Broye : La Toison

Roland Niaux

ACCUEIL

BROYE : La Toison

71.30.063

Situation

Arrondissement = Autun
Canton = Mesvres
Carte IGN au 1/25000e = 2825 Est-Autun
Coordonnées Lambert = 749.65/77 - 215.08/20 alt.559
Cadastre 1842 = Section A, partie de 64
Cadastre 1987 = Section A, partie de 23
Diocèse = Autun
Ancien archiprêtré = Blanzy
Paroisse = Broyé, probable au VIIe, sure au VIIIe siècle (W.Berry, Autun-Augustodunum, p. 387) avec église romane détruite fin XIXe s, vocable St Laurent.
Le site est à 5km300 au N-NE de l'église de Broye, à l'intérieur du parc de Montjeu, en bordure de l'Étang de la Toison, formant une saillie - île artificielle - sur cet étang qui est du territoire d'Autun.

Toponymie

Toison ou Thoison : signification inconnue.
L'évocation de la "Toison d'Or", avancée par les auteurs anciens est pure imagination.
Le site a donné son nom à une famille notable autunoise : les Delathoison.

Vestiges

La presqu'île que l'on a isolée des terres voisines par le percement d'un petit canal franchi par une passerelle, fait une saillie d'environ 120 mètres sur 80 mètres sur l'étang de la Toison : c'est l'assise de l'ancienne maison forte. Son relief est maintenant très érodé. Dans la terre remuée par les sangliers, nous avons découvert, en 1984, des fragments d'amphores, des morceaux de tegulae ainsi que des pierres paraissant arrachées à des sub-structions. Un prétendu dolmen, érigé au sud de l'île, a abusé c certains archéologues du XIXe siècle. Son montage n'est qu'une mystification sans doute peu ancienne. Il n'existe aucun vestige visible en surface de la construction médiévale. Le site est encadré par la voie romaine d'Autun à Belleville-sur-Saône, recouverte par la grande allée du parc (400 mètres à l'ouest) et par la voie romaine d'Autun à Tournus (300 mètres au nord-est).

Datation

La présence d'amphores atteste une occupation des lieux dès le début de l'époque gallo-romaine, probablement en liaison avec la création d'Augustedunum dont le grand aqueduc prend naissance au pied de la maison forte, dans le vaste étang de la Toison. La première mention remonte à 1270, époque à laquelle le duc de Bourgogne Hugues IV, accorde certains privilèges aux habitants de la Toison. Une maison seigneuriale devait déjà exister, car le 25 septembre 1298, l'évêque d'Autun, Hugues d'Arcy, date, de la Toison, un codicille à son testament.
Au XIVe siècle, les comptes de la châtellenie de la Toison détaillent les dépenses de réparations du château, dont il ressort que la maison forte, défendue extérieurement par des fossés à ponts-levis et par des hourds à mantelets, se composait intérieurement d'une grande salle attenante à plusieurs chambres, cuisine, chapelle, chambre du châtelain, chambre ducale au premier étage. Il y avait dans l'enceinte des étables et des bâtiments à usage commun. La maison était couverte d'essaules dont 15000 étaient achetées en 1350 pour réfection de la couverture.
Au XVe siècle, on ne résidait plus à la Toison dont la gestion était regroupée à celle des châtellenies voisines. En 1413, Regnault de Thoisy était châtelain de Glenne, Roussillon, la Goulaine et la Thoison.
Le château disparut à une date inconnue : en 1589, on avait peine à en reconnaître l'emplacement.
En 1596, le Président Jeannin, seigneur de Montjeu, se rendait engagiste de la châtellenie royale de la Thoison qui s'intercalait entre ses deux domaines de Montjeu-en-Montagne et de Montjeu-en-Autun et, en 1614, il l'acquerrait en pleine propriété. Au terrier de la Thoison de 1613 il est encore fait mention du grand étang "tenant au midi à l'ancien chastel". Au dénombrement de Montjeu donné en 1642 par Nicolas Jeannin de Castille, il n'en est même plus question. La Toison, totalement intégrée à Montjeu, au sein
même du parc entourant le château, n'a plus d'existence propre.

Bibliographie

BSE abbé Doret M.87
- Sites et monuments n°125
A. de Charmasse : Cartulaire de l'Eglise d'Autun
I-II n° CLXXV p.311
III p. LXVII note 1
abbé Doret et A. de Monard : Montjeu et ses seigneurs
MSE IX 1880 p.4 note 1
sur les aqueducs, MSE, X, 1881, p. 474 et MSE XII 1883 p. 502
E.Fyot, La châtellenie de Montcenis, MSE, XXIX, 1901, p. 346
E.Fyot, La châtellenie de Glenne, MSE, XXXII, 1904, p. 105 et 116
E.Fyot, La châtellenie de la Thoison, MSE, XXXIV, 1906, p. 13 -à 32
Ch.Boëll, Montjeu et ses seigneurs, MSE, XL, 1912, p.260-288 et MSE, XLVIII, 3è.fasc., 1938, p.298

Cadastre

https://sites.google.com/site/communesmorvanbourgogne/cadastre-toison.jpg?attredirects=0

© Roland Niaux, 2008