Troisièmes rencontres sur l’émigration à Séméac - 2015

Compte-rendu du président de l'ABAU.

Bonjour à tous,

Voici avec ce lien internet, retracés quelques moments forts des ''Troisièmes Journées Nationales de l'Emigration aux Amériques'' qui nous ont réunis ces samedi 26 et dimanche 27 septembre 2015 à Séméac.

J'ai espoir que vous en gardez un très bon souvenir. Nous, oui.

http://www.tarbes-infos.com/spip.php?article15105

Au nom du Conseil d'Administration de l'ABAU et moi-même, nous voulons ici remercier particulièrement tous les participants inscrits, qui sont venus nous rejoindre (parfois de loin) dès le Samedi matin 26 septembre 2015 et qui ont par leur présence assidue participé à toutes les activités, rencontres, visites et concert jusqu'au dimanche soir.

Merci pour cet engagement ponctuel et continu à toutes les activités du programme que nous avions établi avec minutie et attention, afin de vous faire plaisir tout d'abord, mais aussi de réunir ensemble durant ces deux journées le plus grand nombre d'adhérents possible afin de mieux nous connaître, nous comprendre, partager, échanger et préparer l'avenir.

Merci de n'être point venus simplement ''en consommateurs dilettantes''de telle ou telle activité mais en participants actifs et réactifs.

Ce fut un plaisir pour les membres du Conseil d'Administration de l'ABAU organisateurs de ces Troisièmes Journées Nationales de l'Emigration aux Amériques de vous accueillir durant ces deux jours, vous guider, vous faire découvrir cette Bigorre que nous aimons tant et que nous souhaitions vous faire mieux connaître, mieux partager.

En mon nom personnel je tiens aussi ici à remercier chaleureusement tous les membres du CA ABAU qui ont oeuvré avec abnégation pour la réussite de ces journées, le Conseil Départemental, la Municipalité de Séméac, le CAC et tout particulièrement Jean-Paul Catala.

Nous avons eu le grand privilège de rencontrer le Cuarteto Dos Mundo, Robert Expert et ô combien Miguel Angel Estrella avec toujours autant d'admiration et de simplicité.

Le beau temps de ces deux journées à fortement contribué au plaisir que nous avons partagé, les danses et les chants également. Une réelle convivialité nous a uni.

Se quitter dimanche soir avec regret prouve que nous aurons plaisir à nous retrouver spécialement dans deux ans pour ces journées de rencontres, mais surement de temps en temps bien avant aussi pour diverses occasions.

Merci au dévouement de Rouergue-Pigüé.

Merci encore à vous tous qui avez su tout partager très simplement.

Bien amicalement

Jean-Paul ABADIE le 07 10 2015 à Séméac

Compte-rendu de Jacques Couratte-Arnaude (journée du samedi 26)

Après celles de St Côme d’Olt en 2011, puis celles de St Jean Pied de Port en 2013, c’était l’ABAU qui s’était portée candidate pour organiser ces 3èmes rencontres, à Séméac dans les Hautes Pyrénées.

Jean Paul Abadie et l’association bigourdane ont remarquablement réussi cette entreprise, grâce aussi à la Maire de Séméac, Geneviève Isson, qui est en même temps membre de l’ABAU.

Le samedi 26 septembre, l’AME était représentée par Lili Casassus, Liliane Hounie, Lydia Fourcade, Maryse Bernadet et Jacques Couratte-Arnaude (d’autres membres du CA étaient excusés). Nous remercions les organisateurs de cette journée qui nous a permis de nous retrouver et de nous faire connaître davantage.

Les associations participantes, dans l’ordre du nombre d’adhérents présents :

  • l’ABAU
  • Rouergue Pigüé
  • Euskal Argentina
  • l’AME
  • l’AFAB.

Le CGPA n’a pas participé cette année, et pourtant, on a parlé aussi de généalogie dans les diverses interventions de l’après-midi.

Impressions sur le programme :

  • Le matin, l’accueil a duré longtemps du fait qu’on a attendu Rouergue Pigüé qui venaient de loin. Puis on a visité l’église de Séméac, le Jardin Massey ainsi que la Cathédrale à Tarbes en appréciant l’érudition de notre guide Robert Vié.
  • Le repas était un moment important, avec l’animation de l’association aveyronnaise qui est venue avec son orchestre et son groupe de danses. Nous n’avons pas voulu être en reste pour les chants béarnais et basques entonnés par la salle.
  • Les conférences de l’après-midi :
    • Rouergue Pigüé a présenté l’un des fondateurs de la ville argentine, et ses multiples activités en faisant participer beaucoup de membres, et en illustrant.
    • EusKal Argentina a présenté la colonisation de l’Araucanie (Chili) par les basques, très bien documentée et construite. Cette étude résumée sera publiée dans la revue Partir.
    • L’AME a présenté une recherche aboutie concernant Claudette Décorne, trésorière de l’ABAU ; il s'agissait de l'émigration et de la descendance de Baptiste Dubarry, parti de Hitte (Hautes-Pyrénées). Cette intervention a été filmée et a eu le mérite de faire la liaison inter-associations.
    • L’AFAB et son président Bernard Cazenave a détaillé les actions de son association qui va fêter ses 20 ans en décembre.
    • L’ABAU avec Robert Vié a pris le contre-pied des destins d’émigrés qui réussissent par l’entreprise d’un Bigourdan Auguste Brougnes qui a été un échec.
  • L’apéritif et le repas du soir ont été animés par une chorale locale et bien sûr les Rouerguats.
  • Le spectacle de l’Orchestre Dos Mundos avec Miguel Angel Estrellas et un contre-ténor a parachevé la journée par un concert inoubliable.

La question de la suite de cette 3ème rencontre a été évoqué mais malheureusement n’a pas été débattue...

Compte-rendu de Liliane Hounie (journée du dimanche 27)

Il semble que ni l’AME, ni l’AFAB ne soient prêtes à organiser les prochaines rencontres, aussi c’est aux Aveyronnais de les organiser, engagement qu’ils ont exprimé le dimanche.

Le dimanche matin, nous partons vers Maubourguer pour visiter le château de Mauvezin, forteresse médiévale du XIVème siècle construite par Gaston Febus. Propriété aujourd’hui du département des Hautes-Pyrénées, grâce à l’action persévérante de l’association école de Fébus et des travaux menés par les conservateurs successifs, les murailles ont été redressées, la palissade couronne la motte féodale et la basse-cour, le donjon sera bientôt recouvert d’une toiture, il abrite un petit musée lapidaire, des habits et armements militaires, des plans montrant les changements de la forteresse depuis la première motte castrale. Dans la cour, une série de machines militaires de siège en bois ont été construites. Le château domine la vallée en contrebas, la vue est magnifique.

Nous descendons ensuite vers l’abbaye cistercienne de l’Escaladieu, immense construction remaniée jusqu’au XVIIIème siècle qui conserve de l’époque médiévale la nef voûtée en croisée d’ogives de l’église abbatiale et le plafond de la crypte permettant de mesurer la prouesse technique des moines bâtisseurs cisterciens, précurseurs de l’art gothique.

Robert Vié nous a apporté toutes les informations favorisant nos observations, comme il l’avait fait la veille.

Puis nous nous sommes retrouvés à l’auberge de l’Arros où un excellent repas , avec agneau de lait et pommes dauphine a volonté ont ravi nos papilles, tandis que les voix puissantes des Basques et des Aveyronnais ont accompagné la crème anglaise et le pastis du dessert.

Rendez-vous pris pour nous retrouver à Saint-Colme d’Olt dans 2 ans."