Manihen hameau d'Outreau

 
Manihen inondé en Novembre 2014 et Janvier 2015 article de la Voix du Nord. Cliquez pour lire l'article.

Outreau : deux inondations en deux mois, le bassin de rétention de Manihen pointé du doigt
          

Après le débordement du bassin de rétention d’eau situé en amont de la rue Pierre-Curie, les propriétaires et les services de la mairie et de l’État se sont rendus sur place ce lundi matin pour évaluer les travaux à mener

Ce lundi matin, la maire et les services d’Outreau se sont réunis avec des agents de la DREAL (direction régionale de l’environnement), de la sous-préfecture et de la Sécurité civile, ainsi que les propriétaires du terrain, pour déterminer les responsabilités de chacun et les améliorations à apporter.
« Aujourd’hui, la situation est contrôlable, car le niveau d’eau a baissé, explique Thérèse Guilbert, reste à déterminer les causes de ces inondations et si des études s’imposent. » Des études et des travaux éventuels qui seront à la charge non pas de la commune, mais des propriétaires du terrain, précise celle-ci. Situé à proximité de l’ancien site de Comilog, le terrain où est installé le bassin de rétention d’eau comprend aussi deux étangs naturels. Une partie de ce site appartient à Comilog, une autre est gérée par le cabinet d’études SAGEP. Celle-ci, dont le terrain est situé en aval, doit ériger une digue en urgence dès ce mardi.

Demande de reconnaissance de catastrophe naturelle en cours

Concernant le dédommagement des sinistrés par leurs assurances, la mairie attend toujours une réponse quant à sa demande d’arrêté de catastrophe naturelle auprès de la préfecture. Celle-ci devrait donner sa réponse d’ici une dizaine de jours Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 19/01/2015 




Javelot club de Manihen archive presse de 1974
 
Javelot club de Manihen photo de 1970.. Merci à Daniel  Cornet.
 
La première manche du Javelot du challenge du Boulonnais de javelot a été remportée par le J.C de ManihenArticle de presse des années 1970...
 
Javelot-club Bellevue de Manihen article de presse de  1970
 
Chaque année depuis 1971 les membre du Javelot rendaient Hommage à leur président...Les " Javeloteux" ont ranimé la flamme du souvenir titrera l'article de presse
 
 
 
Le  Javelot club de Manihen dans les années 1970
A gauche Jean-Jacques Tudal, Jean Palart, Raymond Vérité et Roger Dernoncourt
 
Autre photo du Javelot Club de Manihen, les compétitions se déroulaient dans les baraquements qui avaient servi
d'école provisoires, derrière la salle des fêtes.
 

Travaux à l'époque place de Manihen, date à déterminer

 
La FAPMO rue Roger Salengro à Manihen année 1984, sur la photo Jean-Marie François maire et Raymond Vérité 1er adjoint
 
 

 Chambres d'hôtes à partir de 48 euros la nuitée pour 2 personnes avec les petits déjeuners inclus à Manihen ( Outreau ) rue Danton. Quelques photos...
 


Vue sur la maison qui loue des chambres d'hôtes

 

 

 

 sur la photo : Raymond VERITE et René YVART sur le baudet : son père Eloi YVART marié à Marie Florisa Capron  était un frère de Cyrille YVART  Né le 29 mars 1886 Décédé le 23 avril 1921 , à l’âge de 35 ans père  de ma grand mère maternelle Hélène ( mariée à Paul BRANLY ).    René Yvart était donc un cousin de Raymond côté maternel et un cousin de ma grand- mère côté paternel. voir le lien ci-dessous en italique
 http://gw4.geneet.org/cyrilleberannard?lang=fr;pz=lola;nz=bernard;ocz=0;p=eloi;n=yvart
Saint-Etienne-au-Mont
Témoins de l'acte de mariage
* Eugène Yvart, 26 ans, ouvrier d'usine, domicilié à Saint-Etienne-au-Mont, frère de l'époux
* Jules Yvart, 34 ans, ouvrier d'usine, domicilié à Equihen, frère de l'époux
* Joseph Baheux, 30 ans, ouvrier d'usine, domicilié à Equihen, oncle de l'épouse
* Jean Baptiste Bouquet, 26 ans, ouvrier d'usine, domicilié à Equihen, cousin de l'épouse
 

 Photo en format original

Première sortie de l'Amicale début des années 1930
 
La Clique  Edouard VAILLAND en 1979
 
 
Raymond VERITE
 
La Clique Edouard Vaillant en 1958 ; sur les pâtures que l'on aperçoit trois groupes scolaires verront le jour en 1961, ainsi que des logements de fonction ; puis beaucoup plus tard sera érigé le Monuments aux Morts pour la France ainsi qu'une plaque en Mémoire aux victimes des A.P.O. ( Aciéries de Paris et d'Outreau.
 
Place de Manihen la boucherie et le café de la Jeunesse
 

 
Raymond Vérité nous a quitté dans sa 90ème année le 22 août 2012.
Ses obsèques ont été célébrées samedi 25 août en l'église Saint-Wandrille à 10 heures.
 Elu en 1952 avec Raymond Splingard ; en 1983 il fut nommé premier adjoint
 par le Maire Jean-Marie FRANCOIS et ce jusqu'en 1995. Raymond surnommé aussi " Maire de Manihen " est l'Outrelois qui " exerça " le plus long mandat d'élu à Outreau. Il fut élu durant 43 ans. Hommage à Lui.
 
Faire- part du décès de Raymond Vérité
 
 Raymond Vérité avec sa mère Marie habillée en noir, Jeanine Vérité l'épouse de Raymond ; et Maurice Vérité photographiés à Manihen au 31 rue Pierre Curie.

 Discours de Raymond Vérité lors d'une commémoration à Outreau.
 

