Tablettes de Thoth


 
  Je suis THOTH, l’Atlante, maître des mystères, gardien de la Mémoire ancestrale, Roi, Sage et Mage. Je suis celui qui survit d’une génération à l’autre et qui s’apprête à entrer dans la Chambre de l’Amenti pour guider ceux qui me suivront dans les souvenirs de la grande Atlantide.

Ainsi, commence l’un des textes hermétiques les plus mystérieux qui soient...

Il nous indique dès le début une origine et une filiation identique à celles de la plus haute tradition orientale, révélée par les écrits de H.P. Blavatsky, elle-même inspirée et sous l’autorité de ses instructeurs Tibétains, et qui font remontés leurs enseignements aux fameuses Stances de Dzyan, l’Atlante...

Difficile pour un esprit occidental, corseté dans un corpus de savoir étriqué lui donnant pour toute amplitude de l’humanité, que les derniers 6000 ans d’histoire très parcellaire écoulés. Difficile pour cet esprit former à croire que l’homme descend du singe, et que ses ancêtres n’étaient que des cavernicoles velus tirant leurs compagnes par leur tignasse qu’avant même qu’ils ne sortent de leur état de sauvage à l’allure simiesque, il existait une brillante civilisation dont le niveau de développement était si élevé que nous sommes encore loin de pouvoir prétendre l’égaler.

Cette civilisation, que l’obscurantisme religieux tente depuis deux millénaires d’occulter, est bien celle que signale l’illustre Platon. La Nature qui agit avec une sagesse et une prudence parfaite fait toujours cohabiter pendant une plus ou moins longue période, ce qui doit disparaître avec ce qui émerge. C’est ainsi que la Connaissance se transmet sans craindre les humeurs caractérielles qui sont le propre des barbares incultes composant les civilisations naissantes. Les grands sages Atlantes ne pouvaient pas, compte tenu de leur niveau de responsabilité collective, ne pas transmettre à cette civilisation larvaire qu’ils avaient la possibilité d’instruire, les plus précieux Enseignements qui étaient au coeur de leur civilisation et à l’origine de son prestigieux développement. C’est pour cette raison, que toutes les grandes traditions, quelque soit sa situation géographique, font remonter la source de leur ontologie à ces dieux qui à une certaine époque, régnaient encore sur cette terre, nos illustres prédécesseurs les Atlantes.

Véritable traité d’alchimie spirituelle, les révélations que contiennent ces énigmatiques Tablettes de Thoth l’Atlante, ne seront jamais accessibles par une lecture désinvolte, frivole ou superficielle.

Pour le profane inculte et paresseux, elles seront sans intérêt, ce qui n’est que la meilleure façon d’en préserver les secrets ainsi que les pouvoirs de Haute Magie, qu’elles confèrent à ceux qui font l’effort de soulever les voiles des préjugés, des certitudes raisonneuses stériles, de l’incrédulité dogmatique et des convictions reposant sur des postulats non éprouvés.

De nombreuses lectures sont nécessaires pour parvenir à l’essence de l’enseignement subtil que contiennent ces extraordinaires Tablettes d’Émeraude. Thoth, le dieu de la connaissance, de l’écriture et de la sagesse, dans l’ancienne Égypte, en serait l’auteur ; comme il serait l’auteur du Corpus Hermeticum sous la signature d’Hermès Trismégiste, ou encore du fameux livre d’Enoch, et des fameuses lames du livre qui lui est attribué et connu par le monde vulgaire sous le nom cabbalistique de TAROT.

Pour ceux qui prendront la peine de méditer lentement et avec grande industrie, les richesses inouïes que renferme ce texte, ils découvriront rapidement que d’une part, cela nécessite un long travail sur chaque élément de cet enseignement, et que d’autre part, ces Tablettes parlent davantage à la faculté intuitive de l’âme-de-vie qu’à l’intellect raisonneur. Sa puissance et sa force se communiquent par induction au lecteur qui comprend qu’il convient de ne faire qu’un, avec chaque chapitre et chaque trope de ce texte.

La tâche est difficile, pour vous y aider, je vous propose le décryptage d’une partie de ce texte, par mes petits commentaires qui n’ont pas la prétention d’en épuiser le sujet, la réflexion et la nécessaire méditation que doit faire l’effort d’apporter celui qui cherche sincèrement la vérité.


Sous-pages (1) : L'histoire de Thoth, l'Atlante