Assemblée générale 2009

Assemblée générale du 17 mars 2009
Lycée Henri IV

Elle s’est tenue au Lycée Henri IV, en présence du bureau au complet , à l’exception d’un de nos vice-présidents, retenu à Tours, Christian Leroy.

Un certain nombre de nos adhérents avaient pu se déplacer, beaucoup avaient fait savoir que leurs emplois du temps ne leur permettraient pas de se joindre à nous , parmi lesquels, outre nos membres d’honneur, dont notre collègue Jean- Pierre Lemaire ( Michel Deguy regrettera beaucoup l’absence de son collègue poète…), retenu pour un jury de poésie, Madame Canto-Sperber, Directrice de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, Monsieur Romain Vignest, Président de l’Association des professeurs de Lettres. Monsieur Patrice Soler, Inspecteur Général des Lettres nous a fait l’honneur et le plaisir d’être parmi nous, et nous avons été heureux aussi d’accueillir Madame Emmanuelle Blanc, Présidente de l’Association des professeurs de français et de langues anciennes des classes préparatoires littéraires, et Monsieur Daniel Macher ,Président de l’Association d’Etudes Germaniques du Lycée Henri IV . Nous avons été aussi ravis de la présence de Jean Canavaggio, éminent spécialiste de Cervantès, ancien directeur de la Casa de Velasquez, qui nous fera le grand plaisir l’an prochain d’une intervention où le latin et l’espagnol seront à l’honneur. Le bureau a été bien conscient du caractère un peu intempestif du jour et de l’heure retenus pour cette réunion, mais il a rappelé que nous étions tributaires des emplois du temps des deux conférenciers, Michel Deguy et Frédéric Boyer, qui devaient intervenir le même jour à 18h, dans la salle des conférences du lycée.

 

Bilan de cette première année de l’Association, présenté par la présidente, Cécilia Suzzoni.

 

Rappelant les objectifs de l’ALLE, qui n’est ni une association syndicale, ni une association professionnelle, le bureau s’est félicité de la très bonne tenue  des conférences qui  se sont déroulées jusqu’ici en présence d’un public, qui, quelles que soient les circonstances -elles ne nous ont pas toujours été favorables !- a toujours été au rendez-vous. Ces conférences se sont toujours passées dans un excellent climat, et qu’il s’agisse d’Yves Bonnefoy, Rémi Brague, Yves Hersant, Michael Edwards, ce dernier  que nous avons eu le plaisir de recevoir avec notre collègue angliciste Christian Monjou, tous nos conférenciers se sont dits « contents, émus » de l’accueil chaleureux qui leur a été réservé, d’autant que certains étaient d’anciens élèves des lycées en question. Nous remercions au passage les Proviseurs des Lycées Henri IV et Louis le Grand dont les intendances ne sont pas pour rien dans le climat festif qui a suivi certaines d’entre elles… C’est souvent à l’occasion de ces prolongements autour d’un verre  dans le parloir que le public- que nous invitons à venir nous rejoindre- continue de dialoguer avec nos conférenciers, en particulier le public de  nos jeunes adhérents,  normaliens, khâgneux ou anciens khâgneux. Ces conférences, dont un premier compte rendu est rapidement donné sur notre site, sont ensuite consultables en ligne, et sous peu elles seront téléchargeables directement depuis le site. Elles sont aussi régulièrement annoncées sur les sites littéraires, Fabula et Compitum, par l’excellente  revue L’Histoire, et nous sommes très heureux aussi que la revue Latomus ait fait paraître la « charte », acte de naissance, en quelque sorte et programme de notre association, que nous joignons à ce compte rendu , et qui rappelle les objectifs de notre association . Nous attendons encore deux conférenciers, avant la fin de l’année, Jackie Pigeaud, dont les travaux ont été tout particulièrement salués et honorés cette année dans la presse et …dans la salle des Médailles du Lycée Henri IV (dont il est un ancien élève, mais c’est bien à Louis le Grand que nous l’accueillerons ce mardi 7 avril, et j’espère, que malgré les contraintes du calendrier, nous serons nombreux à lui faire honneur), et Jacques Le Rider, spécialiste de la section « Europe et  monde germanique » à l’Ecole pratique des Hautes Etudes  que nous aurons le plaisir de recevoir, le 26 mai à Henr IV, avec notre ami et collègue Daniel Macher, Président de l’Association d’Etudes germaniques du lycée Henri IV.

