Groupe Hotton

Le Groupe Hotton – Couvin et sa région,


hotton


En juillet 1943, en accord avec le Ministère de la Défense Nationale Belge à Londres, le S.O.E (Special Operations Executive) proposa de créer une mission de sabotage dite « de harcèlement militaire » qui reçut le nom de code «Hoton». Comme ce nom n’était guère écrit, il donna lieu à une variété de formes : Oton, Othon puis Hotton, comme le village. Malgré l’erreur, cette dernière appellation prévalut. Associés à cette mission, ils prendront alors le nom de Groupe D de Sabotage Hotton. Le S.O.E fut créé en juillet 1940 par Winston Churchill pour tenter de contrer également les nazis par la guerre secrète. Cet organe était chargé de susciter et de développer la subversion, le sabotage et la guérilla dans les pays occupés. Fin 1943, le Groupe D se réfugie en Thiérache (région autour de Chimay) et fonde le maquis de Chimay-Mariembourg qui s’installera à différents endroits dans la région, pour finir à Brûly-de-Pesche. Les Allemands ont appelé cette fédération « Sabotage Und Widerstandgruppe Franckson »(Groupe de sabotage et de résistance Franckson). Le Groupe D mène une active campagne de sabotages, d’opérations de guérillas et d’attentats contre les Allemands et ses polices secrètes, principalement en Thiérache et dans la région de Namur.

Début 1944, la direction de la mission Hotton sera confiée à Albéric Maistriau, ingénieur civil et Agent du Service Clarence, qui portera alors le nom de code « Hotton ». Il appliqua une méthode plus incisive que ses prédécesseurs, ralliant systématiquement et le plus rapidement possible des groupes existants déjà rompus aux opérations de sabotage et capables de s’intégrer dans un plan d’ensemble de harcèlement. Il y réussit en quelques semaines et put ainsi disposer d’équipes à Morlanwelz, dans la région de Chimay-Mariembourg, à Ottignies, Fosses, Éghezée,Namur,  Melreux,  Vielsalm,  Liège  et  Bruxelles totalisant environ 350 résistants.

La mission fut épaulée au printemps 1944 par le parachutage en Belgique des 3 agents dits du « TEA Squad » de Londres. Ceux-ci devaient commencer des sabotages individuels, prendre contact avec le responsable du futur service ainsi qu’avec le réseau-radio de l’Armée Secrète et prospecter les possibilités de recrutement d’équipes locales. Bien que rattaché au Quartier Général de l'Armée Secrète, le Service Hotton agissait indépendamment de celle-ci et dépendait directement du Ministère de la Défense Nationale à Londres.

Marcel Franckson père, conseiller d’organisation du Service, est arrêté au château de Seron à Forville, ainsi que 4 de ses adjoints du Nord-Namurois, le 27 mai 1944. Il sera déporté à Buchenwald où il décédera le 7 janvier 1945.

Le Groupe D totalise 32 mois d’actions accomplies par 250 hommes et femmes. En plus de ceux morts au combat, 3 d’entre eux seront fusillés et 5 seront déportés.

Groupe Hotton – historique


 « Sabotage Und Widerstandgruppe Franckson »


juillet 1943 : création du groupe de sabotage « Hotton » par le S.O.E. - le groupe est formé à Bruxelles par Albéric Maistriaux et Marcel Franckson père

Octobre 1943 , le groupe se fixe

1. Bois de Bourlers (Haute Grange)

2. Haute Nimelette

3. Château Goffin (fin 43)

Fin 1943, le Groupe D se réfugie en Thiérache (région autour de Chimay) et fonde le maquis de Chimay-Mariembourg qui s’installera à différents endroits dans la région, pour finir à Brûly-de-Pesche. 

Janvier 1944 : défense du camp du Gros Fau

Février 1944 : rafle des Rièzes - les maquisards se réfugient dans les bois de Baillièvre puis Virelle au Walestru

6 juillet 1944 : arrivée au lieu dit « Taille Gilbert » à Brûly de Pesche

3 septembre : Libération


Autres camps belges de la région


Senzeilles: maquis

Oignies : maquis des Alises

Nismes : Regniessart

Revin : camp des Manises


Le chef du groupe de Mariembourg

Célestin Evrard, alias Strangler1, est né le 13 novembre 1923 à Vedrin et décédé le 23 octobre 2012 à Champion, Figure marquante de la Résistance locale,

Membre de l'Armée Secrète Belge et Agent du Groupe D du Service Hotton de la 2e Direction du MDN2 à Londres. Il est le Chef de la Section Chimay/Mariembourg. Il participe à de hauts faits de résistance armée dans la région namuroise. Arrêté le 10 mai 1944 à l'Auberge des Collets à Wépion par la "Geheime Feldpolizei, il est Incarcéré dans les prisons de Namur et de Charleroi, puis est ensuite interné, jusqu'à la libération par les troupes françaises, dans le camp disciplinaire (Straflager) de Betzingen/Reutlingen en Allemagne.

Le Service Hotton ayant reçu l’ordre du MDN de Londres, il fut chargé, ainsi qu’un autre agent, d’éliminer les gestapistes, de la SIPO (Sicherheitspolizei – Police secrète formée de SS) d’Anvers, venus prêter main forte aux rexistes de Namur pour l’assassinat de François Bovesse. L’interception de ceux-ci eut lieu le 6 mai 1944 dans la maison particulière où ils logeaient, au numéro 12 de la rue du Belvédère à Salzinnes. Après un échange de tir au pistolet la mission se solda par la mort des 2 gestapistes. Un troisième membre de la SIPO qui les accompagnait fut lui grièvement blessé.