Born In Chains

C’est une transposition personnelle mais pas vraiment profane des aventures de Moïse traversant la mer rouge que chante ici Léonard Cohen, avec ce curieux mélange de mysticisme et de réalisme dont il est coutumier. Le texte est celui d’un poème du dernier recueil de Léonard Cohen, ‘Poems and songs’, qu’il a chanté pour la première fois en 2010.

Né Enchaîné

En chaînes je suis né

Mais hors d’Egypte j’ai été guidé

Un fardeau sur mon dos mais

Le fardeau fut allégé

Seigneur, je n’ peux plus garder ce secret

Béni est le Nom

Le Nom soit loué

Je fuis jusqu’au bord

De la Grande Mer d’Affliction

Poursuivi par les sbires

D’un régime sombre et cruel

Les eaux s’écartèrent, et mon âme put les franchir

Hors d’Egypte

Hors du rêve du Pharaon

Mot des Mots

Mesure de toutes les mesures

Béni est le Nom

Le Nom soit loué

Ecrit sur mon cœur

En lettres ardentes

J’ n’en sais pas plus

Je n’ peux pas lire le reste

C’était le chômage où que j’aille

Quand tu m’as offert un travail

Bien que je t’aie suivi de très près

Ma vie n’a pas changé

Puis tu m’as montré pourquoi

Le monde est blessé

Mes yeux se sont ouverts

Brisé fut le Nom

J’étais seul sur la route

Ton Amour si déroutant

Et tous les prêcheurs me dirent

Qu’il faillait m’en prendre à moi

Mais, sous l’emprise de l’Illusion Sensuelle

La douce ignorance

Unifia le Nom

On dit que l’âme fleurit

Dans l’antichambre de son désir

Et l’amère liqueur s’adoucit

Dans la coupe incrustée

Mais les échelles de la nuit sont tombées

Et l’obscurité

Pour hausser le désir

Mot des Mots

Mesure de toutes les mesures

Béni est le Nom

Le Nom soit loué

Ecrit sur mon cœur

En lettres ardentes

J’ n’en sais pas plus

Je n’ peux pas lire le reste

(Traduction - Adaptation : Polyphrène)