Lors de sa visite à Outreau le samedi 16 novembre 1985
 le ministre du travail Michel DELEBARRE remet les
insignes de Chevalier dans l'ordre  National du Mérite à Monsieur Raymond VERITE
premier adjoint au maire d'Outreau Jean-Marie FRANÇOIS  à cette époque
 
Le parcours de Raymond Vérité depuis son élection du 21 septembre 1952 jusqu'en 1995
 
 .

Raymond Vérité est  né le 09 novembre 1922 a Manihen dans le café de ses parents au 31 de la rue Pierre Curie
il est le 3em fils  dune famille de 6 enfants son père etait cordonnier et sa mère tenait le café acheté en 1919 son père fut lui même élu conseillé municipal et  est décédé en 1951. En 1952 Raymond repris  son mandat  avec Raymond  Splingard et en 1983 il devint 1er  adjoint avec Jean Marie François à ses cotes jusqu’ en 1995  il faut savoir que  c est lui qui demanda a Louis Flo de venir en tant  qu’ adjoint  a la mairie  d Outreau......
Il tenait une permanence une fois par semaine a Manihen
quartier cher a son cœur ou  il était le président de l amicale Edouard Vaillant 
il était appelé le maire de Manihen.....

Raymond Vérité est  né le 09 novembre 1922 a Manihen dans le café de ses parents au 31 de la rue Pierre Curie
il est le 3em fils  dune famille de 6 enfants son père etait cordonnier et sa mère tenait le café acheté en 1919 son père fut lui même élu conseillé municipal et  est décédé en 1951. En 1952 Raymond repris  son mandat  avec Raymond  Splingard et en 1983 il devint 1er  adjoint avec Jean Marie François à ses cotes jusqu’ en 1995  il faut savoir que  c est lui qui demanda a Louis Flo de venir en tant  qu’ adjoint  a la mairie  d Outreau......
Il tenait une permanence une fois par semaine a Manihen
quartier cher a son cœur ou  il était le président de l amicale Edouard Vaillant 
il était appelé le maire de Manihen.....

 

Le Maire d'Outreau Raymond SPLINGARD et les élus en 1965 

 
discours de Raymond Vérité 1er Adjoint de la ville  d Outreau

Election du Maire d'Outreau du 20 mars 1983 Raymond Vérité lui remet la médaille

Raymond  Marie sa mère Jeaninne sa femme  Maurice son frere et les enfants -


Un stade multisportsconstruit au coeur de Manihen

vendredi 27.04.2012 - La Voix du Nord

 Le montage de l'agorespace doit durer une semaine dans le quartier Manihen. Le montage de l'agorespace doit durer une semaine dans le quartier Manihen.

| OUTREAU |

Dans le cadre des travaux d'aménagement des bâtiments scolaires, un terrain multisports, ...

est en cours d'installation au coeur de Manihen.

Constatant le manque d'espace de sport dans le quartier, la municipalité a souhaité la création d'un espace ludique et sportif de proximité. Cet espace de jeux servira à la fois aux écoliers du groupe scolaire Édouard-Vaillant mais aussi aux habitants et aux jeunes du quartier. Le coût de cet aménagement est de 79 000 E dont 51 000 E pour le city stade avec une subvention du conseil général à hauteur de 24 000 E.

Le terrain comprendra un gazon synthétique et des aménagements permettant la pratique en toute sécurité de nombreux sports comme le foot, le hand, le basket, le volley, le tennis et une piste d'athlétisme de 2 couloirs ceinturera le stade. Après la pose des filets pare ballon par les services techniques, la société Agorespace a débuté l'installation de la structure avec l'aide de deux jeunes du quartier qui participent régulièrement aux activités du CAJ : Romain Charles et Jérôme Dumont. •

 

Montage d'un agorespace à Manihen

mercredi 25.04.2012 La Semaine dans le Boulonnais
Lors de la présentation de l'agorespace mercredi dernier sous le préau de l'école Edouard-Vaillant à Manihen. Lors de la présentation de l'agorespace mercredi dernier sous le préau de l'école Edouard-Vaillant à Manihen.

Depuis lundi, la société "Agorespace" installe un espace de jeu à l'emplacement de l'ancien plateau d'évolution situé près de l'école Edouard-Vaillant, et aujourd'hui obsolète.


Fallait-il refaire à l'identique un plateau d'évolution ou trouver une solution plus moderne et adaptée aux habitants et jeunes du quartier de Manihen, "un city stade" ? Après réflexion, la commune a tranché en faisant appel au spécialiste français en la matière, la société "Agorespace" qui en est à près de 3 500 implantations en 20 ans sur l'ensemble du territoire.

Accessible à tous
Le but de cet agorespace est d'être accessible à tous : écoles, habitants, jeunes du quartier et des autres quartiers. C'est un moyen aussi de se rencontrer, de mieux se connaître et d'échanger autour d'un des sports proposés.
L'agorespace mesure 30x15 m avec, autour une piste d'athlétisme constituée de deux couloirs. La structure extérieure est en acier Le terrain synthétique répond aux normes jeux d'enfants. De ce fait, les élèves des écoles primaires et maternelles pourront en profiter en toute sécurité.
Les buts sont munis de vrais filets. Les jeunes pourront jouer au football, handball, hockey, basket-ball avec des panneaux de basket réglables de 2.65 m à 3.05 m. Un panier de basket sera aussi installé à l'extérieur de l'ensemble. Un filet réglable permettra de pratiquer le volley-ball, le badminton, le tennis, le tennis ballon.
Mercredi dernier, deux représentants de la société sont venus présenter l'agorespace dans le préau de l'école Edouard-Vaillant, où les responsables du CAJ, service des sports, mais aussi Thérèse Guilbert, maire et le directeur général des services, étaient présents. Une vingtaine de personnes ont eu loisir de poser toutes les questions possibles.
Le coût de cette installation est de 79 000 euros, comprenant le "city stade" (51 000 euros) et les aménagements annexes de sécurité (24 000 euros). La ville a bénéficié d'une subvention du Conseil départemental pour un montant de 24 000 euros.

