Vie de l'association

Mars 2018 - août 2018

D'une conférence à l'autre

Initié voici deux ans, notre cycle de conférences sur l'émigration des Pyrénéens aux Amériques s’est poursuivi avec succès ce printemps et cet été, respectivement à Gan, Ogeu et Arette.

Arnaud Cazenave-Conte

En avril, l'association Gan Mémoire et Patrimoine (GMP), par l'intermédiaire de notre adhérent Daniel Trallero, nous a invités à rencontrer un public d'une cinquantaine de personnes intéressées et concernées par ce sujet. Après une brève présentation de l’Ame réalisée par Lili Casassus, Régine Péhau a exposé les grandes lignes de cette émigration, illustrées par un diaporama élaboré à partir des publications de la revue Partir. Daniel Trallero est ensuite intervenu en reconstituant, avec force documents et photos, le prestigieux parcours du restaurateur Arnaud Cazenave-Conte de Bosdarros à la Nouvelle-Orléans (Partir 12 p.16). En fin de séance, le stand des revues a été largement exploré et une dizaine d'exemplaires emportés selon les thèmes abordés. Un grand merci à Daniel et à GMP pour cette belle initiative.

En mai, autour de Daniel Valloteau, les bénévoles de la Bibliothèque d'Ogeu- les-Bains, nous ont sollicités pour animer cette toute récente antenne de la Médiathèque des Gaves d'Oloron. Un public nombreux s'est déplacé.

Conçue sur le même principe que la précédente, la seconde partie de cette communication a porté sur le parcours d’émigrés ogeulois : les frères Bergès à San Francisco (Partir 15 p.24), présentés par Jean Masounabe-Puyanne, Jean Sarramayou à Montilla, province de Cordoue en Espagne (Partir 9 p.12) et Jean- Pierre Lacoste dans la pampa argentine (Partir 6 p.10) proposés par Lili Casassus. Ces revues achetées par la mairie d’Ogeu seront dorénavant consultables dans cette bibliothèque, ce qui n'a pas empêché la vente postérieure d'une dizaine de Partir 17 dans le village...

Le 1er août, à Arette, Denise Mazéris, Jean-Bernard Caubet et Jean-Claude Escarain, nos fidèles adhérents et intervenants barétounais ont exposé, en deuxième partie du diaporama de Régine Péhau, leurs recherches concernant des émigrés de leur parenté : respectivement François Anglade hongreur à Maya (Navarre), la famille Noutary en Argentine et les époux Mon à San Franscisco. Le public, fort d'une cinquantaine de personnes, des locaux pour la plupart, s’est montré très concerné par ces émigrations familiales aux Amériques. A l'issue de la prestation, nous avons beaucoup échangé, sous la houlette du maire, Pierre Casabonne, toujours en avance d'une question ! Un accueil chaleureux et une ambiance conviviale pour cette troisième et dernière conférence d’été, scellée par une photo de groupe qui sera envoyée à l'association des Béarnais de Los Angeles ainsi que le film de la communication.

A la mi-juin, représentée au sein du Conseil de destination et partenaire de l’Office du tourisme de Pau dans l’opération Voyage à l’envers, l’Ame a été conviée à la conférence de presse organisée par Jacques Pédehontaa, responsable départemental du tourisme, qui inaugurait le site Ambassadeurs du Béarn (ambassadeursdubearn.com). A cette occasion et à notre demande, le Président du Conseil Départemental, Jean-Jacques Lasserre, a chargé Christophe Voisin de faire bénéficier l’Ame du soutien de son pôle informatique. Ce précieux coup de pouce a été effectué par Frédéric Poeydemange : 7200 noms complètent notre base de données depuis juillet. Ils correspondent aux relevés effectués dans les registres d’immatriculation des consulats français au Centre des Archives de Nantes par notre adhérent Michel Peyresaubes. Suite à cette inauguration, « souhaitant engager un travail avec l’Ame pour valoriser son action », Emilie Roy, Christophe Voisin et Hortense Lot du conseil départemental ont rencontré Lili Casassus.

