Radio Air Libre

Ce dossier, réalisé en 1986 par les animateurs de Radio Air Libre (et dont j’ai coordonné la rédaction de plusieurs textes), rend bien l’ambiance de l’époque.

Ne vous fiez pas aux adresses et fréquences mentionnées dans divers documents : elles ont changé au fil des ans. Etablie place Fernand Cock à Ixelles, la radio a ensuite déménagé vers la chaussée d’Alsemberg, puis vers la bien nommée rue Marconi, pour retourner à la chaussée d’Alsemberg.

 

Les deux premiers chapitres du sommaire sont repris ci-dessous, les autres dans les pages suivantes.

 

http://www.facebook.com/photo.php?fbid=3897746676870&set=oa.10150975801470950&type=1&theater

 
Dossier : RADIO AIR LIBRE (avril 1986)
 
Sommaire :
- Une voix différente dans la jungle des ondes
- Les spécificités d'une radio communautaire
- La grille horaire : présentation des émissions
- Communiqués de presse, droit de réponse et autres articles
- Un coup d'oeil au passé ...
- Documents de reconnaissance et octroi de fréquence
 

1. RADIO AIR LIBRE : UNE VOIX DIFFÉRENTE DANS LA JUNGLE DES ONDES

 

A l'opposé des radios librement compromises, Radio Air Libre est, depuis 1980, une radio libre, non commerciale et autonome. Une radio progressiste qui se donne les moyens de faire surgir la réalité quotidienne des individus, leur vie intérieure, leur parole, leur questionnement. Une radio subversive, ouverte à la vie, à l'interrogation et à la réflexion, destinée à tous ceux et celles qui sont intéressés par une approche du monde qui soit critique, démystificatrice et, en même temps, créatrice.

En cela, elle est une voix différente dans la jungle des ondes.

Radio Air Libre choisit de donner la parole à ceux et celle qui ne l'ont généralement pas -ou trop peu- dans les médias traditionnels et commerciaux. 

 

L'indépendance. Radio Air Libre n'est inféodée à aucun sponsor, à aucun parti politique, à aucune organisation.

Nous refusons de donner un pouvoir -sous forme de droite de censure ou de publicité- à des individus ou à des groupes, quelle que soit leur coopération financière et active.

 

Le financement. Au départ, Radio Air Libre est financée par ses membres fondateurs et par une série de souscripteurs qui soutiennent ainsi une conception de la radio.

Le fonctionnement est assuré par les animateurs qui paient une cotisation mensuelle (250 Frs à 1000 Frs/mois) et par le soutien des auditeurs.

En pratique, la radio fonctionne avec un budget mensuel d'environ 25000 Frs, couvrant les frais de loyer, de gaz, d'électricité, de téléphone, etc...

 

L'ouverture. Radio Air Libre est un collectif ouvert, dépassant le rôle traditionnel des médias pour devenir un réseau où se rencontrent les groupes et les individus, où circulent des informations liées à des expériences de vie et de travail.

 

Information/contre-information. En interpellant les gens dans leur vie quotidienne, en les interrogeant sur leurs problèmes, en tentant de démonter des situations qui sont toujours présentées comme des états de fait, des évidences irrévocables, Radio Air Libre veut développer une contre-information politique, sociale et culturelle.

C'est dans le but de prendre l'information là où elle se trouve et de faciliter l'accès à l'information que Radio Air Libre souhaite travailler en collaboration avec le plus de relais sociaux possible, relais qui tiendront la radio au courant des activités et des évènements qui les concernent.

Cette fonction de contre-information est remplie par des émissions comme les magazines quotidiens (de 17 à 19 h), une tranche horaire ouverte à l'actualité sociale, culturelle et politique, où l'information directe et vivante est prévilégiée : des interviews, des invités, l'utilisation optimale du téléphone, des reportages; ainsi que par des émissions ancrées dans des publics spécifiques pour mieux amplifier leur voix.

 

La musique. La musique est porteuse, elle aussi, de significations, liée comme les mots qu'on emploie à des habitudes culturelles. En accord avec l'esprit progressiste du projet, Radio Air Libre n'est pas un appareil de distribution de rengaines prémâchées, elle privilégie la musique qui n'a pas été construite de toute pièce en vue d'intérêts commerciaux. L'enjeu consiste ici, comme pour l'information, à faire surgir ce qui se cache derrière un label de neutralité musicale.

