Expositions‎ > ‎2019-2020‎ > ‎

Nicole JOYE

Au hasard des géométries sensibles
photographies
exposition du 6 février au 1er mars 2020 du mercredi au dimanche de 15h à 19h
vernissage le jeudi 6 février à 18h
présence de l’artiste tous les samedis et dimanches

" Qu’y a -t-il, dans nos souvenirs de jeune écolier, de plus vide d’affect que les formes géométriques : seulement des angles, des lignes droites, des « cylindres, des sphères, des cônes » (Cézanne). Espace de l’impersonnel et de la froide rigueur, l’univers de la géométrie se donne généralement comme l’antithèse de l’expérience émotionnelle. Et si pourtant la géométrie, celle qui habite et configure le réel, était source d’affects ? Tel est le parti-pris de Nicole Joye qui, au travers de ses photos s’attache à faire ressentir la charge émotionnelle des géométries qui dessinent le monde sensible. Géométrie du cosmos industriel, architectural, urbain, mais aussi géométrie de certaines formes naturelles : il arrive que ces différents environnements échappent à leur destin rigoriste et deviennent source de vibrations esthétiques.

L’intérêt du travail de Nicole Joye est de nous faire voir cette part de rêve, de jeu et d’imaginaire que véhiculent parfois les horizontales, les verticales, les obliques abstraites. Son talent est de faire admirer cette alchimie du quotidien. C’est ainsi que la photographie réussit à donner une consistance esthétique au paradoxe que constituent les « géométries sensibles ».

Nicole Joye n’a pas de « plan » organisé, d’horizon prédéterminé et ne conçoit pas son travail comme l’illustration d’une « idée » conceptuelle ou théorique. Elle est une inlassable promeneuse qui musarde dans les rues, les montagnes, les bords de mer, émerveillée par la beauté du monde, son inépuisable diversité, ses couleurs enchanteresses qu’elle capte au hasard des jours et des saisons. C’est dans cet ensemble de photos que s’opère le second moment du travail de l’artiste : réunir ce qui, a priori, n’a rien de commun, former des « couples » de photos dans lesquels chacune a été prise pour elle-même, pour son idiosyncrasie. Par cette rencontre improbable, l’effet des géométries sensibles se trouve redoublé. Magie de la rencontre qui fait vibrer à l’unisson des univers dissemblables. Nicole Joye n’impose rien au regardeur et ne veut rien démontrer : elle marie ce qui a été découvert par hasard. Au spectacle des photos de Nicole Joye, le hasard se convertit en nécessité émotionnelle.

C’est ainsi qu’un travail renouant ostensiblement avec la pratique du Beau participe malgré tout de plein pied de l’art contemporain. Ici, « l’œuvre ouverte » s’affirme non dans la déconstruction du métier, de la représentation, de la perspective, du Beau, des repères de l’art, mais dans la combinaison de la réflexivité et de la contemplation esthétique de celui qui regarde. Non plus mettre en suspend le Beau ou en briser l’harmonie (art moderne), mais réinvestir cette problématique en y injectant une incertitude « obligatoire », en contraignant le public à apporter avec lui ses doutes, ses interrogations, ses propres résonances et ses propres raisons. C’est bien un esprit d’art contemporain qui commande le spectacle de ces géométries sensibles.

Quant au regardeur, le voici engagé dans une expérience paradoxale toute particulière qui mérite l’attention. D’un côté, ces photos ont quelque chose d’indéniablement « classique » par leur dimension esthétique et représentative. Plongeant le spectateur dans une sorte de bienheureuse contemplation, elles semblent ne pas ressortir d’une démarche d’art contemporain et de son indifférence à la question du Beau. Mais d’un autre côté, face à ces binômes chromatiques, un travail réflexif est inévitable. Nous sommes contraints de nous interroger : pourquoi ces mariages de photos ? A quoi renvoient ils ? Quelle était l’intention de l’artiste ?

Il faut apprécier ce travail, qui, bien que participant de l’art contemporain, s’attarde à redonner tout son éclat et toute sa légitimité à la problématique traditionnelle de la Beauté."

Gilles Lipovetsky. Août 2019

Lien