Bourgogne‎ > ‎

SEMUR EN BRIONNAIS Saint Hilaire




























La collégiale Saint-Hilaire est une collégiale romane du XIIe siècle de Semur-en-Brionnais en Saône-et-Loire.

Elle est la dernière église romane construite dans le Brionnais et son architecture s'en ressent en mariant habilement le style roman du Brionnais et celui de la 3ème abbatiale de Cluny.
L’édifice, construit en deux étapes au cours du 12e siècle, est remarquable par son architecture originale ainsi que par ses décorations abondantes.
La plus ancienne est la partie orientale, des années 1125-1130, se composant d’un transept sous une belle coupole-lanterne, d’une travée de chœur avec pilastres décorés, d’une abside à arcatures et de deux absidioles.
L’ensemble du chevet est très harmonieux avec ses trois pignons surélevés de croisillons et du chœur, et son beau clocher octogonal surmontant la croisée, dont l’étage supérieur avec ses colonnettes et archivoltes est postérieur de plusieurs décennies.
La haute nef de l’église a été construite dans la deuxième moitié du 12e siècle dans un style tardif directement inspiré par la grande abbatiale de Cluny.
Les quatre travées sont élevées sur trois étages : un élégant triforium à six arcatures sur colonnettes sépare les grandes arcades de profil brisé et les fenêtres hautes éclairent directement l’espace.
Les autres éléments sont les pilastres cannelés des piliers cruciformes, le profil brisé des arcs et surtout la magnifique tribune en encorbellement dans le mur ouest.
Les nombreux chapiteaux de l’église sont modestement décorés de feuillages.
Les trois beaux portails de la nef illustrent la décoration abondante de la fin de l’époque romane. Le portail nord est richement décoré de motifs végétaux tandis que le portail sud montre un tympan avec une simple croix potencée.
C'est surtout le grand portail de la façade ouest qui est intéressant, en représentant l’un des derniers souffles de la sculpture romane en Bourgogne. Le tympan montre l’un des derniers Christ en majesté romans, d’une facture parfois contestée, un peu lourde, tandis que le linteau original montre la légende de l'évêque saint Hilaire au concile de Séleucie.

A l’extérieur les baies des deux étages de la nef sont allégées de colonnettes à chapiteaux feuillus et d’une voussure torique. Les baies des trois pignons du transept et du chœur sont des oculi à double voussure qui s’inscrivent dans de doubles arcatures murales. L’abside centrale est décorée de deux contreforts-pilastres avec chapiteaux feuillus et d’une corniche avec arcatures. Sous les corniches de la nef et du chevet sont à découvrir des modillons sculptés de chouettes, de têtes et mains humaines ou de motifs géométriques.

























Comments