 

La technique. Techniquement, la radio dispose d'un matériel qui permet une mise en forme créative et une grande mobilité dans la recherche de l'information (possibilités d'enquêtes, de montages, de communications téléphoniques, etc. ...).

 

L'intention. En résumé : démontage et démythification d'un côté, de l'autre, création et découverte.

Tout un programme ... dans une intension : décloisonner, mettre en connexion des genres d'expériences, de pensées et de musiques qui sont généralement séparés, de façon à res(t)ituer les faits de la vie dans leur complexité, leur articulation, leur dynamique. Désir de parvenir à une cohérence éthique qui s'appuierait à la fois sur la parole, la musique, le ton et la qualité technique de la radio, cohérence résultant d'un groupe de travail enrichi par la personnalité de chaque individu.

 

L'animateur. Pour réaliser cela, l'animateur de Radio Air Libre servira de lien, partant du public pour retourner au public. L'animateur n'est pas seulement celui qui aide à la réalisation d'une émission en s'occupant de la technique ou en parlant au micro. C'est aussi celui qui va s'informer d'un évènement sur le terrain, celui qui s'occupe des tâches de gestion nécessaires au fonctionnement de la radio, celui qui apporte la coopération financière dont Radio Air Libre a besoin pour vivre.

 

La gestion. L'animateur qui s'impliquera au plan du financement, de la gestion et des émissions pourra faire partie du conseil de gestion, mais il ne sera pas propriétaire d'une heure d'émission.

 

La grille horaire. La grille horaire est un cocktail coloré, un rien explosif, un mélange d'émissions pacifistes, écolo, roses, féministes, de rockers, de punks, d'Arabes, de Portugais, d'émissions de politique fiction et d'informations politiques, émissions de quartier ou en direct des prisons, et encore des histoires, du jazz, de la chanson française, du radio-art ... le tout à agiter avant l'emploi.

 

2. RADIO AIR LIBRE : LES SPECIFICITES D'UNE RADIO COMMUNAUTAIRE

 

Plusieurs aspects du travail réalisé par Radio Air Libre marquent et expliquent la spécificité de la station.

Le principal de ce travail se situe au niveau du langage radiophonique et de l'utilisation de la radio comme moyen d'expression et d'éducation permanente.

 

Aspect créatif qui se signale par la recherche au point de vue de la mise en ondes : il est évident que si nous parlons d'autres sujets que les autres médias, il faut aussi en parler autrement.

 

Aspect éducatif, qui va au delà d'un simple côté relationnel. Il faut donner à chacun l'occasion d'apprendre à utiliser la radio. Ceci demande un effort des gens qui conçoivent la radio dans ce but : une radio-école où l'apprentissage se fait par la pratique; et un effort des auditeurs actifs pour oser prendre la parole, avec ce que cela représente de difficultés pour des gens qui n'ont pas nécessairement eu la chance de faire des études : strucuturation de la pensée, apprendre comment faire "passer" ses idées en radio, ...

Nous en donnons 2 exemples, tirés de l'expérience de l'émission "Passe Murailles" :

- le prisonnier qui apprend à (mieux) écrire, afin de participer à l'émission depuis sa cellule (certains arrivent à une qualité d'écriture radiophonique absolument remarquable);

- une maman marocaine qui vient au studio, amenée par un de ses enfants, pour faire un message à son fils en prison.

D'autres exemples peuvent être pris dans d'autres émissions. Ils prouvent que la radio peut se passer de spécialistes, à condition qu'on conçoive la radio, le matériel (micros, ...) et la parole, non comme un pouvoir, mais comme des outils que ceux qui , au départ, sont défavorisés dans ce domaine, peuvent s'approprier.

 

Les animateurs "permanents" de Radio Air Libre ont, eux aussi, du apprendre. Et leur(s) vision(s) de la radio est évolutive, car la radio elle-même est un processus qui se crée chaque jour, à mesure qu'on s'interroge sur le rôle de la radio (à quoi elle sert, comment s'en servir, etc.).

 

Accepter la prise de parole, cela signifie également accepter de servir de lien entre les membres de différentes communautés et ce, e.a., en admettant qu'elles s'expriment dans leur langue d'origine. De ce fait, la radio se revendique comme multilingue, de même que les opinions exprimées seront multiples.

