d’épaisses feuilles d’Acanthe : celui de l’Ouest est plus ancien.

Couronnant l’ensemble un fronton triangulaire repose sur une corniche à frise à damiers, soutenue par des corbeaux sculptés des têtes de bœufs et d’un personnage tenant un poisson. Le tout surmonté d’une croix celte.

 

XVIIème siècle : construction de la deuxième nef, Sainte Vierge, en forme d’appentis, charpente et lambris en bois ; sacristie – tribune (supprimée au XIXème siècle).

 

Clocher date 1731, réparations  -  les bénitiers d’époque.

 

Depuis la révolution de 1842, l’absence de prêtre et de culte ont provoqué le mauvais état de l’édifice.

 

1853  -  grandes réparations église : cloche (1856) elle porte l’inscription :

St Amand patron de la paroisse de Saumos

Osten trésorier de la fabrique

Fabricant Deyres et Fils à Bordeaux 1856.

 

1891 à 1893  -  rehaussement des murs de 50 cm en pierre d’alios, pour construction des voûtes en briques : contreforts extérieurs  -  abside arrondie détachée du chevet. Grand Autel à retable, ouvertures, percement du mur Ouest pour pose de la porte cloutée.

 

Pose des vitraux de Pierre Gustave Dagrand peintre verrier de Bordeaux, élève de Maître Joseph Villet à Bordeaux.

 

Deux colonnes massives séparent le collatéral et la nef ; elles reçoivent les arcs des trois travées et des arêtes des voûtes.

 

1949 à 1975  -  pendant le ministère de l’Abbé Chantrenne, en 1954, l’Autel de la Sainte Vierge, actuel, don des soeurs dominicaines de Bordeaux.

 

1966 à 1972  -  réfection des voûtes de la Sainte Vierge ; charpente, toiture. Maître Autel transformé pour officier face à l’assemblée.

 

Chaire offerte par le prêtre de Cenon. Réalisation de la tribune.

 

1988  -  la croix du clocher : refaite et posée.

 

1995  -  réfection des voûtes de la grande nef : trois travées sur lattis.

 

C’était une église séculière d’après l’abbé Baurein donc ne dépendant pas d’un ordre religieux, mais directement de l’Archevêque.

 

Commentaires aimablement communiqués par Régine Lagueyte.



 

z_saumos_eglise     Saumos






Comments