Emile CARPENTIER Maire d'OUTREAU DE 1943 à 1944 et de 1945 à 1948


Alfred Henri CARPENTIER dit "Emile CARPENTIER" (Emile était le prénom de son grand-père paternel) est né le 14 septembre 1888 ( déclaré le 15 septembre 1888) à l'ETOILE dans la Somme fils de Alfred Eugène Carpentier (1866-1932) âgé de 23 ans, soldat en garnison à Givet, et il exerçait le métier de tisseur- et de Célina WALLET ( 1888-1915) ouvrière de fabrique âgée de 20 ans. Maire d'Outreau, il décède à Wierre au Bois le 9 mai 1948. 

Carte postale de'Etoile dans la Somme, village natale de Emile Carpentier, carte postale des années 1900.

Alfred Henri CARPENTIER dit "Emile CARPENTIER" se marie le 30 avril 1912 à  Condé- Folie dans la Somme avec Éléonore Élisa BILLET né le 18 décembre 1888 à Condé-Folie fille de Jules Jean-Baptiste BILLET tisseur et de Alfréda Irène GAFFEZ couturière. Employé des chemins de fer du Nord à Amiens c'est la même année qu'il rejoint le dépôt de Boulogne-Sur-Mer.

Carte postale de Condé-Folie dans la Somma village où est née Éléonore BILLET l'épouse de Alfred Henri CARPENTIER dit "Emile CARPENTIER".

 Éléonore Carpentier, née Billet décède à Outreau le 28 mai 1978.
Photo 1965 de Mme Éléonore Carpentier ( née Billet).

Photo des Mécaniciens et des chauffeurs de locomotives, portant le cercueil du regretté Emile Carpentier, de l'ancienne mairie d'Outreau au cimetière. Il était de coutume que les mécaniciens et les chauffeurs de locomotives portent le cercueil de leur camarade cheminot ; ils s'habillaient alors, selon la tradition, de leur tenue de travail  "habit de chauffe" dans le jargon des cheminots.

Les cheminots portant le cercueil de leur camarade Emile Carpentier.

La vie d'Emile CARPENTIER, son action, nos souvenirs. Cliquez et zoomez sur l'article pour le lire.

Photo du dernier discours d'Emile CARPENTIER lors d'une cérémonie Aux Monuments Aux Morts
pour la France, certainement le 11 novembre 1947...Emile CARPENTIER est décédé le 9 mai 1948.


le maire Emile CARPENTIER et le conseil municipal à l'unanimité vote jeudi 21 août 1947
une sépulture gratuite et à perpétuité au cimetière d'Outreau pour les Enfants Morts pour la France. 


Le  jeudi 21 août 1947 le maire Emile CARPENTIER et le conseil municipal à l'unanimité vote  une sépulture gratuite et à perpétuité au cimetière d'Outreau pour les Enfants Morts pour la France. Article de presse du jeudi 21 août 1947
  
Emile Carpentier pris de gros risques durant l'occupation et sauva aussi trois personnes d'origine Juive.
Le 29 avril 1969, Yad Vashem a décerné à Emile Carpentier le titre de Juste parmi les Nations.
Carte postale de la stèle d'Emile Carpentier qui se trouve dans le cimetière d'Outreau ; elle fut érigée par l'aide d'une souscription auprès de la population.
    
Un reçu de souscription de la ville d'Outreau de 200 francs à l'époque de Louis Micke et son père Théodore Micke pour l'érection du buste d'Emile CARPENTIER. Archive scanné de la famille Micke que je remercie. 



Un lien très intéressant sur notre ancien Maire Emile CARPENTIER

http://www.ajpn.org/juste-emile-Carpentier-510.html

Émile Carpentier*, est né à l'Étoile dans la somme, le 15 septembre 1888.
Il épouse Eléonore Billet (1888-1978)

Très impliqué contre l'injustice, il devient syndicaliste et entre au conseil municipal d'Outreau en 1925. Il devient rapidement adjoint au maire.
Connu pour ses positions libérales, il est membre de plusieurs organisations de droits de l'homme. Très impressionné dans sa jeunesse par le procès Dreyfus, il se jure de se battre contre l'injustice.
En 1934, il fait partie d'un comité d'aide aux Juifs qui ont fui l'Allemagne et sont venus se réfugier à Boulogne.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est maintenu par les autorités d'Occupation comme premier adjoint de la commune et occupera le poste de maire lorsque Ernest Desclève, le maire d’Outreau, sera fait prisonnier.
Si, pendant l'Occupation, il n'est membre d'aucune organisation de Résistance connue, il se dépense sans compter en faveur des victimes des persécutions nazies.
Il va sauver Ernest et Lily Dohan, un couple de Juifs de Tchécoslovaquie qui avaient trouvé refuge à Boulogne-sur-Mer.
En effet, durant l'été 1940, la ville se trouve dans la zone des combats et les Allemands décident d'arrêter tous les étrangers vivant dans le département. Les Dohan figurent sur le registre des réfugiés étrangers et sont menacés d'arrestation.
Le maire, informé de la rafle qui se prépare, organise la fuite des Dohan et leur fournit un faux laissez-passer, grâce à ses contacts avec les cheminots. Puis, malgré le risque, il insiste pour accompagner lui même les Dohan, qui doivent sauter du train à un certain point où une voiture les attend pour les emmener en lieu sûr. Tandis que la police fouille la ville d'Outreau, les deux réfugiés prennent le train et quittent la ville tranquillement.