Deux jeunes outrelois
au montage

La particularité de ce chantier qui a débuté lundi dernier avec l'arrivée de la semi-remorque contenant les matériaux, c'est son montage avec deux jeunes outrelois qui vont donc signer un contrat de travail. Ces jeunes, Romain Charles, et Jérôme Dumont. Ils habitent tous les deux le quartier de Manihen et participent régulièrement aux activités proposées par le CAJ A noter également, qu'Outreau est, à ce jour, la seule commune du Pas-de-Calais à se doter d'une telle structure.
La question de l'éclairage de l'agorespace a été posée. David Bolzan, directeur général des services a précisé « que son éclairage n'est pas prévu pour éviter que le soir, l'agorespace ne se transforme en un lieu de regroupement de jeunes. Le voisinage doit être respecté ».
Si les conditions météorologiques sont bonnes, l'agorespace sera opérationnel dès vendredi après-midi.

C.E.     La Semaine dans le Boulonnais
 
 
Le lac du crassier à Manihen photo de 1959
 
 
 
   Prés du foyer  et de la salle des fêtes,  il existait un baraquement qui a servi de logement de fonction, ici sur la droite, habité par une employée communale, il fut détruit avant 1990. "le baraquement qui servait de logement de fonction dans la cour de la vieille école de Manihen était occupé par la famille de M. Hennequin, Directeur de l'école, puis à sa retraite, dans les années 1960, par Madame Hector " merci pour ses renseignement à Christian YVART, fils de Emile YVART qui était le frère de Hélène BRANLY-YVART, ma grand-mère, donc sa tante.
  
 
Christian YVART était enseignant et a habité à l'école de filles de Manihen de 1969 à 1970. et aussi dans un logement de fonction de la rue des Hauts-fourneaux de 1972 à 1975, puis à l'Ecole Paul-Bert d'Outreau de 1975 à 1983.
Il a quitté Outreau en 1983
 

L'amicale E.-Vaillant rythme la vie du quartier de Manihen

samedi 11.02.2012- La Voix du Nord

 Nadine Lerouge anime une dynamique équipe d'amicalistes. PHOTO «LA VOIX» Nadine Lerouge anime une dynamique équipe d'amicalistes. PHOTO «LA VOIX»

| OUTREAU |

À l'occasion de l'assemblée générale, Nadine Lerouge, présidente de l'amicale Edouard Vaillant nous présente son association.

« L'amicale a été créée il y a 80 ans. Elle participe à l'éducation de tous par la pratique de la musique, de la culture et des sports. Grâce à notre équipe de bénévoles, nous proposons des rendez-vous festifs tout au long de l'année, au moins un par mois. Il y a aussi la musique avec la clique dirigée par Manuel Vérité, le tennis de table avec une équipe en promotion d'honneur UFOLEP et la pétanque. Nous sommes plus de cent amicalistes. » Quels sont vos prochains rendez-vous ? « Voici quelques dates : samedi 10 mars après-midi crêpes carnaval, lundi 9 avril course aux oeufs, lundi 30 avril soirée du muguet, samedi 12 mai gymkhana, en mai ou juin voyage,... » •

 
         alphabet alphabet5 alphabet gif 13 gifalphabet alphabet5 alphabet gif  1 gifalphabet alphabet5 alphabet gif 14 gifalphabet alphabet5 alphabet gif  9 gifalphabet alphabet5 alphabet gif  8 gifalphabet alphabet5 alphabet gif  5 gifalphabet alphabet5 alphabet gif 14 gif          
 
Fourcroy-Capet horticulteur rue des Hauts Fourneaux
 
 
Lors de sa visite à Outreau le samedi 16 novembre 1985
 le ministre du travail Michel DELEBARRE remet les
insignes de Chevalier dans l'ordre  National du Mérite à Monsieur Raymond VERITE
premier adjoint au maire à cette époque

 Manihen CM2 classe de Mme LANCE Année 1962. Merci aux frères Vérité

          

Chapelle du saceé coeur de Manihen à Outreau
 
La clique Edouard Vaillant de Manihen le 8 mai Z011 à Outreau
 

La Clique Edouard Vaillant de Manihen le 8 mai 2011

 
 
A Manihen le premier anniversaire de l'arrivée de M.l'abbé Joseph LEUILLETTE  a été marqué par une agréable cérémonie. En compagnie de sa soeur soeur Henry  de retour des colonnies  de leur maman ; cette journée s'est déroulée le jeudi 14 juin 1951.
 
 
Le grand prix des Commerçants de Manihen du mois d'Aôut 1951 est remporté par HIVART, d'Etaples
Sur la gauche de la photo Mr BOURGOIS un des organisateurs.
 
 
 
 kermesse  paroissale  4 août 1951
 
 
Le Poney du petit près dans le tournant de la rue des Haut Fourneaux 
 
 
Les jardins de Manihen, les logements et l'usine 1 des Aciéries de Paris et d'Outreau ; les A.P.O
 
 
 
La rue Etienne DOLLET à Manihen

 Étienne Dolet est né à Orléans 3 août 1509  il est mort sur la place Maubert à Paris brûlé avec ses livres, comme hérétique, le 3 août 1546.  Ecrivain, poète, imprimeur, humaniste et philologue français. Beaucoup de rues en France porte son nom, ainsi que de nombreux collèges comme celui d'Orléans.  Son nom est écrit parfois Dolet avec un seul L ou Dollet avec 2 L...

