Autun : Saint-Pantaléon - Les Renaudiots

Roland Niaux

ACCUEIL


AUTUN - SAINT-PANTALEON - Lieu-dit "Les Renaudiots"

71.95 (467)

Situation

Arrondissement = Autun
Canton = Autun
Carte IGN au 1/25000e n°2925 Ouest-Le Creusot
Coordonnées Lambert = autour de 752,35 - 218,40 ; altitude 370/374 m.
Cadastre de St.Pantaléon 1823 = C 2 n° 63 à 71
Cadastre d’Autun 1976 = 467 C 2 n°159 à 161
Diocèse = Autun
Ancien archiprêtré = Autun
Ancienne paroisse = Saint-Pierre-l'Etrier
L'ancienne église de Saint Pierre l'Etrier était, avec sa voisine Saint Etienne, l'un des deux plus anciens sanctuaires chrétiens d'Autun bâtis dans la nécropole gallo-romaine, ayant une existence probable, en tant qu'église, dès le haut Moyen Age.
Le site actuel des "Renaudiots" (le site original n'est pas exactement déterminable) se trouve à 2km au SE de cette ancienne église, à 100m au sud de la N 80 recouvrant ici le tracé de l'antique voie Autun-Chalon.

 

Toponymie


Le nom primitif est "Clugny" qui fut porté par ses premiers possesseurs, dont la famille donna à l'Église et à la Bourgogne de Philippe-le-Bon et de Charles le Téméraire plusieurs personnages de premier plan. Dès cette époque d'ailleurs (XVe.siècle) et peut-être avant, les Clugny quittèrent leur domaine campagnard pour une résidence plus confortable à Autun, intra muros.
Le nom de "Renaudiots" est celui des tenanciers ou propriétaires suivants. Il apparaît en 1461 dans un acte de vente de parcelles situées vers la Grange de Clugny, aujourd'hui les Renaudiots".

 

Vestiges


A la surface du sol, il n'en existe aucun. On peut voir une ferme, actuellement en cours de restauration, et quelques bâtiments annexes ruinés. L'ensemble pouvait avoir deux ou trois siècles d'existence sans aucun caractère architectural permettant une datation précise, encore que des constructions aient pu se succéder sur les mêmes bases depuis beaucoup plus longtemps. La maison forte n' est connue que par les documents écrits :

- En 1083, Symphorien de Clugny fait hommage à " l’autel et châsse " de St.Symphorien pour son fief, motte et maison de Clugny.
- Pérégrin et Ugolin de Clugny se présentèrent, l'un en 1203, l'autre en 1230, à l'autel et châsse de St Symphorien pour faire hommage de "la maison de Clugny, proche le faubourg d'Autun, avec la justice haute moyenne et basse.
- Le 7 février 1331, Huguenin et Guillaume de Clugny, damoiseaux, confirmèrent tenir en fief de l'autel et châsse de St.Symphorien leur maison motte et grande de Clugny-les-Autun, ensemble les fossés et jardins de ladite motte, comme aussi le four, les moulins, terres, champs...(L'évocation de "l'autel et châsse de St. Symphorien" signifie que le fief de Clugny relevait féodalement de l'abbaye, puis prieuré de St.Symphorien, édifié dès le haut Moyen Age sur la tombe présumée du martyr autunois Symphorien).

 

Datation


Elle résulte des documents présentés ci-dessus qui attestent l'existence d'une motte dès le XIe siècle. Ces documents sont rapportés par l'abbé Dinet dans son ouvrage sur St.Symphorien et son culte. Toutefois, leur authenticité paraît très douteuse. Ils sont tenus, par André Déléage, pour des faux introduits à une époque d'ailleurs ancienne, dans le chartrier de St.Symphorien. au bénéfice de la maison de Clugny, désireuse d'établir ainsi la haute antiquité de sa noblesse
Quoi qu'il en soit, l'existence d'une motte (invisible aujourd'hui) peut être considérée comme sûre et antérieure au XVe siècle, époque à laquelle, par d'autres sources, est évoquée "la Grange de Clugny, aujourd'hui les Renaudiots"
.

 

Bibliographie

Abbé Dinet, St.Symphorien et son culte (1861), t.II p.230 et s.
Picard, Compte de la Gruerie des bailliages d'Autun..., MSE, VI, 1877, p. 273
A.de Charmasse, Le Prieuré de St.Racho-les-Autun, MSE X, 1881, p. 41
Charles Boëll, Promenade historique à travers la paroisse de N.D. d'Autun, (extrait du Bulletin paroissial, mars 1928, p. 11)
A. Déléage, Recueil des actes du prieuré de St.Symphorien, 1936, "le dossier de Clugny", p. CLIV

Cadastre

 

© Roland Niaux, 2008