 

Cette philosophie de la radio entraîne également l'utilisation de la radio par divers associations ou groupes sociaux ou culturels :

- au point de vue culturel, la radio apporte son soutien au travail d'associations tels "Les lundis d'Hortense", "La Soupape", "MAM", etc., ainsi qu'à divers groupes, associations musicales ou petits labels étrangers, qui prennent contact avec nous;

- au point de vue social et politique, citons le travail en commun avec plusieurs groupes d'opinion, des centres de documentation, etc., ainsi qu'avec les associations dont nous diffusons régulièrement ou ponctuellement les informations.

 

 

L'évolution des diverses radios bruxelloises (publiques, locales ou privées) fait que Radio Air Libre reste la seule radio sur Bruxelles à être réellement indépendante par rapport aux différents pouvoirs, qu'ils soient politiques (partis, groupes de pression habituels) ou de l'argent (publicité, groupes de presse subsidiés par l'Etat). Ce qui n'empêche pas la défense de certaines idées d'ordre politique, social, etc..

 

Radio Air Libre reste une des seules radios en Belgique à être financée exclusivement par ses animateurs et ses auditeurs. Le fait est tellement rare, qu'il mérite d'être signalé.

 

 

Un autre aspect de la spécificité de Radio Air Libre se marque dans les choix musicaux. Nous pouvons souscrire entièrement aux idées défendues par Julos Beaucarne dans son texte "Pour un front de libération de l'oreille" (ce document a été édité par le Conseil de la Musique à l'occasion de la fin de l'année de la musique). Il y est dit, e.a.: "Celui qui s'étonne de la montée du racisme n'a qu'à se brancher sur une radio officielle, il comprendra tout de suite que le choix musical n'est pas multidimensionnel, il entendra toujours le même son et les mêmes chanteurs (...).", "A la radio, il y a peu d'aventuriers, peu de femmes et d'hommes Saumons qui remonteraient le courant en proposant d'autres styles de musique : partout le même prêt à écouter musical, le même uniforme sonore.". En diffusant des musiques et des sons différents, en consacrant des émissions à des genres musicaux spécifiques (punk, heavy metal, chanson française, ...), Radio Air Libre pense pouvoir rencontrer le désir exprimé par tous les Julos. En musique aussi, la radio peut avoir un rôle éducatif, sans vouloir faire la leçon à personne, simplement en apprenant aux auditeurs à ouvrir leurs oreilles. "Je rêve d'un padagogue musical qui lance ses élèves sur des pistes diverses, qui leur fait entendre toutes sortes de musique, mais d'abord la musique de leur poumon, la musique de leur propre voix. Un pédagogue qui tenterait d'éveiller des musiciens multidimensionnels à la mesure de la planète et de l'univers et non des mandarins et des gens de carte, un pédagogue qui ferait éclater les limites de la musique, car tout est musique. (...) Si la musique ne nous sert pas à aller plus loin en nous même, si la musique ne nous fait pas gagner du temps, si la musique n'affine pas notre oreille, si la musique ne nous apporte pas des milliards d'informations qui font que nous sommes différents après l'avoir écoutée, alors elle ne sert à rien, 'elle sert tout juste à décorer le silence' ...".

 

 

Enfin, le retentissement que connaît Radio Air Libre dans les milieux qui s'intéressent à la radio, et particulièrement aux nouveaux langages radiophoniques, tant en Belgique qu'à l'étranger, mérite également d'être signalé. Radio Air Libre est connue partout dans le monde, que ce soit par rapport à sa démarche globale (qui en font l'exemple belge de la radio "communautaire" ou "d'expression"), ou à la spécifité de certaines de ses émissions (séquence "Radio Network", "Passe-Murailles", ...).

 

Au niveau belge, Radio Air Libre a toujours été une radio fort active au sein de l'A.L.O. (Association pour la Libération des Ondes). Au niveau européen, elle est en contact avec le réseau informel des radios d'expression. Au niveau international, les radios d'expression sont regroupées au sein de l'AMARC (Assemblée mondiale des Artisants de Radios de type Communautaire).

 

Des échanges de programmes et d'animateurs sont organisés régulièrement, principalement avec nos homologues du Québec (e.a. par le biais de l'association Québec-Wallonie-Bruxelles).

 

 

 

 

 

 

Notes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(2011) Aujourd'hui, c'est en euros, mais le principe est le même et les montants proportionnellement aussi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(2011) Voir : http://www.promotiondeslettres.cfwb.be/index.php?id=frontdeliberationdeloreillebeauc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(2011) Peu après, des animateurs de Radio Air Libre participeront à la création de la FERL (Fédération européenne des Radios libres).

Et en 1988 à la transformation de l'Association mondiale des Radios communautaires en association internationale.