   
 

Une statue d'Etienne Dolet a été érigée en 1889 sur le lieu de son supplice, place Maubert à Paris

Cette statue a été détruite sous l'Occupation avec l'autorisation du régime de Vichy et, selon ce que l'on peu lire d'aprés les Historiens, de l'Eglise.

 
 
     
 
Photo prise du haut de la rue Etienne DOLLET
 
 
 
Construction en 1963 des maisons  de la rue des Hauts-Fourneaux
 
 
 
 
 
 
 
Inauguration officielle de la salle des fêtes de MANIHEN 
 
 
Manihen photo prise de la rue de Verdun en Avril 2009
 
 
 
 
 
Photos de Manihen sous la neige en fin de page... 

Manihen en 1960 au terrain de football des A.P.O  dit " Le Crassier ". Merci à Guy MORDACQ

 Assemblée générale de l'Amicale Edouard-Vaillant                                                                                80 ans de bonne camaraderie mercredi 03.02.2010, La Semaine dans le Boulonnais

Une Amicale particulièrement active. Une Amicale particulièrement active.

Dimanche dernier, l'association des anciens élèves de l'école Vaillant de Manihen a tenu son assemblée générale à la salle des fêtes.


Devant une nombreuse assemblée, la présidente Nadine Lerouge, qui a succédé à Hervé Vérité, a souligné qu'en 2010, l'Amicale devrait fêter les 80 ans de sa création, le 28 avril 1930. 80 années de franche camaraderie au sein d'une association qui a perduré à travers le temps, les différentes générations se passant le flambeau sans faillir.
La recette est simple, des animations de groupes, conviviales et régulières, qui permettent aux membres de l'association comme aux extérieurs de se réunir tout au long de l'année. La place étant faite aux anciens comme aux plus jeunes. L'adhésion est de 5 euros pour les membres bienfaiteurs. Devant leur franc succès, les manifestations de 2009 sont donc reconduites en 2010 dans leur quasi intégralité avec, dès le 13 février, une soirée crêpes, suivie le 30 avril d'une soirée muguet, etc. Toujours dans la salle des fêtes de Manihen, siège de l'association et point de rencontre connu de tous.
L'assemblée s'est ensuite retrouvée au restaurant "Le Gambrinus" pour à nouveau déguster entre amis, le repas de l'amitié et disserter de leurs futures rencontres. Bref 80 ans de bonne camaraderie qui ne semble pas devoir prendre fin de sitôt.
Calendrier des manifestations 2010 : 19 juin : Pétanque - 9 octobre : soirée kippers - 7 novembre : brocante en salle - 14 novembre : repas des anciens - 26 novembre : Sainte-Cécile - 4 décembre : couscous et 23 décembre : guénels.  
La Semaine dans le Boulonnais
Classe de Monsieur CLARISSE en 1988.
 
 
 
Le haut de la rue Etienne DOLLET
 
De ces pâturages s'écoule un ruisseau
 
Photos de Manihen sous la neige en fin de page... 
 
                 Commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918         
 

Manihen commémoration de l'Armistice du 11 novembre 1918 avec la participation de la Clique Edouard Vaillant

                                                          
 
 
La Clique d'Edouard Vaillant de Manihen
 
 
 
       
 
 
 
 
  Le Monument aux MORTS POUR LA FRANCE DE MANIHEN.
 
 
   En 1990 une plaque a été déposée " 1940-1990 " pour le cinquantenaire de la mort de Léo LAGRANGE.      
                                               
  Aux jeunes, il ne faut pas tracer un seul chemin, il faut ouvrir toutes  les routes. 

Vue des jardins sur l'usine. 

 
 
 

La clique Edouard Vaillant de Manihen le 8 mai 09 sur la place d'Outreau

Manihen et son usine. 

 
Le dimanche 6 avril 2008
 
 
 
 

1961-1962 Manihen classe de Mr PRUVOST . Photo devant les baraquements construits aprés les bombardements de la seconde guerre mondiale.

 

 Manihen CM2 classe de Mme LANCE Année 1962. Merci aux frères Vérité

          

La Voix du Nord du  jeudi 14.05.2009 

 Des fleurs, des oies et un peu de soleil

   Photo : La clic d'Edouard Vaillant de Manihen avec les oies.

Les animations organisées dans le cadre du marché aux fleurs ont connu un large succès même si le vent et les quelques averses du midi ont fait craindre le pire aux organisateurs.

Une dizaine d'exposants ont présenté les plants colorés de saison en géranium, pétunias, tabacs, ou encore oeillets d'Inde sans hésiter à donner de précieux conseils aux acheteurs. Le public a pu découvrir également « la basse cour en balade » avec de majestueuses oies guidées par un meneur et son chien. •

MANIHEN DANS LES ANNEES 1980

  

jeudi 16.04.2009 - La Voix du Nord

Les jeunes de Manihen sur les traces des oeufs en chocolat

L'amicale Édouard-Vaillant a organisé lundi sa traditionnelle chasse aux oeufs. Une centaine de jeunes de moins de 12 ans y ont participé avec beaucoup d'enthousiasme.

Les bénévoles de l'amicale ont dispersé une quantité impressionnante d'oeufs en chocolat dans les espaces verts situés derrière l'école. En quelques minutes, les pelouses ont été soigneusement fouillées de fond en comble et vite débarrassées des oeufs qui y étaient cachés. •

  La Voix du Nord du dimanche 12.04.09...il y a 10, 20, 30 ans

  1989 : Le temps du rêve > Un ouvrier reste coincé pendant près de 6 heures entre la voûte d'un pont et une buse en ciment à Manihen, sur la friche des APO. Plus de peur que de mal pour l'infortuné qui ne souffre que d'un traumatisme au bassin alors qu'il s'est retrouvé piégé par du béton à prise rapide dans un espace tellement exigü qu'il n'avait que 15 cm pour respirer ! 

