Accueil‎ > ‎E‎ > ‎

Esclave



Etymologie de esclave.


Rédaction en cours 

L'esclavon, et le quai des esclavons de Venise.

Au moyen âge (vers l'an 1100) dans les langues latino-occidentales, le mot "esclave" ou "slave" se substitue au latin "servus" pour désigner les travailleurs privés de liberté. Ce trafic se tarit vers l'an 1100 du fait de la christianisation des Slaves.

       Mais vos faria de socors [1]                            Vous donnererait plus de secours,
       En Archimbautz, s'ops vos avia,                    le seigneur d'Archambaud,  si besoin vous était
       Qu'el reis Esclaus ni'l reis d'Ongria.              que le roi Esclavon et le roi de Hongrie.

A
Athènes, (vers –450) le maniement de l'argent est considéré comme indigne d'un homme libre. Les banquiers sont d'anciens esclaves affranchis ou des étrangers résidants employant des employés esclaves: les trapézistes
Euripide[2] dira : "Vous les grecs, homme libres ou esclaves, êtes sous l'égide des mêmes lois concernant les homicides"


Le "serf",  homme non libre,  est différent de l'esclave en ce qu'il est attaché à la terre et non à une personne,  est issu de l'impératif de servir[3] :
       "serf e crei le Rei omnipotente" (Roland vers 3599)

En grec "andrapodov" ("ανδραποδον") est un prisonnier de guerre vendu comme esclave et un "oikétès" ("οικετες") est un esclave attaché à la maison, un domestique [4].




[1]        Lexique Roman ou dictionnaire de la langue des Troubadours. Par M Raynouard. Paris Chez Sylvestre, 1838.Tome I, Le roman de Flamenca. Page 1.

[2]        Pièce de théâtre "Hécube"

[3]        Dictionnaire de la langue Françoise. Curne de Sainte Palaye. Tome 9,  page 400, colonne I

[4]        Traité élémentaire des synonymes Grecs. Méréric Dufour. Librairie Armand Colin 1910. Page  80. Paragraphe 335-336

Comments