Taiko un adorable cochon

Sa mère destinée à l'abattoir avait été maltraitée .Elle a été rachetée par une agricultrice.Puis dès la naissance de ses bébés elle a commencé à les dévorer, la propriétaire a nourri au biberon les survivants, mais l'agressivité de la mère les mettait en péril, nous avons donc ramené au refuge le plus chétif,que nous avons appelé Taiko.

"Tout finit... et tout recommence toujours. Pour n'avoir pas de regrets dans la vie -car le regret et l'amertume sont les seules choses intolérables- il faut s'élancer toujours vers le progrès et vers les jours à venir. Il faut toujours apprendre, toujours faire quelque chose de plus, toujours enrichir sa vie ! Et puisque chaque tournant de route nous enlève quelques chose -quelque chose qu'il faut laisser derrière nous- il faut que chaque nouveau bout de route nous apprenne, nous transforme, augmente nos raisons de vivre, de croire, d'espérer, d'aimer..."

Dr Marguerite Champendal

Le plus court chemin du plaisir au bonheur passe par la tendresse ... Grégoire Lacroix

Le Cochon, la Chèvre et le Mouton

Jean de La Fontaine

Une Chèvre, un Mouton, avec un Cochon gras,

Montés sur même char s’en allaient à la foire :

Leur divertissement ne les y portait pas ;

On s’en allait les vendre, à ce que dit l’histoire :

Le Charton n’avait pas dessein

De les mener voir Tabarin,

Dom Pourceau criait en chemin

Comme s’il avait eu cent Bouchers à ses trousses.

C’était une clameur à rendre les gens sourds :

Les autres animaux, créatures plus douces,

Bonnes gens, s’étonnaient qu’il criât au secours ;

Ils ne voyaient nul mal à craindre.

Le Charton dit au Porc : Qu’as-tu tant à te plaindre ?

Tu nous étourdis tous, que ne te tiens-tu coi ?

Ces deux personnes-ci plus honnêtes que toi,

Devraient t’apprendre à vivre, ou du moins à te taire.

Regarde ce Mouton ; a-t-il dit un seul mot ?

Il est sage. – Il est un sot,

Repartit le Cochon : s’il savait son affaire,

Il crierait comme moi, du haut de son gosier,

Et cette autre personne honnête

Crierait tout du haut de sa tête.

Ils pensent qu’on les veut seulement décharger,

La Chèvre de son lait, le Mouton de sa laine.

Je ne sais pas s’ils ont raison ;

Mais quant à moi, qui ne suis bon

Qu’à manger, ma mort est certaine.

Adieu mon toit et ma maison.

Dom Pourceau raisonnait en subtil personnage :

Mais que lui servait-il ? Quand le mal est certain,

La plainte ni la peur ne changent le destin ;

Et le moins prévoyant est toujours le plus sage.

Jean de La Fontaine

En faisant scintiller notre Lumière, nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant...♥

Nelson Mandela

« Le jour où les humains comprendront qu’une pensée sans langage existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans des zoos et de les avoir humiliés par nos rires… »

Boris Cyrulnik

Tous les mots que l'on utilise pour décrire l'amour ne dépassent pas le geste qui le démontre ... Pierre Trépanier

"Plus on partage la tendresse, plus elle grandit."

Miguel de Unamuno

LE PORCIN QUI SE LAISSAIT MOURIR DE FAIM

''Quand j’avais 14 ans, je suis allé à la ferme de mes grands-parents en Italie. À un certain moment, on décida qu’il était temps d’abattre un des cochons. Ce ne fut pas un spectacle agréable. Néanmoins, j’ai bravement regardé, pour éviter qu’on se moque de moi.

Quelques jours plus tard, on remarqua que le petit de la truie abattue ne mangeait plus. Toutes les tentatives pour le convaincre de s’alimenter furent vaines.

Finalement, la famille décida qu’il faudrait abattre aussi le porcelet. Tous disaient qu’il était dommage qu’on ne puisse attendre qu’il soit bien gras.''

Si nous considérons les émotions comme un instinct de survie, l’anecdote du porcelet déprimé nous en dit long sur la psychologie de l'animal

C’est pourquoi nous pleurons les êtres chers.

Les émotions créent une cohésion sociale. Les individus doivent se battre pour survivre, mais les espèces doivent en faire autant.

L’histoire est la même, qu’il s’agisse de porcelets ou d’humains.

Lara Berthet