Outreau et son actualité


"Après un an dans leur logement, les locataires de la rue de la Paix et de la place Mendès-France déchantent. Problèmes d’humidité, enduit qui s’effrite, depuis plusieurs mois ils réclament auprès de Pas-de-Calais Habitat des travaux qui n’arrivent pas. Explications" : lire l'article de la Voix du Nord du samedi 10 février 2018. En fait c'est en 2016 que furent attribués les premiers logements voir l'article de la Voix du Nord du  2 décembre 2016 article relatant les 20 nouvelles maisons sur la Place Mendès France
Place Mendès France Voix du Nord du samedi 10 février 2018


Voix du Nord du  2 décembre 2016 article relatant les 20 nouvelles maisons sur la Place Mendès France à Outreau.
Place Mendès France Voix du Nord du 2 décembre 2016

 

Discours du maire d'Outreau Madame Thérèse Guilbert et minute silence en Hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015.

Discours du maire d'Outreau Madame Thérèse Guilbert


 

Alain LACROIX et Paul DUFOUR reçoivent les Palmes Académiques (clic et zoom pour lire l'article)




Vers 15h45, un pêcheur à pied prévient les secours : une famille outreloise est prise au piège de la marée montante à proximité du fort de l'Heurt, au Portel.

vers 15h45, un pêcheur à pied prévient les secours : une famille outreloise est prise au piège de la marée montante à proximité du fort de l'Heurt, au Portel. Tout les cinq étaient partis pêcher la moule et se sont réfugiés sur le fort en attendant l'arrivée de l'hélicoptère de la sécurité civile Dragon 62, qui les a hélitreuillé et ramené sains et saufs sur la plage


Ce jeudi matin, une opération spectaculaire s'est déroulée au stade municipal d'Outreau. Citéos, l'entreprise qui travaille pour la municipalité pour l'éclairage du nouveau terrain de football synthétique, a fait appel à une société spécialisée en héliportage basée au Bourget.La pose des pylônes, pesant près d'une tonne chacun, n'a même pas duré une demie-heure.                                                                                                                  Outreau film de l'installation par hélicoptère des projecteurs sur le stade

Outreau installation par hélicoptère des projecteurs sur le stade. Film de Pascal BERNARD


  Sur la photo de la Voix du Nord Thérèse Guilbert Maire d'Outreau et Sébastien CHOCHOISadjoint aux écoles d'Outreau  ainsi que des membres du conseil municipal et des parents d'élèves et représentant syndicaux   
   L'IUFM d'Outreau bloqué
 
 






                 

C'était en 2002 une bombe Anglaise de 250kg est découverte rue Massenet à Outreau

  Le Nouvel Observateur Une bombe désamorcée,4.000 évacuations

4.000 personnes ont été évacuées ce mercredi près de Boulogne-sur-Mer en raison du désamorçage d'une bombe datant de la 2ème guerre mondiale.

Environ 4.000 personnes de deux communes situées près de Boulogne-sur-Mer ont été évacuées ce mercredi matin pour permettre le désamorçage d'une bombe anglaise datant de la deuxième guerre mondiale, a-t-on appris auprès de la préfecture du Pas-de-Calais.
L'engin a été découvert lundi dans un jardin du centre d'Outreau par un ouvrier qui effectuait des travaux de canalisation.
Il s'agit d'une bombe anglaise classique larguée pendant la deuxième guerre mondiale. Elle pèse 250 kg, dont 120 kg d'explosifs, et mesure 40 cm de diamètre.

Sécurité

L'évacuation des habitants d'Outreau et du Portel a commencé à 10h00 et s'est s'achevée à 12h30. Un périmètre de sécurité de 800 mètres a été mis en place autour de la bombe.
Les habitants, qui avaient été prévenus par tracts et par hauts-parleurs mardi soir, ont été invités à prendre une collation à la salle des sports d'Outreau pendant la durée de l'opération.
Deux démineurs sont chargés de neutraliser l'engin.
La sous-préfecture de Boulogne-sur-Mer, qui dirige l'opération, espère voir la population réintégrée en fin d'après-midi. (AP
)

 

 

L'évacuation d'Outreau prend un air de partie de campagne 15.08.2002

4 000 habitants ont été déplacés quelques heures pendant le déminage d'une bombe anglaise de 250 kg.

