TP : différences paramécie/huitre

Objectif : comparer L’organisation d’un organisme unicellulaire aquatique la paramécie et un organisme pluricellulaire aquatique, l’huitre.

Matériel : · eau croupie avec des herbes· huîtres· colorant : bleu de méthylène· lame/lamelle/microscope

Protocole 1 : Observation des paramécies

Déposer une goutte d’eau croupie entre lame et lamelle avec une goutte de bleu de méthylène, rechercher les organismes mobiles, ce sont des paramécies, vous pouvez aussi voir des bactéries (bâtonnets)


Document 1 Qu'est-ce qu'une paramécie exactement ? La paramécie, Paramecium, est un protozoaire cilié (portant des cils vibratiles) qui vit en eau douce, dans les mares et les étangs.Cet organisme ne compte qu'une cellule. La paramécie mesure entre 50 et 300 µm de long ; elle utilise ses cils pour se déplacer et se nourrir. Une des paramécies les plus étudiées en biologie est Paramecium caudatum, organisme modèle pour les ciliés.Les milliers de cils qui recouvrent la paramécie battent de manière synchronisée pour permettre les déplacements. Les cils oraux se trouvent au niveau d'une invagination ventrale en forme d'entonnoir, le péristome, qui conduit au cytostome (la bouche).La paramécie se nourrit de bactéries par phagocytose. Les vacuoles nutritives s'associent à des lysosomes et suivent un trajet en boucle allant de l'extrémité antérieure à l'extrémité postérieure, où les restes non digérés sont évacués.

Protocole 2 : Observation d’une huitre

1. Ouvrir l’huitre, enlever le manteau supérieur à l’aide d’un ciseau,

2. Prendre une photo de votre huitre et la légender en suivant les indications du dessin ci-dessus.

3. Prélever un bout du bord du manteau dans la partie notée X, la monter entre lame et lamelle dans une goutte d’eau de mer.

4. Observer au microscope le bord du manteau avec les cils vibratiles


Document 2 : le mode de l’huitreL’huître est un mollusque bivalve, c’est-à-dire un animal emprisonné entre deux valves calcaires aussi dures que sa chair est "molle", qu’il peut à peine entrouvrir pour filtrer l’eau qui lui apporte sa nourriture principale : le plancton. Car l’huître est un organisme filtreur, microphage et omnivore. Elle se nourrit de diatomées (microalgues) dont la "navicule bleue" (qui lui donne sa couleur … vert pâle, des spores d’algues), des organismes microscopiques et débris divers.La coquille est constituée de carbonate de calcium et de conchyoline. Elle est formée de 2 valves réunies par un ligament élastique articulé par une charnière. Le ligament renforcé par un puissant muscle adducteur permet une fermeture hermétique de la coquille, pour se protéger des prédateurs ou pour maintenir l’eau dans sa coquille lorsqu’elle est hors de l’eau.C’est un invertébré pourvu d’un appareil respiratoire, digestif et reproducteur avec une bouche, un cœur, un foie, deux reins, un estomac et une gonade. Elle possède une circulation sanguine que nous ne pouvons voir car son sang est incolore. Le cœur envoie le sang vers les branchies où il s'enrichit d'oxygène. Le foie entoure l'estomac et a une fonction digestive.Huître creuse des organes sensoriels qui se trouvent sur les bords du manteau régulent les entrées et sorties de l’eau qui la nourrit. Les palpes entourent la bouche et dirigent, grâce à leurs cils, la nourriture vers elle. L'huître s'abrite sous un tissu conjonctif qui s'appelle le manteau.Chaque lobe du manteau est bordé de trois bourrelets:· Le premier secrète le carbonate de calcium dont est faite la coquille. Le deuxième est un palpeur sensoriel (en se rétractant sous la pointe du couteau il donne la preuve que l'huître est bien vivante).Le troisième ménage une cavité que les branchies séparent en deux chambres.L'huître, comme tous les bivalves, est un coquillage filtreur.Son alimentation résulte de deux actions : le pompage et la filtration.L'huître pompe l'eau de mer pour capter les particules nécessaires à son alimentation, et l'oxygène nécessaire à sa respiration.

Compte rendu :

· Joindre l’image de la dissection de l’huitre légendée

· Grâce aux documents 1 et 2, Comparer comment sont assurées les différentes fonctions vitales de l’huitre et de la paramécie. Mettre en évidence que dans un cas c’est la structure de la cellule qui est assure la fonction et dans l’autre cas ce sont des organes constitués de cellules spécialisées.

Exemple :ProtectionLa paramécie se déplace rapidement grâce aux cils vibratilesL’huitre se protège grâce à une coquille en calcaire qui est fabriquée par des cellules du premier bourrelet