 

Quitus a été demandé et obtenu à l’unanimité pour ce bilan.


Bilan financier, présenté par notre collègue Eliane Thépot, trésorière de l’Association .

 

Notre association compte à ce jour 104 adhérents effectifs, c'est-à-dire à jour de leur cotisation, et beaucoup de sympathisants, dont nous aimerions qu’ils nous rejoignent ! Nous sommes contents aussi que désormais , grâce au site, nous aient rejoints des adhérents de Province, et même de Suisse. (Précision supplémentaire : ces adhérents sont essentiellement constitués de collègues enseignants, professeurs de collèges et de lycées, universitaires ; nous comptons aussi parmi nos membres des inspecteurs généraux honoraires et en activité, des inspecteurs d’académie, des directeurs de revue,  et un nombre important de jeunes normaliens, dont certains, Donatien Grau , Thomas Sieffert, Thibault Sallenave (comme par hasard, un lettres classiques, un lettres modernes, un philosophe…) particulièrement actifs dans la vie associative : qu’ils en soient au passage chaleureusement  remerciés, et comme leur carrière s’annonce brillante, nous espérons bien compter sur eux , plus tard, et même avant !

 

Nous avons actuellement à notre crédit 1089, 38 euros, au 31 décembre 2008, 185,62 euros de dépense(carnet du Monde, photocopies), et 48 euros de frais de compte, ce qui est jugé excessif et notre trésorière pense sérieusement quitter la BNP , pour confier notre maigre trésor à la Poste, beaucoup moins chère. Que soient aussi remerciés tous ceux, ils sont nombreux, qui ont donné une généreuse cotisation. Celle-ci reste à 10 euros pour les membres actifs et 5 euros pour les retraités et étudiants. Il est rappelé aussi que, comme le calendrier des conférences épouse celui de l’année scolaire, il en sera de même pour les cotisations, lesquelles marquent un peu le pas en ce moment, ce qui est après tout normal, en cette presque fin d’année. Nous lancerons donc notre prochaine campagne de cotisations à la rentrée prochaine. Que chacune et chacun se fasse le propagandiste zélé de notre association auprès de ses élèves, étudiants, collègues, et autres personnes qu’intéresse ce combat contre cette forme d’amnésie, dont le poète et homme de théâtre Jean Tardieu disait qu’elle était la plus menaçante, l’amnésie de, dans, sa propre langue : nous souhaitons impérativement que ces conférences restent gratuites et ouvertes à tous, et qu’elles restent festives (nous devrons bien sûr puiser aussi dans notre trésorerie à cet effet…) :il faut donc leur assurer le maximum de publicité, et que l’on puisse compter sur un nombre stable et mieux encore, grandissant, d’adhérents !

 

Quitus a été demandé et obtenu à l’unanimité pour ce bilan financier

 

 

Perspectives pour l’année à venir et questions diverses.

 

La liste de nos soutiens et donc de conférenciers potentiels s’est allongée, comme le savent ceux qui fréquentent  notre site(rubrique Statuts) ; nous avons un carnet de commandes bien rempli, bien au-delà de l’année à venir !ce dont nous nous réjouissons , bien sûr, car c’est le signe de la bonne santé de notre association. Si nous ne sommes pas encore en mesure  de donner un calendrier précis des conférences et de leurs libellés, nous pouvons cependant annoncer que le cycle des conférences de l’année 2009/2010 donnera l’occasion d’entendre(pas forcément dans cet ordre), François Hartog, à l’occasion d’une intervention qui concernera ou pourra concerner le nouveau programme de culture antique(Grecs, Romains, Barbares , Etrangers), Jean Canavaggio, comme nous l’avons dit précédemment, Sylvain Auroux, ancien Directeur de L’Ecole Normale de Lyon/Sciences Humaines, actuellement au CNRS (Pourquoi, comment le latin est devenu une langue morte : conférence, elle, déjà programmée pour après le mois de mars), Romain Vignest, notre collègue, Président de l’Association des professeurs de lettres, pour une conférence sur la question du latin dans l’œuvre de Victor Hugo, et enfin dans le cadre d’une  conférence croisée que nous aimerions pouvoir organiser autour de la question du latin, langue philosophique, les philosophes  Denis Kambouchner et Vincent Descombes. Il nous paraît raisonnable de ne pas dépasser le chiffre de 4, au maximum 5 conférences dans l’année.

