Scolarisation et Handicap‎ > ‎Handicap‎ > ‎DYS‎ > ‎

DYSPRAXIE

La dyspraxie est une maladresse gestuelle pathologique.
C’est une pathologie de la conception, de la programmation et de la réalisation des gestes culturels appris.
Un enfant dyspraxique n'arrive jamais à automatiser ses gestes, et doit alors exécuter une succession de mouvements séquentiels tout en exerçant un contrôle volontaire extrêmement coûteux sur le plan attentionnel.
 
Différentes formes de dyspraxie :
 
LA DYSPRAXIE CONSTRUCTIVE :
Elle concerne les activités où l'on assemble différents éléments.
Par exemple dans la vie courante : le bricolage, la couture, la menuiserie...
Également tous les jeux de construction comme les cubes, legos, clippos, mécanos, puzzles.....
LA DYSPRAXIE CONSTRUCTIVE VISUO-SPATIALE :
Elle associe :
Un trouble dans l'organisation du geste
Un trouble du regard qui se traduit par des difficultés dans l'organisation de la motricité des globes oculaires (l'enfant a du mal à explorer un espace fixe et déterminé à la recherche d'un ou plusieurs éléments, il n'arrive pas à fixer une cible déterminée, ni à suivre une cible mobile)
Un trouble de la construction de certains composants de la spatialisation (surtout dans l'espace à 2 dimensions : la feuille, le tableau ...)
LA DYSPRAXIE NON CONSTRUCTIVE :
Elle concerne des troubles de la successivité et de la séquentialité des gestes.
LA DYSPRAXIE IDEATOIRE :
Elle correspond à des difficultés d'utilisation et de manipulations d'objets et d'outils.
Exemple : utiliser un tournevis, allumer des allumettes.
LA DYSPRAXIE IDÉOMOTRICE :
L'enfant présente des difficultés à réaliser des gestes symboliques et des mimes en l'absence de manipulations d'objet (faire chut, mimer l'action de jouer de la trompette...), imiter les gestes réalisés par un autre.
LA DYSPRAXIE DE L'HABILLAGE :
L'élève présente des difficultés à agencer, orienter ou disposer les vêtements lors de l'habillage (les vêtements sont enfilés à l'envers), pour se boutonner, utiliser une fermeture Éclair, faire ses lacets...
LA DYSPRAXIE OROFACIALE :
L'élève présente des difficultés pour réaliser les gestes simples ou complexes des organes de la phonation et du visage (langue, lèvres, mimiques)
Exemple : siffler, souffler les bougies, faire des bulles....., mais aussi déglutir et parler.
LA DYSGRAPHIE DYSPRAXIQUE :
L'élève présente des difficultés pour écrire (il n'y a pas d'automatisation de l'écriture liée).
Différents types de dyspraxie peuvent s'associer, mais peuvent également être associés à d'autres troubles neuropsychologiques :
Troubles du langage oral et/ou écrit (dysphasie, dyslexie)
Troubles mnésiques
Troubles des fonctions exécutives (fonctions qui planifient l'exécution)
Troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité.
Aides extérieures :
-  Orthoptiste
-  Psychomotricien
-  Orthophoniste
-  Ergothérapeute
(en libéral ou au sein de structures spécialisées: CMPP, SSESD L’ADAPT
Adaptations :
Lorsque tout ce qui est visuel est nuisance → S’appuyer sur le verbal
 
Pistes d'adaptations en classe :
FICHE OUTIL N° 1 Afficher
FICHE OUTIL N° 2 Afficher Télécharger 
Outils / Liens :
 
DOCUMENT rédigé par Caroline Huron, chargée de recherche INSERM
 
 
Le blog multimédia de l'association Dyspraxique Mais Fantastique : http://dyspraxies.tumblr.com/
 
La méthode du petit chien (Méthode Jeannot) : Cliquez ICI 
La dyspraxie (Diaporama)
 
 
La dyspraxie de l'enfant doc pdf de l'académie d'Amiens