Un type de monument funéraire du Pays Éduen

Roland Niaux
(ca 2000)

 

Les données contenues dans ces pages sont mises à la disposition de tous : chercheurs, archéologues, historiens ou amateurs. Merci de respecter le code déontologique de la recherche et de ne pas utiliser ces textes sans en indiquer la provenance ni leur auteur.

  ACCUEIL

 

Dans les précédentes publications de la Société Eduenne[1], nous avons décrit quarante monuments de pierre ayant l’aspect de piliers percés d’une cuve à leur sommet.

Nous pensions être en présence de stèles gauloises ou gallo-romaines destinées à recevoir dans leur cuve sommitale une urne cinéraire.

Cette hypothèse s’appuyait sur deux constatations. Concernant la datation, ou tout au moins une approche de datation, nous avions noté la découverte de l’un de ces piliers sous les débris entassés au pied d’un front de taille de la carrière de granite de La Roche Mouron, carrière en exploitation à l’époque gallo-romaine[2].

Concernant la destination funéraire, nous avons eu la chance de découvrir sur l’une des faces d’un pilier, la sculpture en relief du personnage traditionnel des stèles gallo-romaines éduennes, tenant en ses mains la carafe et le gobelet des libations funéraires.

Depuis lors, vingt nouveaux monuments nous ont été signalés et ont été vérifiés, c’est l’apport de nombreux lecteurs intéressés à cette recherche.

Comme les premiers, ces nouveaux monuments sont tous de granite, leurs forme et leurs dimensions s’intègrent parfaitement dans la typologie précédemment établie, et leur répartition géographique s’ordonne toujours autour de Bibracte et d’Augustodunum. Par exception à cette règle, deux des nouveaux monuments ont été découverts dans la région de Couches, près d’une la voie d’Autun à Chalon. Antérieurement, nous avions aussi noté la présence d’un monument à Grury et d’un autre à Bourbon-Lancy, sur la voie d’Autun à Gergovie. Ces exceptions ne remettent pas en question la position du centre de répartition.

Nous sommes maintenant en présence de 60 monuments de même type auxquels il convient d’ajouter ceux que nous avions vus avant leur disparition, ceux dont l’existence nous a été attestée par des témoins sérieux mais que nous n’avons pu voir, ceux enfin évoqués par des textes anciens[3], ce qui nous amène à un total de 72 monuments certains. Il ne fait pas de doute que quelques uns encore apparaîtront et nous seront signalés d’ici la publication de cet article.

Dans cette perspective de recensement, on peut s’interroger sur la signification du toponyme « Borne Creuse ». On le rencontre en deux endroits, d’une part sur la commune de Saint-Sernin-du-Bois, en Saône-et-Loire, d’autre part sur la commune de Ternant, dans la Nièvre. Dans ces deux endroits, on trouve à peu de distance, des carrières de pierres exploitées à l’époque gallo-romaine.

Si plusieurs de nos piliers ont été interprétés par leur possesseurs comme étant des bénitiers, ou encore des mortiers (fonctions pour lesquelles certains d’entre eux ont été aménagés, soit par élargissement de la cuve, soit par percement en fond de cuve d’un conduit d’évacuation), d’autres nous ont aussi été présentés comme d’anciennes bornes (ainsi à La Comelle) et l’on nous a également assuré que leur destination était celle de chasse-roues. En tout cas, on ne peut pas trouver pour nos piliers de meilleure qualification que celle de « borne creuse ».

La répartition géographique des 72 monuments aujourd’hui connus s’établit ainsi :

Côte d’Or : 1 ; Nièvre : 19 ; Saône-et-Loire : 52.

Il ne faut pas y attacher trop d’importance. Nous savons que certains de ces monuments ont été déplacés et nous ignorons qu’il en va sans doute de même pour quelques autres. Il n’en ressort pas moins que 67 piliers sur 72 se situent dans un cercle dont le diamètre, incluant Autun et Bibracte, n’excède pas 40 km, et que la densité la plus élevée est précisément le pourtour immédiat du Mont Beuvray : 10 à Saint-Léger-sous-Beuvray, 7 à Laizy, 6 à Poil, presque le tiers du total.

