La vivisection , l'expérimentation animale

Dans les laboratoires publics et privés:

1 animal est victime de la vivisection toutes les 12 secondes en France.

1 animal est victime de la vivisection toutes les 3 secondes en Europe.

25 animaux sont victimes de la vivisection chaque seconde dans le monde.






**************************


Le mot “vivisection” signifie littéralement «sectionner à vif», avec ou sans anesthésie. Dans la pratique, ceci comprend toutes les expériences faites sur les animaux vivants (homme compris), dans le but de connaître le fonctionnement de certains organes, étudier l’action des substances sur l’organisme, comprendre la transmission des maladies infectieuses, confirmer certains diagnostics.(ATRA)



****************************

Certains sont capturés par des trafiquants sans scrupules dans leur milieu naturel, mais il existe des entreprises d’élevage qui les vendent ensuite aux laboratoires. Ces bêtes sont recluses toute leur vie. Ou certaines bêtes proviennent d’entreprises qui vendent des animaux présentant des mutations génétiques particulières les rendant plus adaptés à l’expérimentation.(ATRA)


****************************

En France ,en 2001 ont été "sacrifiés" :

Total : 2.212.294 vertébrés.

Souris : 1.370.293

Rats : 471.204

Cobayes : 59.184.

Hamsters: 20.527

Autres rongeurs : 3572

Lapins : 53.545

Chats : 1383

Chiens : 5516

Furets : 619


(source : one voice )





En France, selon les derniers chiffres officiels disponibles, quelque 90% des «animaux de laboratoire» (soit plus de 2 millions d’individus) sont des rongeurs (souris, rats, cochons d’Inde,…). Les lapins, poissons, cochons et ovins (plusieurs dizaines de milliers) ainsi que les primates (quelques milliers) et autres espèces arrivent officiellement loin derrière tandis que les chats et les chiens (quelques milliers également) et les chevaux ne représentent qu’un nombre relativement faible des animaux expérimentés.

En réalité, malgré les chiffres officiels stratégiquement et volontairement minimalistes, ce sont bien plus de 3 millions d’animaux qui sont sacrifiés chaque année en France, ce qui place l’Hexagone dans le peloton de tête des pays européens pratiquant le plus de vivisection.

En effet, en France, certaines procédures avec animaux ne sont pas prises en compte, tous les laboratoires ne se soumettent pas à l’obligation de déclaration et/ou sous-déclarent, et, de surcroît, de très nombreux animaux sont reproduits, élevés puis euthanasiés plus ou moins sauvagement sans finir (« tant mieux » pour eux…) dans les mains des blouses blanches parce que, entre autres :

  • Ils ne correspondent pas au modèle ou « profil » recherché après avoir été reproduits ou génétiquement modifiés que ce soit dans le cadre d’une reproduction expérimentale ou d’envergure industrielle
  • Ils sont morts de différentes infections ou pathologies liées à des conditions environnementales inadaptées ou de stress, notamment, suite à des manipulations brutales lors de leur capture, transport ou de manipulations lors des procédures expérimentales
  • Ils ont été élevés puis euthanasiés pour un simple prélèvement de tissus ou d’un organe pour des recherches in vitro non éthiques car s’appuyant sur l’utilisation d’animaux malgré tout

* Ainsi, pour UN animal expérimenté, en moyenne DEUX autres animaux (dont beaucoup de rongeurs mais pas seulement) sont en amont reproduits, élevés, sélectionnés, euthanasiés avant même de servir à un quelconque protocole. Faites le compte.

Quant aux instances européennes, elles ont leur propre définition de l’expérimentation sur les animaux, à savoir : « toute utilisation d’un animal à des fins expérimentales ou à d’autres fins scientifiques susceptible de causer à cet animal des douleurs, des souffrances, de l’angoisse… ». Ne sont donc pas prises en compte les «méthodes les moins douloureuses acceptées par la pratique moderne (méthodes dites humaines) pour le sacrifice et le marquage des animaux»

Le plus grand flou artistique est donc entretenu en matière de chiffres officiels dans la mesure où ces derniers ne tiennent pas compte des animaux qui ne « souffrent pas » ou que de « manière minime » (notamment dans le cadre de travaux in vitro sur des organes isolés ou des cellules d’animaux).

Rien qu’aujourd’hui et rien qu’en France, plus de 7000 animaux sont morts dans les laboratoires de tests et d’expérimentation suite à des actes de torture, de barbarie et de maltraitance. Et ce le plus légalement du monde…

Au niveau mondial, le nombre d’animaux utilisés d’une manière ou d’une autre par l’industrie de la vivisection est donc estimé entre 800 millions et 1 milliard par an.

(source : international campaings )

Comments