    Les premières maisons construites juste aprés 1980 rue  J.B LEBAS et J.B CLEMENT...O

 

Pendant la Première Guerre mondiale, Roubaix est envahie par les troupes allemandes. En 1915, Lebas est arrêté par les forces d'occupation pour avoir refusé de leur livrer la liste des jeunes de 18 ans, qui devaient être envoyés comme travailleurs de force en Allemagne. Il est interné à la forteresse de Rastadt jusqu'en janvier 1916, quand les Allemands le libèrent en France non occupée pour cause de maladie. Jean-Baptiste Lebas est décoré de la Légion d'honneur en octobre pour son courage.
 

Jean Baptiste LEBAS (1878-1944)    

                                                                                                                                                  
Conseiller municipal socialiste en  1908 et quatre ans plus tard Maire de
 Roubaix, il est réélu sans interruption  magistrat municipal de cette laborieuse
 et importante cité. Député en 1919, il  assume en 1936, au Ministère du travail  dont il a la charge, une tâche écrasante
 et réalise toutes les réformes sociales duGouvernement de l'époque.
Ministre des P.T.T. à deux reprises, en 1937 et 1938, il donne à la tête de cette
 grande Administration la pleine mesure de ses éminentes qualités.
 Dès 1940, il participe à l'action contrel'envahisseur. Arrêté le 23 mai 1941,
 il est emmené en Allemagne pour la   deuxième fois de son existence (en
1915, en effet, il avait été interné au  secret dans la forteresse de Rastatt jusu'en 1917
 en Allemagne à 65 KM de Strasbourg.                                                                 

Mort d'épuisement au camp de Sonnenburg, le 10 mars 1944, Jean Baptiste Lebas laisse le souvenir d'un homme de coeur qui sut allier à un républicanisme sans fissure une foi patriotique inébranlable. ( Sonnenburg est une forteresse ( ancien fort des chevaliers de Saint Jean située en Pologne à 15 KM de la frontière allemande

                                    

Jean-Baptiste Clément (Boulogne 1836-Paris 26 Février 1903 est un chansonnier et un communard  principalement connu pour avoir été l'auteur de la chanson Le Temps des cerise

Né dans une famille aisée, fils d'un riche meunier, il quitte très jeune le foyer. Dès l'âge de 14 ans, il exerce le métier de garnisseur de cuivre, métier qu'il qualifiait lui-même comme le plus insignifiant de tous les métiers. Il exerce encore plusieurs autres métiers et rejoint Paris où il côtoie des journalistes écrivant dans des journaux socialistes, particulièrement dans « Le Cri du peuple » de Jules Vallès. En 1867, il doit se réfugier en Belgique (où il publie le fameux Le temps des cerises. Revenu à Paris il collabore à divers journaux d'opposition au Second Empire comme La Réforme de Charles Delescluze  et Auguste Vermorel. À cette époque, la liberté de presse est bien différente de ce qu'elle est aujourd'hui et Jean-Baptiste Clément est condamné pour avoir publié un journal non cautionné par l'empereur.

Il est alors emprisonné à la prison de Sainte-Pélagie jusqu'au soulèvement républicain du 4 septembre 1870. Membre de la Garde nationale il participe aux différentes journées de contestation du Gouvernement de la Défense nationalele 31 octobre 1870 et le 22 janvier 1871. Le 26 mars 1871, il est élu au Conseil de la Commune par le XVIIIe arrondissement. Il est membre de la commission des Services publics et des Subsistances. Le 16 avril, il est nommé délégué à la fabrication des munitions puis à la commission de l'Enseignement (21 avril). Dans le Cri du peuple de Jules Vallès il proteste contre la fermeture de certains journaux d'opposition à la Commune. Combattant sur les barricades pendant la Semaine sanglante il écrit peu après la chanson La Semaine Sanglante qui dénonce la violente répression qui a lieu contre les communards.

Il va à Londres d'où il a pu poursuivre le combat. Condamné à mort par contumace en 1874  il est amnistié en 1879. Il rentre à Paris après l'amnistie de 1880.

 Puis dans les pâtures en face de la cité naissait la résidence Albert GAMBART dans les années 2000.

 

Quelques photos prises à divers endroits sur cette cité qui s'est trés vite embellie  

 

 
 

           .                                                                       Vues lointaines.

  

    Evolution des travaux, photos prises le 10 mars 2007.

 
 
       
 
 

                        LE 18 mai 2007.  

 Photo du 12 septembre 2007

 
                         

Qui était Miguel de CERVANTES (1547-1616 )                               

Miguel de CERVANTES est né à Alcala de Henares en 1547. Son père modeste chirurgien barbier connaît des déboires financiers qui l'obligent souvent à changer de Résidence : Valladolid, l'Andalousie et Madrid. Malgré la situation souvent précaire de la famille, Miguel aurait reçu une bonne éducation. Il s'intéresse trés tôt au théatre et à la poésie. En 1569 peut-être en raison d'un duel qui aurait mal tourné, Miguel suit à Rome le cardinal italien Acquaviva qui est légat du pape en Espagne qui le prend en son service comme camérier (moine administrant les biens du Monastère. Il quittera le prélat en 1570 pour l'armée des coalisés chrétiens ( la sainte ligue)                   En 1571 il participe à la bataille de Lépante où la flotte ottomane  est défaite ; il y reçoit plusieurs blessures et perd l'usage de sa main gauche " Le manchot de Lépante " prend part aussi à d'autres campagnes.                Quand il rentre en Espagne en 1575 sur la galère El Sol les Barbaresques s'en empare au large de Sainte Marie de la Mer. Il sera en captivité à Alger durant cinq ans. Il obtient sa libération grâce aux pères trinitaires contre une somme de 5OO écus dont 289 auraient été réunis par sa mère. De retour dans sa patrie il achève la première       partie de Galatée et écrit le Voyage ay Parnasse.                                                                                               D'une liaison  avec une comédiènne Ana Franca de Rojas naîtra une fille ; mais la même année il épouse Catalina de Palacios y Vozmediana âgée de 19 ans dont la mère possède un patrimoine important.    

