Radu Dracula - Tome 1

Ce roman constitue mes premiers pas dans le domaine de l'écriture. Des premiers pas effectués suite aux sollicitations de Philippe Ward qui l'a co-écrit avec moi. Dans ce premier volume, nous avons établi les bases de la série des Radu Dracula, dont l'originalité première est à mon sens de remettre en cause l'identité du vampire de Bram Stoker.

Aujourd'hui, le "comte Dracula" est quasiment devenu synonyme de Vlad III l'Empaleur (Vlad Tepes en roumain).

J'avoue en avoir été longtemps convaincu, jusqu'à ce que je pousse un peu mes recherches à ce sujet, et un voyage en Roumanie aura fini par me convaincre tout à fait. Non, Vlad Dracula ne peut pas être le vampire de Bram Stoker (qui au passage n'a jamais prénommé son "comte Dracula"), et ce pour de multiples raisons.

Il n'en va pas de même, en revanche, pour un autre "comte" (allez, redonnons-lui son vrai titre qui est celui de voïvode) qui, par bien des côtés, correspond beaucoup mieux au vampire décrit par l'auteur irlandais. Il s'agit en fait du propre frère de Vlad, Radu Dracula (Radu Cel Frumos en roumain), dont la vie, la mort et la descendance ont de quoi interpeller pour qui veut bien se donner la peine d'étudier le personnage.

Vous trouverez davantage de précisions à ce sujet sur ce site, dans la rubrique "recherches sur le vampire".

Après un petit préambule destiné à vous familiariser avec la personnalité controversée de Radu, ce premier volume relate la mort et la renaissance à la non-mort du vampire, ponctuée par son pacte avec le Diable. Affublé d’une quête exigeant qu’il retrouve le sang du Christ, il ira tenter sa chance dans le palais de son ancien amant, le sultan Mehmet, où on le retrouvera quelques centaines d’années plus tard, alors que l’équipe nationale turque brille à l’Euro de football. Il découvrira alors dans le palais de Topkapi l’identité du Gardien du sang du Christ, celui-là même qui l’empêche de mener sa quête à bien depuis des siècles.


« J’ai beaucoup aimé cette approche décalée du mythe, plus introspective, plus détaillée sur le processus d’évolution du vampire à travers les siècles. De plus, la quête que Radu mène pour le Diable – mais aussi pour lui-même – et sa lutte contre cet opuscule religieux digne d’un Da Vinci Code rajoute une aura mystérieuse et pleine d’action. Mais peut-être en saurons-nous plus sur ces points dans la suite de cette série qui débute donc sur les chapeaux de roue et donne grandement envie de la suivre assidûment. »

Aelynah – Au cœur de l’Imaginarium


Ce premier tome de la série est disponible chez Rivière Blanche en version brochée et chez Lune Écarlate en version numérique. Cliquez sur les logos ci-dessous pour accéder aux pages des éditeurs.