Rechercher dans ce site

1er novembre 2010 de Grand Canyon à Lake Havasu  distance parcourue : 447 km altitude maxi : 2133 m mini : 224 m

Google Map



Route 66.

On quitte Grand Canyon.

Le vent est complètement tombé, il fait un soleil radieux.

Escale technique à la "dump station" du campground, et cette fois ça y est nous voilà repartis, après deux jours complets sans rouler. A Tuyasan, le ballet des hélicoptères de promenade a repris. Nous pouvons les voir décoller les uns à la suite des autres. Il faut rattraper les deux jours perdus dirait-on !

Nous roulons depuis moins d'une demi-heure quand nous rattrapons Alphonso et son vélo à remorque (voir ici). On s'arrête pour lui dire quelques mots, lui souhaiter bonne route et prendre deux photos. A un de ces jours peut-être ?

Route 66.


De 1926 à 1985 la Route 66 allait de Chicago dans l'Illinois à Santa Monica en Californie. Ce n'est qu'en 1937, que la route est entièrement revêtue de Chicago à Santa Monica.
Elle est surnommée "The Mother Road" ou "Main Street USA". On peut la voir comme une espèce de nationale 7 à l'échelle du continent nord-américain. Williams a été la dernière ville traversée par la Route 66. Ce n'est qu'en 1984 que l'Interstate 40 a été ouverte pour desservir cette ville.
Son souvenir est encore très vivace et sert de support à une importante activité touristique avec de nombreux commerces qui vendent des souvenirs de cette route légendaire.
Elle n'a plus d'existence "officielle", mais son caractère mythique en fait la plus connue des routes américaines. La route est ainsi fléchée à plusieurs endroits sous le nom "Historic Route 66".
Une grande partie de l'action du roman de John Steinbeck "les raisins de la colère", s'y déroule.
Le film culte Easy Rider a été tourné le long de la Route 66.


I-40 l'autoroute des camions de course.

Nous voici sur la I-40 jusqu'à Seligman. Nous roulons à 95 km/h et tous les "trucks" nous doublent comme des fusées. Ils naviguent aux alentours de 130-140 km/h, bien au-dessus des 120 km/h maxi permis.(75 mph).
L'usage intensif de la CB semble un bon moyen d'échapper aux "highway patrols", nous ne verrons pas un seul camion inquiété tout au long de notre périple, alors que les automobiles y ont droit souvent !
Par contre ils sont soumis à de fréquents contrôle de charge. Le long des autoroutes il y a de nombreuses stations de pesage, activées de manière aléatoire par les "highway patrols".
Lorsque les feux qui signalent la station clignotent, tous les utilitaires petits ou gros doivent obligatoirement s'y arrêter et se soumettre au pesage. Et là, gare à la surcharge ! Comprenne qui pourra !

I-40 Seligman










Route 66 entre Seligman et Peach Springs


La route est quasiment déserte, la chaussée est en mauvais état.
Une voie de chemin de fer longe la route un long moment. Le trafic y est intense. Les trains comportent jusqu'à quatre locomotives diesel et près de 120 wagons.
Mis la radio en roulant.
Une station locale diffuse de la musique "blue-grass". Puis ce sont les "news"  : les faits divers avant tout !
  • La veille un homme de 42 ans accompagné par deux ados. qui coursaient des coyotes dans le désert à 55 mph (~90 km/h) ont fait un tonneau avec leur 4X4. Le conducteur est mort sur le coup, les deux ados. sont grièvement blessés.
  • Course poursuite en voiture entre le shériff et des "jeunes"....et enfin...
  • Le budget général du comté de Mohave, dont Kingman est le siège sera réduit, et donc les dépenses des services publics locaux également.
La musique reprend, mais la réception devient mauvaise, j'arrête.


Peach Springs.

Réserve indienne Hualapai, la tribu qui est à l'origine de la construction du fameux Grand Canyon Skywalk, attraction touristique au-dessus du Colorado. C'est une grande passerelle horizontale en forme de fer à cheval au plancher de verre, à plus de 1 200 mètres au dessus du fleuve. Contrairement aux idées reçues elle ne se situe pas dans le Grand Canyon National Park, mais sur le territoire de la réserve indienne.
Le projet et la réalisation du Skywalk ont provoqué des controverses, aussi bien au sein de la tribu Hualapai qu'en dehors.
Les opposants au sein de la tribu croient que le Skywalk va perturber un lieu sacré.
Les partisans du projet pensent pouvoir générer un revenu pour améliorer la vie  de la petite réserve de 2000 individus. (pauvreté, taux de chômage de 50 % et  alcoolisme).