Les migrations en héritage

Le 1er juin, à la Médiathèque des Gaves d’Oloron, en présence de Bernard Uthurry, vice-président de la région Nouvelle-Aquitaine, Henriette Alègre et Lili Casassus ont assisté à l’inauguration de l’exposition photos et du film Les migrations en héritage réalisés par les élèves et l’équipe éducative du lycée du IV Septembre avec le soutien du Rahmi (Réseau Aquitain sur l’Histoire et la Mémoire de l’Immigration). Le film de cette classe de première (section accompagnement et aide à la personne) a fortement intéressé et ému les membres de l’Ame, ainsi que la rencontre des différents intervenants autour du verre de l’amitié. Les témoignages d'Henriette, Lili et Régine sont consultables sur le site de l’Ame. Antérieurement, ils ont fait l'objet d'articles dans plusieurs Partir, offerts au CDI du lycée par son proviseur Éric Mesli et le responsable du Rahmi, Johan Hiriart. Tous les participants à cette grande aventure cinématographique sont d’ores et déjà invités à se joindre aux élèves pour effectuer une sortie en vallée d’Aspe, au lac d’Estaens, à la rentrée de septembre. Une balade que l’association, faute de disponibilité, n’est pas certaine d’honorer mais une invitation quoi qu’il en soit fort sympathique...

Sur les pas des ancêtres

Comme chaque année, avec l’arrivée des beaux jours, l’Ame a été fortement sollicitée pour accompagner, sur les traces de leurs ancêtres, des descendants d’émigrés venus pour la plupart d’Amérique.

Le dimanche 24 juin, suite au rendez-vous pris avec Jean Masounabe-Puyanne et Henriette Alègre, un groupe d’Américains de l'Iowa (ouest de Chicago) s’est rendu à Ogeu et à Lasseube, pour retrouver les maisons d'origine des ancêtres d'Erin Shriver, arrière-arrière-petite-fille de Jean-Baptiste Sabalot, né en 1864 à Lasseube. En effet, ses parents, Charles Sabalot (d'Ogeu) et son épouse Anne Bouhaben (d'Escou), métayers à la maison Bourdet, quartier Labagnère, ont eu huit enfants. Jean-Baptiste émigre en 1887 sur le navire Paris, débarque à la Nouvelle-Orléans puis s'installe en Californie. Il y épouse, en 1896, Marie Husté-Mirassou, née à Ogeu en 1866, émigrée en 1887 sur le navire Château Margaux. Ils ont deux enfants dont Abel Sabalot, le grand-père d'Erin Schriver. Cette famille américaine, composée de trois générations autour d'Erin Shriver (professeur au département d'ophtalmologie de l'université d'Iowa) a été chaleureusement accueillie à la ferme du Bourdet, par Charles et Caroline Courtiade, les propriétaires et Louis et Denise Hondet, les amis de la famille. De plus, au Bourdet, on n'a pu qu'évoquer la référence à Pierre Bourdieu. Lorsque les Américains, amitié liée, ont quitté Lasseube, ils ont emporté une présentation de l’éminent sociologue (par Patrick Champagne) avant de se diriger vers Cahors, où le grand-père américain de Dave (époux d'Erin) fut parachuté en juin 1944 pour soutenir un maquis du Lot.

L’Ame a également escorté à Ogenne-Camptort les descendants de Pierre Menvielle : Numa venant en famille depuis Miami, sa sœur Lolly et son mari arrivant de Buenos Aires. Ils ont été reçus par les occupants de la maison Menvielle, M.et Mme Bétouigt, qui ont retrouvé dans leur grenier, au cours de la visite, l’acte de vente de la propriété par l’héritier resté en Béarn, Jean-Baptiste Menvielle. Un moment d’émotion inoubliable pour le frère et sœur réunis dans la maison natale de leur ancêtre... Pendant le repas, ils ont reçu la visite de Jacques Pédehontaa et ont adhéré au statut d’Ambassadeurs du Béarn.

