De la montagne à la mer

Di 13/09/09


Après une nuit chaotique, le réveil est difficile ! Notre "poids lourd" se retrouve bientôt encerclé de voitures d'où descend une foule de randonneurs du dimanche. Au Riverside Park voisin, ils se sont donnés rendez-vous pour une bonne cause : courir contre le cancer.

Il faut rentrer nos extensions et lever le camp. Nous quittons la ville en fin de matinée.

Jusqu'à Lilooet et à notre grand étonnement, nous traversons une région de steppe semi-aride : des prairies brûlées par le soleil, des pins desséchés et, ça et là, quelques touffes d'armoise… on se croirait dans certaines régions de Californie ou du Nevada !


 

Après Lilooet, la route 99 serpente dans un paysage à nouveau verdoyant et montagneux. D'ailleurs, ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle la "Sea-to-Sky Road" sauf que nous, nous l'expérimentons dans le sens "sky to sea".

Des montées et des descentes continuelles, des pentes de 10 - 13%, un revêtement rugueux, des rétrécissements à chaque pont, des virages en épingle à cheveux… de quoi mettre le "monstre" et ses occupants à rude épreuve !

Le montant en bois derrière le siège conducteur cède sous les vibrations et l'extincteur se désolidarise de la paroi !

Nous surveillons les placards de près et, pour anticiper toute casse, nous finissons par enfermer la vaisselle dans un sac au ras du sol !

Pas vraiment de tout repos, cette route panoramique !

Ouf, nous voici arrivés à Pemberton et à trois kilomètres de là, notre point de chute : le camping de Nairn Falls Provincial Park.

Comme d'habitude, le camping du parc provincial est nickel et l'emplacement fraîchement ratissé.

Après un après-midi derrière le volant, vivement de quoi nous dégourdir les jambes. La petite balade (3 kilomètres A/R) vers Nairn Falls est la bienvenue.

La chute, avec son système de siphons et de passages souterrains, est surprenante !



 

La soirée est douce sous les étoiles, 25°, température idéale pour s'attarder dehors.

 


Lu 14/09/09


La journée commence sous les nuages, nuages qui se font de plus en plus épais au fil de notre progression en direction du sud… toujours sur la Sea to Sky Highway.

A proximité de Whistler, nous n'échappons pas à quelques ralentissements. Ici on prépare dare-dare la route pour l'accueil des Jeux Olympiques 2010.  

A la hauteur de Squamish, une petite émotion nous étreint : la mer ! A la faveur d'un inlet, la mer pénètre dans les terres à quarante kilomètres des côtes.

A Horseshoe Bay, nous embarquons à 11 h 30 sur le ferry en direction de Langdale. Non, ce n'est pas sur l'île de Vancouver mais sur la Sunshine Coast, un bout de continent inaccessible sans bateau.

Le prix de la traversée dépend de la taille du véhicule, on annonce 25 pieds pour notre "monstre" pour adoucir la note.

C'est parti pour quarante minutes de traversée. Le ferry a l'air de glisser sur l'eau, passant d'un épais brouillard à l'est à une légère éclaircie à l'ouest.



 

A la sortie du ferry, il nous reste à couvrir une trentaine de kilomètres jusqu'à notre destination du jour : le camping de Porpoise Bay Provincial Park que nous atteignons vers treize heures alors que le ciel couvert est en train de céder la place à un franc soleil. La Sunshine Coast tient ses promesses !

Au programme de l'après-midi, exploration du coin, tout simplement !


Autour du camping !

 

La plage !

 

L'estuaire… et ses oiseaux !

 

Tiens, Angus Creek ! On va voir ? "Salmon habitat" indique le panneau. Le ruisseau est rempli de saumons en train de frayer !



En nous approchant, on dérange manifestement ce héron !


 

Mais qui fait tout ce raffut dans le fourré à côté ? Je vois une masse sombre. Un gros chien, peut-être ?

A notre grande surprise voilà qu'émerge du fourré… une famille ours noirs… maman ours et deux oursons déjà bien débrouillés ! Un filet d'eau nous sépare.

Je recule de quelques pas, prête à détacher mon sac pour le porter au-dessus de ma tête (j'ai bien retenu les consignes !) pendant qu'Hervé, éberlué, tente en vain de changer d'objectif.

Aussi surprise que nous, la famille ours disparaît aussitôt dans le sous-bois. Mince alors ! Le temps de recouvrer nos esprits et de nous organiser, nous ne tardons pas à les retrouver un peu plus loin dans le ruisseau… maman ours apprenant à ses petits à pêcher !


 

Après les avoir suivis pendant près d'une heure le long du ruisseau et fait quantité de photos floues, nous les attendons près la route. Mais passeront-ils sur la route ou par la canalisation sous la route ?

Les voilà ! Maman ours se dresse sur son arrière-train, elle nous a repérés et veut nous mettre en garde. Manifestement, elle a choisi de passer sur la route.


 

Elle traverse… les petits attendent qu'elle ait traversé puis traversent à leur tour !



 

Quelle émotion !

Fin de soirée sur la plage, au soleil, à regarder les hydravions se poser et les oiseaux pêcher... tout en faisant défiler dans nos têtes encore et encore... le film des petits oursons !