Accueil‎ > ‎

Qu'est-ce que la métapsychanalyse ?


La métapsychanalyse est une théorie générale de la sexualité humaine, issue de la question suivante :

La façon dont notre culture nous impose de vivre l'amour et la sexualité correspond-elle à nos données génétiques ?

avec son corollaire :

Que seraient l'amour et la sexualité si notre culture autorisait l'expression naturelle des potentialités génétiques humaines ?

Il s'agit là d'interrogations fondamentales sur les plans biologique, génétique, existentiel, familial, moral, éducatif, social, politique, humain, philosophique, religieux, psychanalytique, métapsychique, ethnologique, anthropologique, écologique, économique…

Bizarrement, les sciences humaines ne se sont guère préoccupées de cette question essentielle, peut-être parce qu’il est difficile de distinguer l’inné de l’acquis dans les comportements humains. La morale et la religion ont institué des préceptes et des interdits fondés sur des croyances ou des traditions. La psychanalyse ne s’est pas complètement libérée du système de valeurs dominant et s'est avérée relativement décevante. La psychiatrie n'a toujours fait que conforter la morale conventionnelle. Quant à la sexologie, elle décrit les aspects biologiques et physiologiques du fonctionnement sexuel, sans se poser de questions sur la nature fondamentale du phénomène amoureux.

De sorte qu’on ne sait toujours pas ce que serait un comportement conforme aux données génétiques de la sexualité humaine.

Il est clair que notre génome ne nous condamne pas à des comportements stéréotypés et prédéterminés. De même que le langage répond à une programmation génétique mais se décline sous des formes extrêmement variées, différentes formes de comportement sexuel peuvent répondre à une programmation innée qui n'en fixe que certaines lignes directrices. Il s'agit de savoir quelles sont ces lignes directrices et quels sont les comportements qui les respectent ou qui ne les respectent pas.

Or, on ne peut pas percer les mystères d'un instinct (ici l'instinct amoureux et sexuel), sans en comprendre la véritable fonction. Il y a dans les pulsions amoureuses et sexuelles tout un faisceau de comportements qui ne s'expliquent que difficilement par la reproduction de l'espèce. Le plaisir n'est en principe jamais la finalité d'un comportement instinctif. Il l'accompagne, comme le plaisir gustatif accompagne l'instinct alimentaire, mais le but est, bien au-delà, l'apport de substances nutritives à l'organisme. Dans les conceptions actuelles, cautionnées par le freudisme, la reproduction et le plaisir sont pourtant très largement considérés comme le but de la sexualité.

Le pas qu'a franchi la métapsychanalyse, c'est d'attribuer aux pulsions non reproductionnelles une autre signification, tirée de l'observation et de recoupements avec de nombreux éléments constellant notre culture (psychiatrie, psychologie, psychanalyse, histoire, mythologie, éthologie humaine etc.). Cette fonction première serait, selon ce postulat, le développement de facultés extrasensorielles et l'accès à une dimension "métapsychique", telle que la définissait par exemple Carl Gustav Jung.

 

Pourquoi cette question met-elle en cause la morale ?

Pour trois raisons :    >>

L'humanité entière est exposée aux avatars de la morale. Or, la morale n'a cessé de se transformer au cours de l'histoire, avec toutes les conséquences que cela a pu avoir sur le destin des individus. Afin d'éviter des drames inutiles, il y a lieu de se demander dans quelle mesure la morale dominante correspond ou non aux données génétiques de l'espèce, puis d'examiner les mécanismes qui l’ont fait aboutir à ce qu’elle est aujourd’hui. C'est à ce prix que l'on pourrait rétablir une harmonie à laquelle chacun aspire en son for intérieur.

 

Pourquoi cette question met-elle en cause notre vie amoureuse et sexuelle ?

Pour quatre raisons :    >>

Nous appliquons volontairement ou inconsciemment les schémas de comportement que nous dicte la société, et nous en subissons les conséquences dans notre vie quotidienne. Ces schémas nous contraignent dans bien des cas à renoncer à des relations que nous ressentons comme essentielles, d'où toutes sortes de frustrations, de déchirements, de traumatismes. En principe, ces souffrances pourraient être en partie évitées si les interdits et les schémas de comportement restaient dans les limites des données génétiques humaines.

L'enjeu consiste donc à regrouper ces données et à en faire la synthèse autour du "postulat métasexuel". Si nous y réussissons, elles permettront dans un second temps de repenser le système de valeurs traditionnel de manière qu'il respecte les aspirations naturelles inhérentes au phénomène amoureux (qui excluent bien entendu toute forme de contrainte ou de violence).

 

Pourquoi cette question met-elle en cause l'avenir de notre civilisation  ?

Pour de multiples raisons :    >>

Notre civilisation prométhéenne s'est construite sur l'illusion d'un Homme capable de maîtriser  la nature et son propre destin. La métapsychanalyse permet d'expliquer l'origine de cette dérive millénaire et de retrouver spontanément le rapport naturel à l'environnement.

Elle permet de comprendre pourquoi notre culture a privilégié une approche rationaliste et matérialiste de la réalité et pourquoi, depuis le siècle des Lumières, la dimension métapsychique s'est étrangement éteinte. Notre culture est en effet la première à nier le magique, ou pour le moins à l'exclure du quotidien. Ce déni pourrait s'interpréter comme un mécanisme de défense contre l'angoisse liée à la perte du métapsychique.

Cette situation est en rapport direct avec l'inhibition des facultés extrasensorielles, réservées à quelques rares voyants ou télépathes, alors que les observations réalisées dans le cadre métapsychanalytique montrent qu'elles appartiennent au fonctionnement naturel du psychisme humain. Elles devraient jouer un rôle essentiel et quasi permanent dans les choix individuels, les rapports amoureux, l'exercice du pouvoir, le respect d'autrui et de la planète en général, comme c'était la cas dans certaines sociétés traditionnelles.

La question clé est donc de savoir pourquoi les facultés extrasensorielles ne se développent pas normalement dans les conditions de vie actuelles. On peut en effet craindre que l'homme, dirigé par son seul intellect (notamment son ego), ne soit pas capable d'enrayer le mouvement en spirale qui l'entraîne vers la destruction de la planète.

 

Pour une approche théorique plus complète, voir la page : Le postulat métasexuel

ou téléchargez l'opuscule en pièce jointe :

         "Essai sur la Métapsychanalyse au regard de Freud, Jung, Reich et Lacan".

FORUM : pour toute question, objection, suggestion sur un sujet concernant la métapsychanalyse, la sexualité, les problèmes judiciaires y-relatifs etc., veuillez aller sur le  forum 'Métapsychanalyse, amour et transcendance'.

Vous trouverez au bas de chacune des pages suivantes un bouton 'FORUM' donnant accès à une discussion concernant le thème traité dans la page, mais aussi un autre bouton  'Autre sujet de discussion' qui vous permettra de poser des questions ou de demander la mise en discussion d'un thème apparenté.

Si vous voulez en savoir plus sur les condamnations dont j'ai été l'objet, allez sur la page "Métapsychanalyse et Justice".

Pour toute question concernant l'alimentation sans lien avec la sexualité, rendez-vous bien sûr sur le forum  'Instinctothérapie, théorie et pratique'.