Autres retrouvailles en compagnie de Lili Casassus, celles de Chela Cionfrini Saint-Lary venue de Coronel Pringles et de ses cousins ossalois d’Aste : Jacques et Eliane Balesta. C’est un simple papier portant une adresse : Juan Balesta- Panadería central-Coronel Pringles -qui a motivé leur recherche... pour le moins fructueuse ! Chela est pétrie de culture française et a enseigné le français toute sa carrière. En découvrant le village où naquit sa grand-mère Françoise Balesta-Trésarieu en 1871, elle se demandait comment elle avait pu retenir ses larmes... Toute sa famille avait organisé un repas en son honneur.

Papier portant l'adresse de l'émigré Jean Balesta

La famille Balesta réunie autour de Chela

De même, Juan Pedro Casaux-Lacrouts, revenu (avec ses parents et sa fratrie) en Béarn, a passé une journée à Ogeu sur les traces de ses ancêtres hongreurs à Zamora. La famille a assisté à la tonte des brebis dans la ferme Laborde et a visité le village de Pedro et la région. Oloron Sainte-Marie les a enthousiasmés avec le portail de la cathédrale et le magasin de la fabrique de chocolat...

Enfin le 22 août, après un petit détour par Barcus, l’Ame était présente à Lanne aux côtés de l’Argentine Ana Lía Malbos Choy pour la visite de la maison Choy, un des berceaux de sa famille. En raison de ses origines bigourdanes, Ana était accompagnée par Simone Arrizabalaga, présidente de l’Abau, une association amie avec laquelle l’Ame a collaboré en contribuant aux recherches sur cette maison en Barétous. Léon Choy l'y attendait avec une joie non dissimulée car Ana Lia était la première descendante de Jean Choy Batote à revenir en Barétous... aimablement guidée par Alain Rouyet de Lanne.

« Lili et Régine, je voudrais vous dire que j'ai beaucoup de chance, mes ancêtres émigrés en Argentine n’ont jamais pu revenir dans leur cher pays. Pendant mon séjour, grâce à vous, à Jean Masounabe de l'Ame et à Simone Arrizabalaga, présidente de l'Abau, j’ai pu parcourir avec émotion les lieux du passé et les terres ancestrales à Lanne-en-Barétous, j'ai pu rencontrer avec beaucoup d'émotion M. Léon Choy et Alain Rouyet, mes cousins béarnais et j'ai pu visiter la Maison Choy. Je quitte les Pyrénées heureuse d’avoir vécu une expérience très forte et je garde l’espoir de revenir un jour. Gracias Lili et Régine, Muchos cariños » Ana Lia Malbos Choy - Mar del Plata, Argentina


Journée Place O livres de Bedous

Manifestations autour de l’émigration

Si les visites n’ont pas manqué, les manifestations festives et culturelles se sont aussi succédé pour l’Ame. Avec une première invitation honorée par notre association : celle de notre adhérent Guy Mouyen pour sa cousinade à Gan. Lili Casassus et Jean Masounabe-Puyanne ont pu ainsi répondre aux nombreuses questions sur l’émigration de la plupart des branches représentées. Puis, fin septembre à Béost, María Eugenia et Victoria Boutigue ont organisé à leur tour leur cousinade à laquelle nous avons participé, ayant effectivement pris part aux recherches sur l’émigration en Argentine des ancêtres ossalois de Luis Boutigue, leur père et oncle.

Malgré la publicité et une date avancée au mois de mai, un stand bien visible, tenu par onze membres de l’Ame que nous remercions, le salon du livre d’Oloron a été boudé par le public. Peu de ventes de revues et pas de nouveaux contacts mais... le plaisir d’échanger avec nos adhérents, toujours fidèles, venus nous rencontrer. En juillet, l’Ame s’est également déplacée à la journée Place O livres de Bedous organisée pour la première fois dans la vallée. Notre stand sous la halle a été tenu par Jacques Couratte, Lora Labarère, Claudine Estournès et Anne-Marie Bernadou qui ont apprécié la bonne ambiance et le cadre magnifique de cette manifestation. Trois demandes de recherches ont été enregistrées, un bon début ! Nous espérons que cet événement sera reconduit en 2019. Notez sur vos agendas le prochain rendez-vous de ce type : du 16 au 18 novembre 2018 au Palais Beaumont à Pau, pour le salon Les idées mènent le monde.