Arrêt repas au Hualapai Lodge, visiblement le seul établissement de l'endroit.
La décoration murale est indienne, le reste est aux standards américains.
Il y a peu de clients, toutes et tous indiens. Deux travailleurs finissent leur repas, deux collégiennes qui partagent les écouteurs du baladeur en mangeant et nous. Les assiettes et les verres sont en matière plastique transparente. La viande est délicieuse comme toujours.
La serveuse d'une quarantaine d'année, quand je lui dis que nous sommes français est toute heureuse de nous montrer son nom sur le badge : Demars. Elle est originaire cajun de Louisiane et possède une lointaine filiation française.

Pendant le repas arrive un couple d'âge mûr de corpulence normale, visiblement habitué des lieux.
C'est l'entrée du Far-West : Stetson sur la tête, chemise à carreaux, gilet de peau, jean et bottes. Le plus étonnant c'est qu'il n'ont pas l'air déguisés, sur eux ça a l'air presque banal.
Tout dans leur attitude indique des gens peu enclins à la tergiversation, mais plutôt "me, my Bible and my gun !". En sortant je peux constater leur appétit phénoménal, ils dévorent chacun un espèce de pain surprise de la taille d'un gros melon, sur lequel est posé un gros steak, de la salade, des frites, le tout arrosé de bière.

Plus loin, en plein désert ou presque voici Outpost Saloon.








Lieu étrange qui semble abandonné, l'éolienne grince lugubrement, on s'attend à tout moment à ce que s'élève un petit air lancinant d'harmonica.

















Route de Kingman.




Ça y est on rentre dans la légende, il fait beau, la température s'est bien radoucie. Nous ne sommes plus qu'à 1000m d'altitude. Voici qu'arrivent de petits groupes de motards, qui musardent sur la route en Harley-Davidson. Comme toujours aux USA, les "rebelles" ne portent pas le casque !
La route s'anime, quelques voitures et sur la voie de chemin de fer les trains succèdent aux trains, tous roulent vers Kingman, le centre industriel du coin.
En fait la voie est la principale liaison entre Los Angeles et Chicago, elle voit passer entre 100 à 150 trains par jour.














Kingman.

Ville industrielle par l'endroit où nous arrivons. On longe l'aéroport où on distingue des appareils frappés du logo DHL, d'autres UPS.
Du fret encore et toujours, comme le train.
Il y a de la circulation, et la route 66 est vraiment infecte sur ce tronçon, avec des trous.
L'embranchement vers la I-40 arrive rapidement, on ne passe pas en ville. L'autoroute longe la zone commerciale et nous voilà en direction de Lake Havasu City.





De Kingman à Lake Havasu City

en route vers Williams


Williams.

Nous parcourons la rue principale qui est aussi un ancien tronçon de la route 66. La nostalgie de l'époque est palpable, il reste des voitures américaines des années 60 en parfait état, un peu partout.
Nous faisons le plein dans une véritable petite station de l'Ouest...( $74 ~54 € , 25 gallons pour 402 km, 23.4 l /100).
 La ville est aussi le point de départ du train touristique de luxe, qui va jusqu'à Grand Canyon Village

Williams route 66

Seligman.

Nous quittons la I-40, nous voici sur la route 66. Ici tout est estampillé route 66, c'est un voyage dans le temps vers les années 60. Vieilles voitures et vieux trucks, motels hors d'âge, fast-food discount, tout est resté en l'état. C'est une espèce de musée à ciel ouvert, kitch et grandeur nature.

Seligman route 66


route 66 avant Peach Springs


Peach Springs.




Peach Springs





Outpost Saloon !

Outpost saloon


Route de Kingman.


De Peach Springs à Kingman

Kingman

Kingman

Lake Havasu City

Ville nouvelle (1963) œuvre du promoteur qui a racheté l'ancien London Bridge (le vrai, l'authentique) pour l'installer ici dans le désert.(1971)
Lac, golfs, palmiers, hôtels et belles bagnoles.
On finit par trouver un emplacement dans le camping en bordure du lac. Il fait chaud ! Nous sommes passés de 2133m à 224 m d'altitude !

Lake Havasu City Arrivée