LA VIEILLE ÉGLISE DE TAVERNAY

Roland Niaux

 

Les données contenues dans ces pages sont mises à la disposition de tous : chercheurs, archéologues, historiens ou amateurs. Merci de respecter le code déontologique de la recherche et de ne pas utiliser ces textes sans en indiquer la provenance ni leur auteur.

 ACCUEIL

Une église paroissiale existait à Tavernay en 1164. Elle fut reconstruite au XVe siècle. Le chœur nervuré et une fenêtre de style flamboyant en témoignaient. Un gros habitat gallo-romain, probablement une villa, bordait le Ternin au bourg de Tavernay. L’église en récupéra des matériaux. L’abbé Devoucoux assure qu’on y voyait des " patureaux ", ces moellons de grès utilisés pour décorer les parements des beaux monuments gallo-romains. De plus, une petite stèle gallo-romaine était encastrée au sommet du pignon : elle s’est brisée lors de la démolition.

La vieille église peut être assez bien décrite, grâce à un plan dressé en 1848 par l’architecte autunois Bonnet et une photo prise peut de temps avant sa destruction. Elle était située au sud de la D 116, à 60 m de l’église actuelle, entourée du cimetière qui est demeuré au même endroit.

Elle se composait d’une nef rectangulaire de 15 m de longueur à l’intérieur et de 7,30 m de large, prolongée d’un chœur de même largeur, sans transept et d’une abside à fond plat épaulée extérieurement de contreforts d’angles. Chœur et abside mesuraient intérieurement 8 m de longueur, ce qui faisait un édifice d’une longueur totale extérieure de 25 m et d’une largeur de 9 m. L’église était orientée. Une petite sacristie, à gauche de l’abside, fut détruite vers 1848 et reconstruite à droite. Le portail d’entrée, roman, était garni de deux voussures et encadré de chaque côté par deux colonnes à chapiteaux. Il était surmonté d’une fenêtre plein-cintre. Une autre porte était ouverte dans le mur latéral sud, ainsi que deux fenêtre latérales dans l’abside. Un clocher à tour carrée surmontait le chœur. Il était coiffé d’un toit à quatre pentes, supportant une pointe à base hexagonale, couverts d’essaules. La nef était couverte en tuiles creuses.

 

Le conseil de Fabrique décida, en 1866, la construction d’une nouvelle église et approuva, en 1867, les plans de Jean Roidot-Houdaille, architecte à Autun. Le 11 mai 1868, Madame Veuve Duchemin donna à la commune le terrain nécessaire pour bâtir. La première pierre fut posée par Mgr de Marguerye, évêque d’Autun, le 10 novembre 1868. Sans attendre plus longtemps, le maître de Tavernay, M. Abord, fit démolir la vieille église dont l’emplacement servit à agrandir le cimetière. Pendant trois ans, les offices eurent lieu dans une grange. La nouvelle église, qui ne paraît pas sensiblement plus grande que l’ancienne fut consacrée le 29 juillet 1872 seulement, les travaux ayant été retardés par la guerre de 1870. Comme la précédente, elle a été placée sous le vocable de Saint-Laurent.

© Roland Niaux, ca 2000 (Publication électronique : août 2006)

 

  Vous pouvez cliquer sur le plan
pour l'agrandir

Bibliographie :

A. de Charmasse, Cartulaire de l’Eglise d’Autun, Autun, Dejussieu, 1865, t. I-II, p. 90.
A. de Charmasse, Cartulaire de l’Evêché d’Autun, Autun, Dejussieu, 1880,  p. 365.
H. de Fontenay : Epigraphie autunoise, M.S.E., XI, 1882, p. 321.
Abbé Devoucoux : Album n°7 (Bibliothèque de la Sté Eduenne)
J.-F. Baudiau, Le Morvan, TII , Paris, Guénégaud, 1865, p. 349 et s.