Septembre 2017 - février 2018

Cet automne, une délégation de la Ligue Henri IV était en séjour à Pau. A cet effet, nous avons honoré l’invitation de Jean LACOSTE et de l’Académie de Béarn au Parlement de Navarre, le 23 septembre, en compagnie d’André ARMAND, premier vice-président de la Société Française de Bienfaisance Mutuelle. Il a annoncé la parution du prochain ouvrage sur l’Histoire de l’Hôpital Français de San Francisco, créé dans le contexte de la ruée vers l’or, à la hauteur des idéaux républicains des émigrés français. Nous avons remis à la délégation et à Bertrand DUPIN de l’Académie de Béarn un éventail de revues Partir traitant de la Californie.

En octobre, nous avons apprécié la journée passée dans le très typique Collège Marracq de Bayonne, invités par son principal Philippe PRÉVOT, pour une rencontre avec l’équipe pédagogique qui prépare un séjour en Argentine et Uruguay (envisagé en avril 2018), autour du thème « L’émigration et le rugby ». Nous les avons confiés à nos amis de l’AFUB (Association Franco-Uruguayenne de Béarnais).

http://www.tvpi.fr/autresvideos/rugby-marracq-prepare-tournee/

En novembre, parmi les activités devenues presque pérennes, l’AME tenu son stand au Salon « Les idées mènent le monde » de Pau. Une manifestation qui, comme chaque année, a bénéficié d’une belle affluence et où nous avons eu plaisir à nous retrouver pour assurer les permanences, côtoyer les associations, rencontrer nos adhérents toujours plus nombreux et favoriser de nouveaux contacts. Au cours de ces échanges, des aides à la recherche d’ancêtres émigrés ont été lancées et deux adhésions nouvelles enregistrées.

En fin d’année, une équipe enseignante du Lycée du IV septembre d’Oloron a contacté l'AME pour une intervention sur le thème des « Migrations en héritage », un projet mené par une classe de Première Bac pro. Nous avons répondu à leur demande en leur proposant de « témoigner » de parcours d’émigrés dont nous connaissions, à divers titres, les trajectoires. Lili CASASSUS a présenté le parcours de Pierre MAISONNAVE, parti d’Oraas en 1864 vers l’Uruguay avec ses frères et sœur. Elle a évoqué la venue en Béarn de Gustavo Maisonnave de Montevideo, sur les pas de ses ancêtres et la restitution de sa nationalité française. Régine PÉHAU a relaté l’aventure des frères JUNQUA de Rébénacq, émigrés vers 1849 à Cuba, et le retour de l’un d’entre eux, Jean-Baptiste, rentré en Béarn après vingt années passées dans l’île antillaise. Henriette ALÈGRE a présenté le parcours des frères BAHURLET de Lasseube vers l’Argentine à travers leurs lettres publiées par Ariane BRUNETON et Jacques STAES dans le livre Cher père et tendre mère. Les élèves de cette section « Accompagnement et aide à la personne » se sont montrés très concernés par les difficultés rencontrées par ces émigrés et intéressés par leurs itinéraires, par les liens rétablis par-delà l'espace et le temps, grâce à notre association. Les trois interviews ont été filmées puis seront montées pour réaliser un court-métrage. Des photos des personnes interrogées ont été prises en vue de la réalisation d’une exposition pour illustrer ce moment et leurs propos.

