L'ANCIEN "CHEMIN D'AUTUN A MONTCENIS"

Roland Niaux
s.d.

  Les données contenues dans ces pages sont mises à la disposition de tous : chercheurs, archéologues, historiens ou amateurs. Merci de respecter le code déontologique de la recherche et de ne pas utiliser ces textes sans en indiquer la provenance ni leur auteur.

 ACCUEIL

 

Une hipposandale (le fer à cheval de l’antiquité) déposée au Musée Rolin en 1998, a été trouvée en prospection le long du chemin dit « de la Maison des Biques » à hauteur des anciennes carrières nommées « Teurots de Couhard » dans une profonde ornière creusée par les roues des engins de débardage forestier.

Ce chemin mérite quelques commentaires. Indiqué au plan cadastral de 1822 sous le nom de « Chemin d’Autun à Montcenis », il conserve par endroits une largeur d’emprise et un solide pavage sans rapport avec son inutilisation actuelle. On peut lui supposer une origine gallo-romaine. Il se détache du tronc commun des voies d’Autun à Tournus et d’Autun à Belleville dans le Bois de Riveau, à la cote 367, en direction de l’Est. Il est bordé au Nord par les vastes carrières de granite de Couhard, d’où furent tirés les matériaux qui servirent en partie à la construction d’Augustodunum.  Il dessert ensuite une riche villa gallo-romaine, avec les bains et mosaïques, Montmain, qui fut fouillée au XIXe siècle[1]. Le « Chemin d’Autun à Montcenis » oblique alors vers le Sud-Est, mais l’itinéraire initial, occulté sous divers segments de chemins forestiers contemporains, se retrouve aligné sur plusieurs sites archéologiques : les contreforts extérieurs de l’aqueduc gallo-romain de Montjeu, les anciennes carrières de grès de la « Coiffe au Diable », où furent trouvées, il y a environ un siècle, une autre hipposandale et une hache polie néolithique[2], la Fontaine Pouillouse[3], captée par les gallo-romains, environnées de vestiges de carrières de grès. De là, un chemin redescend très vite sur la voie romaine Autun-Chalon, à hauteur de l’ancienne maison seigneuriale des Clugny, vers les Renaudiots.

On a ainsi suivi un chemin d’environ 4 km et demi, formant au Sud et à l’Est d’Autun une sorte de périphérique à niveau à peu près constant, joignant deux voies romaines importantes, partiellement utilisé jusqu’au XIXe siècle et desservant plusieurs sites antiques. Sa raison d’être était vraisemblablement liée à la présence de matériaux de construction, granite et grès émergeant presque tout au long du parcours et donc facilement exploitables.

 

© Roland Niaux (Publication électronique : Mai 2006)


[1] Édmé THOMAS, Histoire de l'antique cité d'Autun, Autun, Dejusieu et Paris, Dumoulin, 1846, Réédition Marseille, Laffitte, 1977.

[2] M.S.E., XI, p. 5 et M.S.E., XXXV, 1907, p 355.

[3] La Fontaine Pouillouse, où l’on venait « pouiller », c'est-à-dire puiser, donne naissance au ruisseau de Bonneau (bonne eau).

(Société d’Histoire Naturelle d’Autun, 8e bulletin, 1895, PV des séances, p 129).