LE guide touristique du Médoc – Patrimoine du Médoc


le Château La Gurgue à Margaux

 

    

Les vignes du château Lagurgue faisaient autrefois partie du prieuré de la paroisse de Margaux et en sont détachées en 1791, lors de leur vente comme bien national. Elles sont achetées par le banquier Peixotto, propriétaire de Lagurgue. La famille Lanoire en devient propriétaire en 1825 : Joseph Lanoire fait reconstruire un château (ce sont ses initiales entrelacées JL qui sont inscrites sur la façade) et est à l'initiative, entre 1860 et 1875, de nombreux travaux comme l'indiquent les matrices cadastrales. Édouard Guillon donne une description de la demeure reconstruite en 1866 : "c'est une grande maison, de forme à peu près carrée et couverte d'une toiture en ardoises, d'où s'échappe le sommet d'une tour crénelée qui sert dans l'intérieur d'escalier. Ce château bâti récemment par M. Lanoire, est précédé d'un joli jardin, fermé par une grille". En revanche, Gustave de Galard en donne une représentation lithographiée très différente dans son Album vignicole de 1835 : on y voit une maison entourée d'un parc et surplombant une pièce d'eau où vogue une petite embarcation à voile. Sur la terrasse ménagée devant le château se trouvent un kiosque et un bâtiment ouvert de grandes baies vitrées qui pourrait être une orangerie. S'agit-il d'une maison qui aurait précédé l'actuel château ? Elle n'apparaît pas à cet emplacement sur le cadastre de 1826 et les matrices cadastrales n'indiquent pas de construction nouvelle sur cette parcelle ; en revanche, des vestiges de pièces d'eau sont encore conservés dans le parc. De cet ensemble dépendaient des cuviers et des logements ; on remarque notamment un bâtiment présentant sur son mur nord d'anciennes baies de décharge. Les propriétaires actuels ont également acquis des bâtiments voisins et réaménagent l'ensemble depuis 2012 avec l'architecte Fabien Pédelaborde.

Le logis est situé à distance de la route, sa façade principale donnant au sud. Il est composé d'un corps principal rectangulaire prolongé sur sa façade postérieure par deux ailes en retour et doté d'une tour d'escalier polygonale hors-œuvre ornée dans sa partie supérieure de faux mâchicoulis et de créneaux. La façade principale est organisée selon cinq travées, la travée centrale étant encadrée de deux chaînes traitées en bossage en table, dotée d'un balconnet porté par deux consoles sculptées, le tout couronné par un fronton triangulaire à modillons et horloge. Une corniche à modillons et denticules court également sur l'ensemble du logis. Le parement est soigné avec, entre chaque baie, des tables affleurées en pierre de taille moulurée et des bandeaux composés d'une succession de glyphes. Chaque linteau de baie est également sculpté de rinceaux avec une clé ornée de motifs végétaux. Au-dessus de la porte principale, un cartouche est orné des lettres entrelacées JL. La façade postérieure est composée des deux ailes en retour, coiffées de toits à longs pans à croupe, et au centre d'une tour polygonale à quatre niveaux. Cette façade enduite est traitée de manière beaucoup plus modeste avec pour simple décor un bandeau continu séparant rez-de-chaussée et étage carré. Les baies sont aveugles. Les angles du rez-de-chaussée sont occupés par deux petits massifs greffés. Les façades latérales sont composées de quatre travées de fenêtres présentant un décor tout aussi soigné que celui de la façade principale. Au sud-ouest du château, un ancien bâtiment abritait probablement le cuvier (baies de décharge) et le chai à barriques. Un vaste cuvier et un nouveau bâtiment d'accueil sont situés à l'ouest du château. L'ensemble est en cours de transformation et d'aménagement. A l'est se déployait un vaste parc, dont certains éléments sont conservés : une pièce d'eau avec île artificielle (?), une fontaine. 

Source : Châteaux de France


http://www.lagurgue.com/
Margaux
Cantenac