Nous vous rappelons que l’espace Amériques, créé par l’AME à la Médiathèque des Gaves, témoigne de ces départs d’émigrés, ils sont enregistrés sur une base de données informatisée, interrogeable gracieusement par les visiteurs. Cette base de données, également présente à Arette (Maison du Barétous) et à Pau (Usine des Tramways), s’enrichit chaque année de nouveaux enregistrements résultant des nombreuses aides à la recherche que nous effectuons. Grâce au travail minutieux de Jean MASOUNABE-PUYANNE que nous remercions vivement pour sa contribution à la mise à jour de cette base Internet, voici le détail du nombre d’enregistrements concernant le Haut-Béarn :

  • Canton Accous (14 communes) : 745 enregistrements
  • Canton Aramits y compris Féas (7 communes) : 1 028 enregistrements
  • Canton Lasseube y compris Aubertin et Lacommande (6 communes) : 475 enregistrements
  • Canton Oloron y compris Cardesse (29 communes) : 4 468 enregistrements
  • Total Communauté de Communes du Haut-Béarn : 6 716 enregistrements
  • Oloron-Sainte-Marie : 1 572 enregistrements

Nombre total d'enregistrements de la base : 34 136

En corollaire à l’aide apportée aux personnes nous sollicitant, nous avons accueilli un nombre important de ces postulants devenus pour la plupart des adhérents bien souvent éloignés du Béarn. En quête de leurs racines, ces derniers ont fait le déplacement pour venir nous rencontrer et compléter leurs recherches familiales. En voici un aperçu pour ce second semestre 2017 :

  • Miguel BAGOLLE de Río Colorado Argentine : famille BAGOLLE de Geüs
  • Philippe DENIAU de Nîmes : familles ESTRÉBOU de Monein et CLAVERIE de Coarraze en Argentine
  • Michel DOYEN de Cholet : famille MAMOUSSE en Argentine
  • Martita HONDERE de La Pampa en Argentine : famille MORLANNE-HONDÈRE de Bielle
  • Serge LAHARGUE de Saint-Mard : famille LAHARGUE de Buenos Aires en Argentine
  • Enrique LUQUE (Sarramayor) d’Osuna : famille Sarramayou d’Ogeu
  • Philippe MELION de Saint-Hilaire Saint-Mesmin : famille MÉLION du Chubut en Argentine
  • Hugo (Cotan) SAURE de Concordia : famille SAURÉ d’Ousse vers l’Argentine
  • Bernard SEGALAS d’Oloron : famille SÉGALAS d’Eysus et Soeix vers la Californie
  • Danièle SEIGNALET de Condat sur Vienne : familles TUCATt d’Ogeu, Oloron et Argentine.
Marita HONDÈRE

Marita HONDÈRE

Miguel BAGOLLE

Enrique LUQUE

La revue Partir 17 a été diffusée fin mars. Pour notre plus grand plaisir à tous, elle inaugure une série de numéros dorénavant tout en couleur…

Mars - août 2017

Notre Assemblée Générale du 18 mars 2017 s’est ouverte sur une minute de silence en hommage à Maryse Bernadet et André Clin, deux de nos administrateurs, chers à nos cœurs, récemment décédés.

Au cours de cette réunion, nous avons apprécié la présence de Daniel Lacrampe, Président de la Communauté de Communes du Haut-Béarn et de Jean Lacoste, représentant le Conseil départemental et la Mairie de Pau. Dans son intervention, J. Lacoste nous a fait part de ses relations très étroites avec la Ligue Henri IV de San Francisco et nous a assurés de son soutien. Nous l’en remercions vivement puisque cette aide s’est concrétisée par l’accord d’une subvention.

Deux jours plus tard, à la demande de Marc Cabanne, nous étions reçues au Parlement de Navarre par François Casabonne, suite à la journée "Emigration et Généalogie". François Casabonne connaît l’AME puisqu'il est le fils de Pierre Casabonne, maire d'Arette, dont la municipalité accueille l’Espace Amérique de notre association à la Maison du Barétous. Il est d’autant plus sensible au thème de l'émigration qu’il reçoit les visites régulières de ses cousins des Etats-Unis.