 

A la suitre de l’annonce de la création de notre association et des ses objectifs, faite en direction du Ministère de la Culture qui y a répondu favorablement par un courriel de Madame Albanel, Ministre de la culture et de la communication, le Président du Centre National du Livre, Benoît Yvert, très sensible à la défense du Patrimoine, se réjouit, dans un courriel du 2 mars 2009, d’une initiative « en faveur des humanités classiques, du patrimoine de notre mémoire et de notre langue », et  nous a fait savoir qu’il était prêt à nous apporter une aide financière si nous organisions des conférences autour de la figure d’un auteur, et nous avons déjà en tête, pour les années à venir(2011/2012 ?), d’organiser un colloque ou des  journée autour de figures majeures de l’humanisme européen , comme celle d’Erasme, écrivain latin à part entière, par exemple (Les intervenants ne feraient pas défaut…),et/ou celle d’Ovide, matrice esentielle de la poésie classique et moderne européenne .

 

Notre secrétaire à la très glorieuse double casquette, Hubert Aupetit (littéraire et matheux, c’est important pour une association comme la nôtre, particulièrement vigilante à ne pas enfermer la latinité dans « le petit champ de pois secs » fustigé par Claudel !), qui s’occupe aussi de la gestion de notre site, a quelque difficulté à communiquer avec le créateur du site en question, d’où les « pannes » ou retards de communication que nous avons connus :il serait prêt à concocter un site peut-être plus sobre mais plus fonctionnel, et bien sûr, nous en sommes d’accord ; cette question du site est fondamentale pour l’Association , surtout si nous voulons continuer à satisfaire nos adhérents de Province, ce à quoi nous tenons beaucoup.

 

La question est aussi posée et relayée de savoir si nous ne  devrions pas   décloisonner les conférences. Bien sûr la perspective est alléchante de faire venir un conférencier prestigieux à Mantes–La–Jolie pour une conférence où le latin est à l’honneur : il faut plus qu’y penser : se donner les moyens de rendre la chose possible et attractive. Car, d’une part ,il faut se déplacer aussi, quelquefois davantage   (le quartier latin est jugé souvent d’accès plus pratique)  et il n’est pas sûr que cette perspective draine beaucoup d’auditeurs, et surtout les conférenciers eux-mêmes, il ne faut pas se voiler la face, se laissent plus facilement convaincre de répondre à une sollicitation pour les salles de conférences des Lycées Henri IV, ou Louis le Grand… mais dans touts les cas, et maintenant que l’Association a pris son essor, commence à être connue, le projet reste séduisant.  Il est donc retenu de délocaliser telle ou telle conférences, dans un autre lycée  de la capitale ou de la banlieue, à condition que sur place, une, un ou des adhérents se chargent d’une partie de l’organisation de la conférence en question et surtout s’assurent de la présence d’un public conséquent.

 

Proposition est faite aussi par la présidente d’étendre le bureau, sous la forme d’un bureau élargi ou comité, de manière que puissent s’exprimer et participer plus institutionnellement aux activités de l’Association certains membres de l’Association particulièrement motivés : en l’occurrence notre collègue, Isabelle Patriarche, professeur de philosophie au lycée Henri IV, qui veut bien nous dire à quel point la question du latin, comme celle du grec, a de quoi susciter l’intérêt des philosophes, ainsi que notre collègue Mireille Richet, professeur de lettres classiques en classes préparatoires dans ce même lycée, convaincue, évidemment, de l’importance de ce combat (c’est d’ailleurs à son fils que nous devons le joli logo qui orne la page d’accueil de notre site . . .) . Nous lançons un fervent appel à nos adhérents actuels, et futurs adhérents pour qu’ils viennent rejoindre ce comité et se fassent sur place dans leur lycée, école, ou université, les relais actifs de notre association . L’Assemblée générale approuve à l’unanimité la rentrée dans ce bureau élargi d’Isabelle Patriarche et Mireille Richet.

                Le brouhaha des premiers auditeurs se faisant entendre du fond de la salle des conférences, bientôt suivi de la haute silhouette de bon géant de Michel Deguy,et celle, toute aussi haute, mais longiligne, de Frédéric Boyer,  la séance est levée pour accueillir les conférenciers et le public venu les écouter…