Nous avons dit que la typologie initialement dégagée n’était pas modifiée :

-         sur 60 piliers vérifiés, 48 sont de section octogonale, 16 parmi eux présentant des octogones irréguliers ou approximatifs.

-         Les 12 autres ont une section imprécise, vaguement circulaire, ou partiellement polygonale, mais on doit tenir compte du fait que les angles de granite, en plein air parfois depuis 20 siècles, sont très érodés et que de ce fait, la forme est souvent difficile à interpréter.

·        40 cuves sont ovoïdes.

·        10 cuves sont cylindriques ou hémisphériques. On ne peut exclure qu’elles aient été retaillées en vue d’un remploi.

·        10 cuves sont obstruées ou partiellement détruites

·        9 piliers ont un rapport historique ou géographique avec un lieu de culte chrétien : église, chapelle, calvaire.

·        9 piliers se situent dans un contexte archéologique gallo-romain : sites d’habitats, carrières ou mines, monuments funéraires classiques. (On ne tient pas compte de la proximité des voies qui est quasi-générale).

 

Comment expliquer la présence, en si grand nombre, de ces monuments dans notre environnement ? Bacs à fleurs devant les habitations, chasse-roues à l’entrée des cours de fermes, supports de poteaux, intégration comme piédroits ou pierres d’angles dans des maçonneries ?

Une seule réponse est possible : leur présence n’a jamais posé de question ni suscité un grand intérêt. Leur forme et leur volume prêtaient difficilement à réutilisation. Lorsqu’ils disparaissent, c’est tout simplement parce que leur propriétaire ou détenteur les a brisés en menus morceaux pour encaisser un chemin boueux (cas du pilier vu il y a quelques années à la ferme de Montentaume, sur la commune de Poil, et de celui vu dans les démolitions des maisons du hameau de Méley, commune de Saint-léger-sous-Beuvray, démolitions broyées par les gros engins de destruction forestière). Depuis nos recherches, un pilier a été vendu 50 francs à un brocanteur !

Leur origine lointaine et leur destination funéraire a été très vite oubliée des populations autochtones, à la différence de ce qui s’est passé pour les stèles anthropomorphes. Ces dernières on été considérées par les ruraux, soit comme des images de saints, soit comme des idoles, et de ce fait, on les a soit ré-enterrées (dans le doute), soit détruites, soit conjurées ou honorées en les intégrant à un monument religieux[4].

Des monuments d’inspiration architecturale voisine et de le même destination funéraire apparaissent hors du pays éduen. Michel Chossenot et François Lefèvre ont publié une étude des stèles funéraires gallo-romaines de la Fosse Jean Fat à Reims[5]. Sept d’entre elles (n°2, 5, 6, 8, 9, 11, 12) sur treize présentent des analogies avec nos piliers éduens. Six ont une section parallélépipédique, une est de section circulaire, en forme de colonnette. Leurs dimensions sont celles de nos monuments : 80 à 90 cm de haut, 30 à 40 cm de large. Elles sont datées par leur environnement des 1er et IIème siècles de notre ère. Deux d’entre elles (n°2 et 12) comportent à leur base une « excavation hémisphérique pouvant s’expliquer par la présence d’une urne cinéraire ».

Les différences que nous remarquons au regard de nos monuments Éduens, résident principalement dans la nature de la roche utilisée (la Marne est un pays calcaire) et dans une épigraphie fréquente.

Quant au positionnement des cuves à la base des monuments, la différence peut n’être qu’apparente : nous ne sommes pas assurés de la position initiale de nos monuments.