Chargé d'établir, pour le Conseil départemental, des contacts avec des groupes basques et béarnais d'Amérique dans le but de développer une "coopération" sur différents plans (culturel, universitaire, touristique et commercial…), F. Casabonne s’est montré particulièrement curieux de connaître la teneur de nos échanges avec nos cousins d’outre-Atlantique. Après avoir brossé un historique des flux d'émigration pyrénéenne vers les Amériques, nous lui avons indiqué les contacts établis par l’AME avec certains descendants d'émigrés et les associations (AFUB, AFAB, Ligue Henry IV, BéarnaisLA, Alliances Françaises...). Nous lui avons également présenté les revues Partir (reçues par plusieurs Conseillers départementaux au Parlement) et l’avons invité à parcourir les articles qui complètent cette approche. Nous nous sommes quittés au terme d'une heure d'échanges amicaux.

Tout au long du semestre, les demandes de recherches d’émigrés ont continué d’affluer, nous réservant de belles découvertes. Henri Barbet a renoué le lien avec les descendants de Jean-Baptiste Lembège parti de Lasseubetat en Argentine, devenu boulanger à San Vicente en 1895. Son petit-fils Miguel s’illustra par la construction d’un pont sur la rivière Limay et la distribution des parcelles de sa propriété aux familles modestes de Las Balsas.

Une aide a été également apportée à Maïté Balzola désireuse de mieux connaître la destinée de ses ascendants Laborde de Parbayse également partis en Argentine. Notre adhérente a pu ainsi offrir le fruit de ses recherches à ses petits cousins de Buenos-Aires en visite ce mois de juin sur la terre de leurs ancêtres.

L’été reste toujours propice aux visites de descendants d’émigrés. Reçue par notre amie Gisèle Accoce, Norma Beatriz Arceguet a rencontré l’AME. Professeur de Français au Lycée d’Alta Gracia et amie de Louis Hourgras, elle a fait connaissance de Sauveterre-de-Béarn et de la rue Maubecq où son ancêtre Jean était né en 1819, fils de Jean Arceguet et Jeanne Maisonnave.

À Ogeu-les-bains, Juan Pedro Casaux-Lacrouts a découvert les vestiges de la maison natale de ses ancêtres hongreurs, et rencontré ses cousins Bonnemasou. Comme l’avait fait son père Esteban en 1973, il a pu feuilleter avec émotion, les registres d’état civil de la Mairie à la recherche du grand-père Pierre.

Pendant ce temps, du côté de la capitale du Haut-Béarn… le 10 juin, l’AME a participé au salon du livre d’Oloron grâce à la disponibilité de nos administrateurs. Notre stand bien placé a attiré le public présent, nous avons noué des contacts et, outre la vente de revues, l’association s’est ainsi enrichie de deux nouvelles adhérentes.

En juillet, la Communauté de Communes, présidée par Daniel Lacrampe, s’est dotée d’une riche bibliothèque numérique grâce à l’aide de Jean-François Sibers de la DRAC, et au travail de valorisation de Sandrine Cabané-Chrestia et Sandra Goyetche, chargées du secteur patrimoine de la médiathèque d’Oloron. Nous avons assisté à son inauguration et pu ainsi découvrir les trésors conservés. http://bibliothequenumerique.pyreneesbearnaises.fr.

Enfin, l’AME s’est illustrée par l’animation de trois conférences sur l’émigration pyrénéenne aux Amériques.

Le 1°avril, la conférence prononcée par Liliane Hounie, notre administratrice historienne et géographe, a rassemblé une quarantaine d'auditeurs dans la salle commune de Mifaget. Elle a évoqué les émigrants béarnais et basques, le plus souvent d'origine rurale et sans perspective en raison des tailles réduites des exploitations agricoles, partant en Argentine pour y "chercher fortune". Au-delà du thème central consacré aux différentes vagues d’émigration, la conférencière a présenté les attraits touristiques actuels qui font de ce vaste et beau pays une destination de choix. Prononcée de manière très spontanée, cette causerie a permis des échanges directs avec le public et les nombreuses questions ont souligné l'intérêt porté au sujet du jour.