MAURICE Stéphanie

Outreau envoyée spéciale

Hier, 4 000 habitants d'Outreau et du Portel, près de Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, ont été évacués, le temps de désamorcer une bombe anglaise de 250 kg, larguée pendant la Seconde Guerre mondiale. En creusant une tranchée pour le passage d'un tout-à-l'égout, un grutier a buté sur l'objet métallique, lundi après-midi, rue Massenet. Il a d'abord cru heurter une vieille canalisation, avant d'avertir les services de l'Etat. Mardi après-midi, réunion de la cellule de crise, et mercredi matin, évacuation de la population dans un rayon de 800 mètres autour de la bombe. A 12 h 45, l'engin était déminé et les gens ont regagné leur domicile dès 14 h 30. «Une affaire rondement menée», se félicitait Serge Delayen, adjoint au maire chargé des affaires sociales. Pas d'affolement, donc : des repas ont été servis dans la salle omnisports, mais seuls 350 convives en ont profité. Les autres ont choisi le beau temps : restaurant en bord de mer, barbecue dans la famille ou pique-nique sur la plage. Presque de la routine. Dans le coin, la dernière bombe a été désamorcée en mai, au Portel, une commune voisine.

400 attaques. Dans ce périmètre, le bombardement allié a été intensif dès 1941. Cibles privilégiées : le port de Boulogne et les défenses du mur de l'Atlantique. Juste à côté d'Outreau, le Mont-Soleil, sur la côte, est un merveilleux poste d'observation, truffé de blockhaus et régulièrement bombardé. Outreau a connu plus de 400 at taques alliées : la ville a été détruite à 90 %. Sur les 1 881 immeubles existant en 1939, seuls 92 sortent épargnés de la guerre. De ce fait, on découvre régulièrement des bombes intactes. Chaque fois, c'est un petit miracle : un avion a largué trop tôt sa cargaison d'engins, qui n'a pas eu le temps de s'amorcer avant de toucher le sol ; un coup de vent a changé l'angle d'impact de l'engin ; au lieu de tomber pointe en avant, il a atterri sur le ventre. «Le système d'amorçage est dans le culot de la bombe : il faut un freinage net pour que le percuteur vienne percuter l'amorce», explique Philippe Moraïtis, du service de déminage d'Arras. C'est sans doute le scénario le plus probable pour celle d'Outreau. Ce qui réjouit Serge Delayen, l'adjoint au maire. «Elle n'a pas percuté, tant mieux. On s'en occupe aujourd'hui gentiment, c'est mieux.»

Fusée. Trois quarts d'heure ont suffi aux trois démineurs. Une bombe est composée de deux parties : les explosifs ­ ici, 120 kg de tolite ­ et un système d'amorçage, appelé aussi fusée. La difficulté est d'ôter cette fusée. Sans elle, on peut transporter l'engin à moindre risque vers un lieu de stockage. Si, malgré lubrifiants et clés adaptées, elle résiste, la seule solution est de faire exploser la bombe dans un champ, loin de toute habitation. Résultat : un cratère de 15 m de diamètre, des éclats et une onde de choc de près d'1 km. La bombe d'Outreau, elle, a été facilement désamorcée : sa fusée a été détruite sur place, et son corps, explosifs compris, est parti à Vimy, une étape avant son stockage et sa destruction à Suippes, près de Laon.

 

 

 

 

 
 

 

 
 
    
 
 

 

 
 

          

Retour au site consacré à la ville d'Outreau      


 free counters   free counters   

 
free counters  free counters 
 
 
 
 
 
Comments