Change : Marcheseuil

Roland Niaux

ACCUEIL

CHANGE : Marcheseuil

71.18.085

Situation

Arrondissement = Autun
Canton = Epinac
Carte IGN au 1/25000e = 2925 Est-Nolay
Coordonnées Lambert = 774,00 - 216,96 alt.375
Cadastre 1843 = E4 n°873 à 881
Diocèse = Autun
Ancien archiprêtré = Couches
Paroisse = Nolay, jusqu'à la Révolution

Toponymie

Les formes anciennes, Marcasolium, Marcasium sont issues de " Marka ", marque, marche (plutôt que de "Marchais", lieu humide, ce qui n'est pas du tout le cas pour notre Marcheseuil). La notion de limite est ici certaine : Marcheseuil faisait limite entre les bailliages de Beaune et de Montcenis.

Vestiges

Le " château " est un bâtiment très remanié de la fin du XVIe siècle (cheminée intérieure en marbres de trois couleurs à têtes de lions) et du début du XVIIe (porte d'entrée à fronton triangulaire).
Il est bâti sur une terrasse quadrangulaire de 50 et 60 mètres de côtés, entourée de fossés partiellement visibles actuellement. Au sud, l'entrée principale se fait par un porche en pierres de taille, de biais dans la cour qui a été remblayée. Dans cette cour était un puits de 8m50 de profondeur d'où partait, selon la légende, un souterrain. Le corps principal de bâtiment est édifié le long du chemin de Rème.
Au sud-ouest demeure une tour d'angle de base carrée aux murs très épais (Im20). Le long du côté ouest, un large fossé séparait les bâtiments du coteau. Il était franchi par un pont devenu dormant au XIXe siècle. A l'angle nord-ouest était une autre tour carrée, isolée, aux murs de Om80, ancien colombier en pied.
Un peu avant 1940, lors de travaux de terrassements, on mit au jour une forte muraille en talus dans le prolongement est du colombier, c'est-à-dire sur le côté nord.
Sur la cour centrale s'ouvrent habitation, cuisine, grange, écurie, cellier, pressoir. Il y avait aussi, selon la tradition, une chapelle. Une galerie couverte longeait l'habitat.

Datation

A. de Charmasse (Cartulaire de l'Eglise d'Autun) mentionne une villa à Marcheseuil, donnée par l'évêque Jonas au chapitre de sa cathédrale le 20 mai 858, mais il s'agit probablement, bien qu'elle soit citée avec la paroisse voisine de Sampigny, de la villa de Marcheseuil au canton de Liernais.
En 1431, Marcheseuil de Nolay est au seigneur d'Estrabonne, puis à N. d'Aumont, seigneur et gouverneur de Nolay, puis aux Fontenay, à la Révolution.

Bibliographie

A. de Charmasse, Cartulaire de l'Eglise d'Autun,I, n°XXI p.33
Courtépée, II, p.335-338
Charles Nouveau (frère du propriétaire du site), Marcheseuil autrefois,1993

Cadastre

Cliquez pour agrandir :

https://sites.google.com/site/communesmorvanbourgogne/cadastre-change.jpg?attredirects=0

© Roland Niaux, 2008