Extasit

Attention - Ce petit texte - le 13e dans cette liste de vieux textes - a été écrit au début des années 90 lors d’un atelier d’écriture et, contrairement aux autres, A ÉTÉ très légèrement retouché (mais à peine, car je croyais à tort qu’il était parfait comme ça), parce qu’il s’agit de la version qui a paru dans le numéro 13 de l’Écrit Primal (la revue du Cercle d’écriture de l’Université Laval) paru à l’automne 1992. Il s’agit de ma première vraie publication imprimée, alors je trouvais ça cool de faire correspondre l'ordre de parution de mon vieux texte avec celui du numéro dans lequel il a paru la première fois.

À la fin des ateliers, chacun lisait ce qu’il avait écrit (s’il le voulait) et quand j’ai lu ce texte, je me souviens que j’ai eu des applaudissements…cela m'avait surpris et je m’étais senti un peu gêné, car lors des lectures, on n’applaudissait habituellement pas (ou pas souvent). Bien sûr, il faut se mettre dans le contexte d’un récit écrit en peu de temps; je ne pense pas que cette histoire aurait mérité des applaudissements si j’avais pris deux semaines pour l’écrire… Mais elle est quand même pas mal, pour une courte nouvelle.

Extasit

J’aime bien me promener en public, seulement voilà : j’entends parler tout le monde, mais je ne sais pas qui dit quoi. De toutes façons, même lorsque je suis seul je les entends parler.

L’un dit : « Il faudrait le tuer », l’autre : « Attends un peu, il n’a pas atteint le Shmidol ». Le Shmidol, c’est lorsqu’on est prêt à mourir. C’est un peu comme si on avait atteint une certaine température sur un thermomètre. Mois je sais que je ne suis pas prêt. Pas maintenant, non, j’ai autre chose à faire. L’amour par exemple…

Oh! C’est ça! Mais oui! « Ils » attendent que j’aie fait l’amour, après ils me tueront! Hé bien ils ne m’auront pas. Je ne ferai jamais l’amour, voilà. Mais suis-je le seul à avoir découvert ce qu’ils attendent de moi? Ça tombe bien, les voitures circulent; les piétons ne peuvent traverser ni se sauver. Je vais en questionner un.

- Excusez-moi, savez-vous ce qu’ils attendent pour vous faire mourir?

- Quoi?

- Je veux dire lorsque vous aurez atteint le Shmidol…

- Je comprends rien à ce que tu dis, laisse-moi tranquille, OK?

Ce piéton n’est guère gentil. Il doit être fou pour ignorer ainsi l’existence de Shmidol. Bah! Laissons-le avec ses problèmes...

La vie peut-elle être belle, même si on ne fait pas l’amour? De toute façon, je ne l’ai jamais fait. Pour vrai, je veux dire. Heureusement, j’ai des yeux et de l’imagination.

Ainsi, j’ai la vie en échange de l’abstinence. Maman avait raison : le sexe, c’est péché! C’est pour ça qu’ils veulent ma mort. Mais le sexe quand on est seul, c’est pas péché, oh non! Alors je vivrai longtemps. C’est pas péché, parce que je n’oblige personne.

Au contraire, ce sont les femmes que j’entends me dire : « Je veux coucher avec toi », alors je m’approche, je dis « d’accord », mais elles font semblant de n’avoir rien dit. Je crois qu’elles font les indifférentes pour m’attirer. Elles font toujours ça, c’est connu.

Alors j’insiste, mais elles persistent à ne pas vouloir me suivre. Donc je les prends par le cou, car je sais que c’est ce qu’elles aiment, mais je sers trop fort, emporté par ma passion envers elles, et elles s’évanouissent. C’est à ce moment que j’ai du sexe seul. D’autres profiteraient de la pauvre évanouie, mais moi je ne lui touche pas. Je la regarde dormir tout en me caressant.

- Docteur Bankroft! Le patient du 13 est encore en plein délire d’auto-érotisme et il fait de nouveau ses dégâts sur un oreiller…qu’il vient « d’étrangler »…