Contactée par une association paloise, l’Agora, au bénéfice d'une autre association (Koala) qui oeuvre pour les enfants malades de l'Hôpital de Pau, Régine Péhau-Gerbet, historienne et vice-Présidente de l’AME, est intervenue une première fois à Pau, au printemps, auprès d’une soixante de personnes à l’aide d’un diaporama richement illustré. Une seconde intervention a eu lieu le 18 juillet dernier à Espéchède. La conférencière a captivé un public venu en nombre, quelque soixante-dix personnes originaires du lieu ou des environs. Il faut dire que la moitié des présents étaient concernés par le phénomène de l’émigration. L’AME a notamment enregistré plus de 300 émigrés sur le secteur de Morlaas dont cinq à Espechède : Cyprien Miqueu, Célestin Matras, Pierre Sarthou, Jean Barry et Pierre Laban. Les thèmes abordés étaient illustrés par la projection de documents tirés en majeure partie de la revue Partir qui rendaient l’exposé très complet et pédagogique. Tout naturellement, le public a désiré acheter les revues Partir correspondantes.

Bravo à Liliane et à Régine pour ces prestations très réussies ! Deux prochaines conférences de l’AME sont prévues dans les mois à venir : l’une en vallée d’Aspe (sur Juan Martin Pyerredon) et l’autre à Oloron.

Septembre 2016 - février 2017

Nous vous l’avions déjà annoncé dans notre précédent numéro de Partir, l’agenda de l’AME s’est révélé chargé en manifestations au cours de ce dernier semestre.

Tout d’abord, le 16 septembre 2016, malgré une pluie glaciale, la projection en avant-première du film de Ghislaine Graillet « Cuba, la mémoire libérée » a réuni sa grande famille, les membres et amis de l’AME, à l’auditorium de la Villa Bedat à Oloron. Les spectateurs ont partagé la profonde émotion de Ghislaine et participé à un débat autour de l’émigration aux Caraïbes et de l’exploration des racines familiales (voir articles), avant de célébrer l’événement autour d’un succulent buffet offert par les familles Graillet, de Casamajor, et Briol.

Le 24 septembre, nous avons reconduit la Journée du Patrimoine à la Maison de Barétous, cette fois en établissant le parallèle entre la vie en Barétous au XIXème siècle et celle de ses émigrés en Californie. Les permanences ont également repris et se déroulent dorénavant tous les derniers samedis du mois.

Comme Maryse Bernadet aurait apprécié la venue de sa cousine argentine Inès Lange ! Les retrouvailles ont eu lieu à Lagor, chez sa sœur Aline avec laquelle nous avons partagé ce moment bouleversant mais très convivial et instructif. Conjuguées aux souvenirs d’Inès, la mise en commun de toutes les recherches de Maryse et Bernard, d’Aline et de l’AME ont permis de percer quelques mystères et d’avancer dans la connaissance de la vie énigmatique de leur grand-tante Maria Ana Labourdette et de son frère Jean en Argentine (Partir n°10). Le voyage d’Inès a enfin renoué le lien entre le village natal d’Ogenne-Camptort et Córdoba ; Aline saura entretenir les relations avec Inès et son frère Guillermo Lange (neveux de Maria Ana) avec beaucoup de générosité et de fidélité …

Le 18 octobre, en partenariat avec les archives intercommunales et au terme de plusieurs séances de travail sur le « fonds Lacaze » acquis par l’Usine des Tramways, la Communauté d’agglomération de Pau et l’AME ont proposé une manifestation. Devant un public nombreux, nous avons présenté notre association, expliqué l’élaboration et la libre consultation de notre base de données déposée dorénavant en ce lieu (soit, à ce jour, plus de 34 000 enregistrements d’émigrés des Basses Pyrénées et des Hautes Pyrénées). Notre action a été illustrée par l’étude de l’émigration de la famille de Michel Lacaze, famille paloise de la rue Tran, à la Nouvelle-Orléans en passant par Caracas. Un exposé sur la participation des émigrés pyrénéens à la Grande Guerre a clôturé notre communication.