Photo du 12 septembre 2007

      
En 1587 Philippe II, qui projette une invasion sur l'Angleterre avec son Invincible Armada, CERVANTES est chargé  d'approvisionner galères et équipages. Il se lance sur les chemins d'Andalousie , face à la l'animosité les propriétaires et les paysans peu désireux de voir saisir une partie de leur récolte sans garantie de paiement  il est  accusé de d'exactions, il est arrêté et excommunié. Il connaîtra à plusieurs reprises les geoles  espagnoles dont la redoutable prison de Séville en 1597.

Il consacrera les 16 dernières années de sa vie à l'écriture. EN 1605 paraît la première partie de Don Guichotte qui d'emblée connaîtra un succés fulgurant. Victime d'une crise d'hydropisie - le terme hydropisie était anciennement employé en français pour désigner tout épanchement de sérosité dans une cavité naturelle du corps-( il reçoit l'extrême-onction et rédige la préface de son dernier livre" les travaux de Persilès et Sigismonde et s'éteint deux jours plus tard le 22 avril 1616 à Madrid  . 

                      

À Manihen, les nouveaux propriétaires croyaient entrer dans une maison achevée...

vendredi 27.06.2008- La Voix du Nord

 Dans le «jardin» d'Annick, un regard naturel s'est formé sous la sortie des sanitaires.

 CLOS MIGUEL DE CERVANTES À OUTREAU | :À Manihen, un gigantesque programme immobilier est en train de voir le jour. Le clos Miguel de Cervantes est constitué de 69 pavillons indépendants. Mais ils ne réjouissent pas l'ensemble des propriétaires car ils ne sont pas complètement achevés. Des actions en justice sont en cours.

PAR OLIVIER MERLIN

  boulogne@lavoixdunord.fr Annick Gest ne cesse de regarder le sol de sa maison. Et elle a beau faire le tour de sa salle à manger, elle constate une bosse disgracieuse sur son revêtement. « Sur deux mètres, je constate quatre centimètres de dénivelé. Vous comprendrez que je demande réparation. » À ses côtés, Évelyne Cordier hoche la tête. Elle tient dans les mains un constat d'huissier qui raconte l'entrée dans les murs de son nouveau pavillon en novembre 2007. « Ce fut un cauchemar. La maison n'était tout simplement pas terminée. » Dans le gigantesque clos Miguel de Cervantes, ils sont plusieurs dizaines de propriétaires à avoir signé une pétition pour dénoncer les carences de leur logement. Démarré en 2005, ce programme lancé par le promoteur European homes occupe une ancienne pâture en pente de 100 000 m². Toutes les maisons, qui ont poussé comme des champignons et « beaucoup trop vite », selon le maire Thérèse Guilbert, ne sont pas toutes terminées. Pour le prouver, Annick nous ouvre les portes de son jardin... loin de ressembler à cet espace de verdure et de quiétude dont elle rêvait. «  Le talus s'effondre. Je dois marcher avec des bottes les jours de pluie, je m'enfonce dans le terrain. » Dans la salle à manger, elle présente les plinthes qui ne sont pas droites ou les arêtes imparfaites cachées par des corniches. Elle a saisi la justice et un expert indépendant a été nommé.

Anne-Marie Libert, qui a emménagé en octobre, garde un souvenir amer de son arrivée dans la maison de ses rêves. «  J'ai dû vivre en gîte jusqu'au 14 décembre parce que l'électricité et le gaz ne pouvaient pas être installés ! » Aujourd'hui, elle vit dans ses meubles mais la maison n'est pas complètement achevée.

Chez Évelyne Cordier, où elle a installé son fils et son amie, la maison est confortable mais elle recèle un problème récurrent : la mauvaise étanchéité des fenêtres en PVC. «  Un matin, j'ai aperçu une grosse flaque sur le sol. Il avait beaucoup plu, la porte-fenêtre était fermée », raconte la belle-fille qui se souvient avoir eu très peur car les fils de son installation hi-fi baignaient dans la flaque d'eau.

Au début du mois prochain, une réunion des propriétaires se tiendra dans l'école de Manihen. Peut-être qu'à l'issue, une association sera créée. Thérèse Guilbert espère qu'«  European homes va régler très vite la situation de ces propriétaires qui ont vécu un calvaire ces derniers mois.

 
Photos du 30 Septembre 2007. Les " Engins sont là " et le terrain a commencé à être nivellé
                 
 

             Manihen est un hameau d'Outreau, et chaque lieu à son charme, quand vous êtes en haut de la rue du Havet, vous dominez Outreau, Le Portel et la mer qui dans le lointain s'étend au pied de ses villes. Quand j'observe ce décor je ne puis faire autrement de penser et de dire " On dirait un " morceau " du Contentin qui serait venu se mettre en accord avec notre région." On y retrouve sur le visage de ce panorama les traits de la côté sauvage.                 MANIHEN c'est aussi ses petites fermes nichées à travers des petites routes encadrées par une nature un peu sauvage qui semble protéger la tranquilité et la sénérité de ses et ces endroits mystiques.                                     MANIHEN a ses secrets, ses magnifiques vues qui ont toutes un charme différent et attrayant.

Voici quelques photos

      

                                                        Une vue magnifique de la ferme perchée sur la colline

                                  

                                                    petite cascade qui vient d'une pâture                 

                         
 
 
 

L'ancienne " Plaine de jeux "   dans les années 1970, photo de gauche prise en bas où il y a l'école Maternelle Edouard VAILLANT et celle de droite prise en haut par la rue de Verdun.