C’est dans le département de la Creuse, aux confins de la cité des Lémovices et de celle des Arvernes, que l’on va trouver des monuments vraiment très proches de nos piliers éduens. Par un beau jour de vacances, notre confrère Gilles Ruet remarquait, chez un antiquaire d’Ussel, dans le département de la Corrèze, deux de ces monuments. Le commerçant en possédait initialement quatre, mais en avait déjà vendu deux. Ces quatre piliers avaient été découverts assez loin d’Ussel, dans le département de la Creuse, près du Moutier d’Ahun, à l’occasion de labours. Ils étaient donc enterrés. L’un d’eux renfermait dans sa cuve un récipient de terre cuite contenant des cendres, aussitôt dispersées. Selon un témoignage spontané, mais vite rétracté, il y aurait eu parmi les cendres une pièce d’or[6].

Le Moutier d’Ahun (Acitodunum sur la Table de Pentinger) était un carrefour sur l’importante voie romaine joignant Lyon à Saintes. D’Ahun, une voie se dirigeait vers Autun, par Evaux et Neris-les-Bains , sans doute ensuite Bourbon Lancy : la route thermale. Une autre voie allait vers Bourges.

A une vingtaine de kilomètres d’Ahun, se trouve le site de Pontarion, nécropole ayant livré une centaine de sépultures à incinérations se présentant sous la forme de coffres funéraires en granite, d’aspect et de dimensions variables, mais offrant avec nos piliers certaines analogies, notamment leur section souvent octogonale.

Nous avions déjà fait état de cette particularité en 1993-1994 alors que l’importante découverte du Moutier d’Ahun était encore ignorée[7].

En conclusion, on peut considérer comme hautement probable le caractère funéraire des piliers éduens. Mais ce type de monuments existe ailleurs, avec quelques variantes. En terre éduenne, il se concentre sur les terrains granitiques desquels émerge le Mont-Beuvray. Son aire de dispersion est massivement celle de la zone Bibracte-Augustodunum.

 

© Roland Niaux, ca 2000 (Publication électronique : Mai 2006)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ACCUEIL

 

 


[1] R. Niaux, Un type de monument funéraire du pays éduen, M.S.E., LV, fasc. 3, 1993-94, p. 185-208 ; M.S.E., LVI, fasc. 1, 1995-96, p 33-55.

[2]  M. Pinette, Les carrières de pierres gallo-romaines dans le Nord-Est de la France, Mémoire de Maîtrise, Dijon, 1978.

[3] Six monuments déjà signalés en M.S.E. LV, fasc. 3, p. 185 et en M.S.E. LVI, fasc. 1, p 34.

Six nouveaux documents : à Marmagne, la Croix Blanchot, Melle Duverne ; à Dettey « devant l’église, bénitier au sol de 0,75 x 0, 65, octogone irrégulier » attesté en 1706, témoignage de R. Oursel, Histoire et Monuments, canton de Mesvres, p. 114. ; à Dettey, hameau de Thul, acquisition par un brocanteur ; à Millay, la Vallée, attesté par un témoin, non retrouvé ; à Laizy, La Plante, vu mais non mesuré ni photographié en l’absence du propriétaire ; à Brion (La Gazette Indépendante d’Autun du 29/12/1976, publiait un article de J. Champmartin, concernant la « découverte du bénitier de la chapelle St Laurent du Mont Dru ». La photo illustrant l’article est celle d’un pilier octogonal creusé d’une cuve étroite à son sommet.

[4] N°6, Mesvres, la Certenne, n°10, St Eugène, le bourg ; n°11, St. Symphorien-de-Marmagne, Maison Dru ; n°18, Tazilly, Ponay ; n°28, Grury, Brion (M.S.E, LV, fasc. 3 et M.S.E. LV, fasc. 2, 1991, p. 77 à 112). Voir également R. Niaux, Monuments funéraires antiques, inédits ou oubliés de la région autunoise, M.S.E. LV, fasc. 2, 1991, p. 77 à 112.

[5] Mémoires de la Sté. d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, T XCVIII, 1983, p. 25 et s.

[6] Précision recueillie le 7 avril 1998 auprès de l’épouse du commerçant.

[7] D. Dussot, Carte archéologique de la Gaule, 23 la Creuse, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1989, p. 41 et 140.