Fin novembre, notre stand au salon « Les idées mènent le Monde » a été animé par une douzaine de bénévoles, heureux de se retrouver et d’accueillir les membres de l’association et les visiteurs. Comme chaque année, nous y avons reçu de nouvelles adhésions et entrepris sept recherches d’ores et déjà finalisées.

Durant cette période, Jean Masounabe-Puyanne (notre Webmestre très impliqué dans les recherches) et son épouse se sont rendus en Californie. Leur périple a commencé à South Lake Tahoe où ils ont été accueillis par Yann Roman, arrière-petite-fille de Charles Mazères, natif d’Ogeu-les-Bains, et de Brigitte Breilh (Partir n° 12). Ils ont également fait connaissance, à la fin de leur séjour, à Castro Valley, de Rosina et Émile Lassalle, le petit-fils de cet émigré ogeulois. Jean a pu photographier une quinzaine de lettres envoyées de France à Charles Mazères, entre 1886 et 1895. Certainement un nouvel article dans Partir en perspective …

Entre-temps, ils ont fait un saut jusqu’à Reno (Etat du Nevada) pour y rencontrer Gilbert Madagaran, dont le père, originaire de Féas avait émigré aux Etats-Unis en 1931. Six jours plus tard, ils se sont rendus à Petaluma pour y retrouver Bob et Rose-Marie Mazères (Partir n° 8). Petit tour dans San Francisco pour découvrir les lieux liés à l’histoire de l’émigration : l’église Notre Dame des Victoires, l’Hôpital Français, la triperie Bayle, le Miner’s restaurant, propriété de P.B. Berges, premier Président de la Ligue Henri IV (Voir article dans PARTIR 15). Ils ont rencontré aussi Joe Gratiane, originaire du Bager d’Oloron qui émigra en Californie en 1945 pour retrouver ses oncles et tantes. Une belle façon pour l’AME d’être présente outre-Atlantique avant de clôturer l’année 2016 …

Quant à l’année 2017, elle s’est ouverte avec la mise à l’honneur, le 16 janvier, de notre association et de sa Présidente, Lili Casassus, dans les colonnes des journaux La République et L’Eclair. Une distinction, en dernière page, tout à fait méritée, pour cette inlassable et généreuse « chercheuse de racines » qui contribue grandement au rayonnement de l’AME, même si elle s’en défend, préférant mettre en avant le dévouement et le dynamisme de toute l’association. (A noter que la rédaction de ces quelques lignes échappe totalement à sa vigilance).

Le mois suivant, le samedi 4 février, l’AME a participé à la journée « Emigration et Généalogie » au Parlement de Navarre. Nous étions présents dès le matin à la rencontre entre les responsables associatifs, Jacques Pons, directeur des Archives Départementales 64, et Marc Cabanne, élu du Conseil Départemental. L’après-midi, avec l’ouverture au public, notre stand a été l’objet de visites incessantes, de recherches en direct et d’adhésions multiples. Parmi les mini-conférences proposées, notons celle très remarquée de Robert Elissondo, de l’association Irkerzaleak, sur le fonds Vigné (voir article). Il est vrai que le thème de l’événement et le lieu privilégié ont mobilisé beaucoup de visiteurs du Béarn, des Landes et de Bigorre.






Dans la vallée de Barétous, après une « initiation à la recherche d’émigré », le samedi 11 février à la salle de la Mairie d’Arette, ce sont « les retrouvailles en Californie » illustrées par deux films réalisés par nos amis de Los Angeles qui ont réuni les Barétounais autour de l’émigration.

Enfin, tous nos efforts pour sauvegarder la mémoire de l’émigration pyrénéenne viennent d’être encouragés par Audrey Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication qui, par l’intermédiaire de David Habib, député de la 3 ème circonscription des PA, nous a accordé une subvention appréciée. Nous tenons à remercier notre fidèle administrateur André Clin pour sa démarche fructueuse auprès de David Habib.