   
  
Les travaux en novembre 2007
 
 
 
Janvier 2008
 
 
 
 
 
 
Août 2008
 
 
2009
 
 
 
 
  
 
Quelques documents de mon Grand-père maternel Paul BRANLY marié à Hélène YVART. Pour consulter l'arbre Généalogique sur les familles YVART ( en cours )  cliquez http://gw0.geneanet.org/index.php3?b=cyrillebernard et n'hésitez pas à nous fournir des documents ou des photos si vous en possédez et nous restons à votre disposition si vous souhaitez vous aussi des photos, des documents ou des Actes   pascalbernard@bbox.fr
       
                          
                         Photos familiales : ma mère Gisèle Branly est née rue du Havet  au N°7 et  les photos sa grand-mère Yvart (née Wallet)  qui habitait au N° 3 rue du Havet où elle est décédée en 1972.
                                               
 
 
 

                                

 
 
 
 
  

 L'Amicale Edouard VAILLANT. Le centre de tir se trouvait dans un baraquement détruit maintenant.
 

                              

Lors d'un match de foot au terrain des A.P.O en 1957; mon père Charles BERNARD dit Thierry au premier rang avec les deux mains sur le ballon, au premier rang aussi Julo Dindin ( Jules Dégardin ) en 6ème position. Si quelqu'un reconnaît une personne il peut toujours me contacter et obtenir un double de cette photo.

Père nous a quittés le 15 Décembre 2007.

Cliquez pour agrandir les photos   

L'arbre de Noël de l'école maternelle dans la salle des fêtes de Manihen vers 1970.  

                                         Manihen couvert de la nappe de brouillard. Cliquez pour lire                                    

 

                                              

   La place Léo LAGRANGE avec les bureaux des A.P.O, remplacés par la nouvelle cité.

 

L'arbre de Noël de l'école maternelle dans la salle des fêtes de Manihen vers 1970.  

 

Deux photos prises sur la plateau une côté de la mer la seconde sur Manihen encore enveloppé dans le brouillard. Le 12 Décembre 2007

                                         Manihen couvert de la nappe de brouillard. Cliquez pour lire                                   

  

L'école de Manihen, photo prise avant la seconde guerre mondiale ; pour l'occasion on avait sorti les tables, les vitres étaient décorées, un gros bouquet de fleurs installé devant les enfants. On constate aussi deux anciens modèles de balançoires. Merci à la personne qui m'a autorisé à publier ce petit trésor.

 

Une triste page d'histoire qui allait malheureusement s'ajouter à tant et tant d'autres pages ...

C'était en 1943, février et mars avaient été cléments ; il ne tomba pas une goutte d'eau du 26 février au 24 mars à Paris. L'hiver 1942-1943 n'avait pas été aussi doux depuis 1937... les 17 et 18 Avril on relevait 26° à St Quentin...C'était la période des vacances l'école était donc désertée des enfants qui aprés s'être acquittés de leurs besognes et il y en avait à cette époque, devaient jouer et les plus grands partis certainement aider dans les nombreux champs, pâtures et fermes...On m'a raconté que l'instituteur vivait dans le logement de l'école rue des Hauts Fourneaux et que son frère était là aussi...Le 20 avril un mardi Jean profitait du temps radieux pour s'installer dans le jardin, son frère était resté dans ses locaux...Quand soudain surgirent les bombardiers...L'école fut touchée et détruite et Jean fut tué ; son frère fut extrait des décombles et survécut. A la gare de triage le même jour pratiquement à la même heure c'était un écolier de16 ans qui fut aussi victime civile Germain PRUVOST qui habitait 257 rue des Hauts Fourneaux.
 

  
 
     Vous possédez une photo d'une victime civile ou d'un soldat Mort pour la FRANCE et vous avez des renseignements vous pouvez me les communiquer je les mettrai dans la page HISTOIRE et la communiquerai dans le MEMORIAL GENEWEEB ou alors vous pouvez le faire vous même voici l'adresse pour Outreau et toute la France. 

Mémorial Genweeb LISTE DES OUTRELOIS MORTSPOURLA FRANCE AINSI QUE TOUTES LES COMMUNES. 

                                         Liste des MORTS POUR LA FRANCE de Manihen

                                           

                                        

                         

                 
                                  Photo d'un Poilu Outrelois : Quelqu'un reconnaît-il notre Héros ?

                                    

       Mémorial Genweeb LISTE DES OUTRELOIS du hameau de MANIHEN 

MORTS POUR LA FRANCE  Vous pouvez compléter des fiches 

                                         La première Guerre Mondiale 1914 - 1918

   Vous recherchez des renseignements sur un membre de votre famille, un ancêtre, une ancienne connaissance    MORT POUR LA FRANCE,  vous voudriez savoir où et comment est décédé votre héros voici un lien                                                      Mémoires des hommes recherche des morts pour la France durant la guerre 1914-1918 

       
 
Travaux à Manihen rue Eitenne Dollet

                                      

 
       

 Travaux place Léo Lagrange à Manihen

                                                         

      Année 2008 le nouvel espace vert.                   

                             

 

 
 

     Une belle vue, un côté un peu rustique s'installe dans ce milieu bucolique.

 
   La longue période de froid depuis le début de l'année 2008 s'est installée et le soleil d'hiver n'a pas assez de force pour pour faire disparaître la poudre blanche qui recouvre champs et prairies.              
 