Élie Merkreb, un juif de Belgique, fait partie d'un groupe de prisonniers employés par les Allemands pour travailler aux fortifications d'Aurigny, une des îles Anglo-Normandes.
En 1944, ces prisonniers sont transférés à Boulogne avant d'être expédiés vers une destination inconnue à l'est. Quarante d'entre eux réussissent à s'échapper. Ils contactent Émile Carpentier*, qui les place chez des familles françaises, leur fournissant faux papiers et fausses cartes d'alimentation. Ils peuvent ainsi quitter rapidement la région. Peu d'entre eux furent repris.

Élie Merkreb restera en contact avec le maire jusqu'à sa mort le 9 mai 1948. Il continuera à correspondre avec sa veuve.
Dans une lettre écrite par le vice-président de l'association des détenus politiques d'Aurigny, sont évoqués les événements de l'année 1944, rendant hommage à l'aide reçue du maire.

Cette notice est réalisée avec le concours du Comité français pour Yad Vashem


A la libération Emile Carpentier fut inquiété par le Comité Départemental de la Libération qui voulait l'exclure de l'administration municipale et l'empêcher de briquer un siège aux prochaines élections locales. Le comité local de Libération d'Outreau intervint et adressa un courrier de soutien que signèrent Louis MICKE, Raymond SPLINGARD, GUILBERT, PRUVOST, VASSEUR, LESSAFFRE, VIDOR, LEDEZ et DUMONT.


Photo du dernier discours d'Emile CARPENTIER lors d'une cérémonie Aux Monuments Aux Morts
pour la France, certainement le 11 novembre 1947...Emile CARPENTIER est décédé le 9 mai 1948.
Une immense foule près de la mairie d'Outreau accompagne pour la dernière fois leur Maire Emile CARPENTIER.
La foule devant le parc de l'ancien château Lonquety en face de l'ancienne mairie d'Outreau, actuel  jardin public dont il ne reste que la tour
La mairie avec les drapeaux et la population venue nombreuse rendre un dernier hommage à E.CARPENTIER

 
Le cortège se rendant au cimetière, cet endroit c'est en face du Bras d'Or, on aperçoit dans le fond la mairie d'Outreau...

 

Les écoliers suivis de l'Harmonie Municipale d'Outreau dans le cortège accompagnant Emile Carpentier au cimetière le 13 mai 1948, décédé le 9 mai 1948.
 
Discours de M. LEDUC Inspecteur Primaire lors des funéraille d'Emile CARPENTIER
 
 
 
Discours de M. LEDUC Inspecteur Primaire lors des funérailles d'Emile CARPENTIER...suite
 
 
 L'arrivée au cimetière où une immense foule accompagne à sa dernière demeure leur regretté maire Emile CARPENTIER
 
 
 Madame Carpentier et les personnalités
 Près du drapeau René Mathou qui sera maire de 1948 à 1952  ; au premier plan Madame CARPENTIER
 





Photo d'un vétéran de la première guerre mondiale à l'enterrement d'Emile Carpentier
La tombe d'Emile CARPENTIER
 
 Puis par la suite la ville d'Outreau par une souscription fit iriger un buste en l'honneur de leur maire regretté Emile CARPENTIER ... En 1948 son épouse fut élu conseillère municipale
 
 
                   La tombe et le Buste d'Emile CARPENTIER
 
  Résultat de recherche d'images pour "Emile carpentier"     
 discours de M.MATHON conseiller Général et adjoint au Maire d'Outreau rendant un dernier Hommage et dire les adieux au regretté et ami Emile CARPENTIER

 
Photo de René MATHOU lors de son discours le jeudi 13 mai 1948 lors de l'enterrement de Emile CARPENTIER. René MATHOU deviendra maire de 1948 à 1952....Raymond SPLINGARD lui succédera de 1952 à 1983. 
 
Suite du discours de M.MATHON :
 
 
La réception à l'hôtel de ville lors des funérailles d'Emile Carpentier
 
Intérieur de l'ancienne mairie à l'emplacement de l'actuel Phénix
 
 
 
 Trois maires durant l'occupation Ernest DESCLEVES  de 1925 à1943                                                     Emile CARPENTIER de 1943 à 1944
                                                    Emile Guilbert       de 1943 à 1945

Emile CARPENTIER sera réélu maire en 1945 jusqu'à on décès le 9 mai 1948.
Photo d'Emile Carpentier, Ernest Desclèves  et Emile Guilbert ( de gauche à droite.)

Outreau remise du drapeau aux Anciens prisonnier cérémonie du 18 novembre 1946
En présence du maire d'Outreau Emile CAPPENTIER, René MATHOU conseiller général et adjoint, Raymond Splingard et des personnalités

 Le maire Emile CARPENTIER et le conseil municipal à l'unanimité vote jeudi 21 août 1947
une sépulture gratuite et à perpétuité au cimetière d'Outreau pour les Enfants Morts pour la France. 
 
 
A propos du vote de  1947 du  conseil municipal d'Outreau votant  une subvention symbolique de 500 francs pour l'érection d'un monument dédié aux victimes du maquis de Revin
 

Le jeudi 21 août 1947 le conseil municipal sous la présidence du maire Emile Carptentier, vote une subvention symbolique de 500 francs pour l'érection d'un monument aux 3000 victimes du maquis du Revin

 
 Réalisé par le sculpteur Henri Louis dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, il a été inauguré le 27 juin 1948  en présence de Vincent Auriol Président de la République et de François   Mitterrand alors Ministre des Anciens Combattants.




 Retour     Site consacré à la ville d'Outreau  ou retour Site de Pascal BERNARD d'Outreau      

free counters      free counters


  
Comments