Voie ancienne entre Bourbon et Toulon-sur-Arroux

Roland Niaux
(1999)

Les données contenues dans ces pages sont mises à la disposition de tous : chercheurs, archéologues, historiens ou amateurs. Merci de respecter le code déontologique de la recherche et de ne pas utiliser ces textes sans en indiquer la provenance ni leur auteur.

 accueil

 

Dans son essai sur le système défensif des romains, Jacques-Gabriel Bulliot émet l’hypothèse d’une voie romaine directe entre Toulon-sur-Arroux et Bourbon-Lancy[1]. Il l’identifie sur la carte de Cassini sous le nom de « Chemin Montpalais » (p. 106). Il s’agit là d’une lecture défectueuse de la carte de Cassini. Si l’on y voit effectivement les deux termes « Chemin » et « Montpalais » côte à côte, ils ne sont pas destinés à être lu ensemble. Un peu après Montpalais, on peut lire « de Bourbon les Bains ». On a donc Montpalais, hameau de Grury, venant s’intercaler entre les termes « Chemin de Bourbon-les-Bains » et sur la même ligne, ce qui explique la confusion.

Quoiqu’il en soit, ce chemin était connu et pratiqué au XVIIIe siècle. On retrouve son tracé sur les cartes de l’IGN au 1/25 000e de Grury et de Luzy, dans une suite cohérente de chemins de diverse importance, rarement interrompue, le long desquels on retrouve tous les lieux indiqués par la carte de Cassini.

De Bourbon à Toulon, de l’Ouest – Sud-Ouest à l’Est – Nord-Est, la direction est très constante, sans pentes excessives, sur 29 à 30 km, de 271 m. d’altitude au départ de Bourbon, à 251 m à l’arrivée à Toulon, avec un maximum de 420 m au pied du Mont Dardon. A partir de Bourbon-Lancy, le tracé est tout d’abord celui du chemin se détachant de la D 60, à la cote 271, pour se diriger vers le signal de Mont. On l’abandonne au hameau de Foncy ou à celui de « Vers le Mont » pour rejoindre au plus court le GR 3 après avoir traversé la D 342. Le GR est laissé au bout d’1 km. La direction initiale se poursuit par un chemin rural passant à Crevans (5 feux en 1475), Darnecy, Longvets (4 feux en 1475), Valency (3 feux en 1475), Le Crot Blanc (pyrite, galène, malachite exploités au XIXe et au début du XX siècles, mais peut-être antérieurement), Montpalais (5 feux en 1475 ; on y a également trouvé deux haches néolithiques), La Muraille (le lieu indiqué sur la carte de Cassini, Vilaire, 4 feux en 1475, est maintenant à quelques centaines de mètres au nord de La Muraille), Le Roux (Chez le Rot sur la Carte de Cassini). Le tracé est ensuite celui de la D 25 puis du GR 13 qui fait limite de communes entre Issy-l’Évêque et Uxeau jusqu’au Mont Dardon. Notre voie contourne le Mont Dardon par le nord et le hameau des Gautherons puis reprend le tracé du GR 131 qui, cette fois, fait limite de communes entre Sainte-Radegonde et Uxeau. Près du Vernat, lieu-dit « Le Grand Champ », on rencontre un site d’habitat gallo-romain, de même qu’à Veillerot (3 feux en 1475). Aux Cottas, à la limite de Sainte-Radegonde et de Toulon-sur-Arroux, il a été trouvé un statère en electrum du IIe siècle avant J.C.

Toujours suivant le GR 131, notre voie arrive au pont de Toulon-sur-Arroux, par le Théâtre et Taluchot (où François Cognot a photographié un site gallo-romain dans les Sablières).

Quelle ancienneté peut-on concéder à ce chemin ? On y rencontre plusieurs sites gallo-romains et même une trouvaille néolithique mais surtout un nombre important de hameaux ou lieux-dits dont l’occupation est attestée au XVe siècle[2].

Le site du Mont Dardon, par ailleurs relié directement à Bibracte, a certainement un importance déterminante dans le choix de cet itinéraire direct Bourbon-Toulon qui semble borné en lieues gauloises de 2415 m : 1 lieue de Bourbon-Lancy à « Chez Picaud » (carrefour) ; ensuite 1 lieue jusqu’à la cote 346 (carrefour au N. de Chatay) ; 2 lieues jusqu’à Valency (carrefour) ; 1 lieue jusqu’à Montpalais ; 2 lieues jusqu’à la limite de Grury-Issy-l’Évêque ; 1 lieue jusqu’au Bois Michelot (carrefour) ; 1 lieue jusqu’aux Gautherons (hameau-carrefour au pied du Dardon) ; 3 lieues jusqu’à Toulon-sur-Arroux ; au total 12 lieues, soit 28 km 980 pour 29 à 30 km mesurés sur la carte IGN.

L’examen d’une carte à plus grande échelle amène à penser que l’on pourrait être en présence d’un tronçon d’une voie directe de Cabillonum à Bourbon-Lancy. On peut poursuivre, vers Est – Nord-Est, le même axe directionnel jusqu’à Saint-Berain-sur-Dheune, en passant par l’autre Bourbon, presque inconnu, lieu-dit en bord de l’étang de Torcy, aux sources de la Dheune et de la Bourbince, sous un site gallo-romain important (La Grande Motte). Après le franchissement de la Dheune à Saint-Berain, notre voie pourrait se raccorder à la voie Chalon-Bibracte, entre Charrecey et Mercurey.

Si l’on regarde maintenant vers Ouest – Sud-Ouest, on s’aperçoit que le même axe conduit à Moulins-sur-Allier. Sans aller jusqu’à affirmer une liaison réalisée entre ces deux points extrêmes à une époque quelconque, on peut au moins assurer l’existence entre Bourbon – Dardon – Toulon, d’un chemin utilisé dès la protohistoire et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

 

© Roland Niaux 1999 (Publication électronique : Mai 2006)


[1] J.-G. Bulliot, Essai sur le système défensif des romains en Pays Éduen, Paris-Autun, Dejussieu,  1856.

[2] Renseignements puisés à ces sources : A. de Charmasse, Le Bailliage d’Autun en 1475, M.S.E., XXVII, 1899 ; A. Rebourg, GAG ; photos aériennes de F. Cognot et prospection au sol.