                                                 
 
                          Ruine d'une maisonnette qu'on aperçoit d'un petit chemin de Manihen               
 
 
 
  Famille YVART, BRANLY et BAILLY juste avant la guerre 39-45 rue Etienne DOLLET
De Gauche à Droite: Emile YVART, Jules BAILLY, André YVART, Eugène YVART, et Paul BRANLY, mon grand-père.
Merci à Christian YVART fils de Emile YVART qui était contre-maître au laboratoire des APO à l'usine 1 où j'ai travaillé aussi  jusqu'au licenciement des 1050 ouvriers en décembre 1978.
                                   
 
 

   MANIHEN et ses quelques baraquements. Ici rue des Hauts Fourneaux  au numéro 274, il devait s'agir sur le pignon on aperçoit des publicités pour les commerces. Si quelqu'un possède des photos  anciennes des commerces de Manihen c'est avec grand plaisir que je les mettrais en page. Merci.

                                                      pascalbernard   

                                    

                          Prés du foyer  et de la salle des fêtes,  il existait un baraquement qui a servi de logement de fonction, ici sur la droite, habité par une employée communale, il fut détruit avant 1990. Madame Hector ou Hoctor.

       
                 
 
                                               De 1971 à 2007
 
 
 
 
  
Photos de 1971
 
 
 Le foyer restaurant de Manihen
 
                                
 
                         Manihen vue de la colline d'Ecault.
 
                                                                           
 
 
 
  Quelques commerces de Manihen
 
 Le café du Vieux Moulin se trouvait en face de l'entrée de l'usine 1 à Manihen.  Il fut construit vers 1900.      
     
 
                                 
 
A droite, avant la cheminée, l'entrée de l'usine 1 de Manihen.
                    
 Les cafés et cafés-tabacs épiceries étaient nombreux et ouvraient leur porte de bonne heure pour ceux qui prenaient le poste de 6HOO-14HOO et allaient prendre un café entre copains  et qui croisaient ceux qui avaient fini leur poste de nuit et dont certains rentraient au café avant de rejoindre leur maison . 
 
                                                                                                                                                                        La place de Manihen aussi avait ses nombreux cafés et commerces, ainsi qu'en face des Aciéries. Manihen avec les A.P.O  et d'autres petites entreprises, a connu une activité intense.                                                 

          
Je ne sais pas où se situait exactement ce commerce...
 
 
 Vue sur la résidence GAMBART 
 
 
 
Léo Lagrange (1900-1940) et la conquête des loisirs. Sous-secrétaire d'État aux sports et aux loisirs sous le gouvernement de Léon Blum, le socialiste Léo Lagrange reste l'un des hommes politiques français les plus actifs. À l'origine des auberges de Jeunesse et du développement du sport populaire - un certain nombre de stades porte son nom -, il veut occuper les masses pour ne pas qu'elles tombent entre les mains des associations fascistes ou religieuses durant leur tout nouveau temps libre. : “Notre but simple et humain, est de permettre aux masses de la jeunesse française de trouver dans la pratique des sports, la joie et la santé et de construire une organisation des loisirs telle que les travailleurs puissent trouver une détente et une récompense à leur dur labeur “. Pacifiste mais engagé volontaire dans la Première Guerre mondiale, il côtoie André Malraux avec lequel il organise un trafic d'armes avec les républicains espagnols en 1936. Lorsque la guerre éclate en 1939, il s'engage et meurt au combat en 1940. Ce sera le seul ministre tué dans la campagne de France.
 
      
Le 3 septembre 1939, Léo Lagrange écrit dans l'Avenir :" Si Hitler a choisi la guerre, si de sa main, il veut mettre le feu au bûcher sur lequel flambera notre civilisation, il faut qu'il sache que nous défendrons notre pays sans forfanterie, mais sans faiblesse, et que nous irons jusqu'au terme le plus dur de notre devoir. La France veut être libre."

A la déclaration de guerre, il a 39 ans. Ancien combattant de la Grande guerre et parlementaire, il n'est pas mobilisable. A Daladier qui veut lui confier un commissariat général à la préparation militaire, il répond : "le pouvoir appartiendra à ceux qui seront battus et qui en sortiront vivants". A sa sortie du peloton d'EOR de poitiers le Sous-lieutenant Lagrange est affecté, sur sa demande, au 61e régiment d'artillerie de Metz.
Le 9 juin 1940, Léo Lagrange se charge d'une mission dangereuse sur le front, près d'Evergnicourt, occupé par les Allemands. Il est tué lors de l'offensive de l'Aisne. Son corps, découvert dans une prairie sur le bord de l'Aisne le 17 février 1941, à la limite des communes d'Evergnicourt et d'Avaux, fut inhumé à Avaux-le-Château (Ardennes), mais une stèle commémorative fut élevée à Evergnicourt, après un différend entre ces deux communes. Ses restes furent transférés le 28 juillet 1947, d'Avaux à Bourg-sur-Gironde.  
 source : www.ra61.terre.defense.gouv.fr/.../LL/index.html

Monument à la mémoire de Léo Lagrange à Evergnicourt

Léo Lagrange est aussi à l’origine de la création du billet populaire de congés annuels qui accorde 40 % de réduction sur les transports ferroviaires.

                                .          

Manihen sous la neige...

Rue Edouard VAILLANT aprés le passage à niveau

    
 
En haut de la rue Etienne DOLLET les pâturages et les paysages.
 
 
Le haut de la rue Etienne DOLLET
 
De ces pâturages s'écoule un ruisseau
 
Photo prise du haut de la rue Etienne DOLLE
 
 
 
 
 
 
 
 
Manihen et ces chemins de campagne
où il y a encore quelques petites fermes
 
 
 
 
 
 
 Des murets et des maisons du début des années 1900
 
 Le haut de la rue du Havet
    
Le chemin de Berken de la Tour du Renard reliant Manihen à Outreau
 
Les petits chemins de campagne de Manihen 
 
 
 
 
 
 
                               
free counters  free counters
 
 
 
 
 
 

     

 Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics