Vivant - 5e Exposition Internationale de Photographie au Sténopé

Vivant !

5e Exposition Internationale de Photographie au Sténopé du 11 mars au 23 avril 2011

Lorsque j’écrivis la préface de la première exposition en 2007, je soulignai l’importance de cet événement en tant que « première exposition d’envergure en France à s’intéresser uniquement à la photographie au sténopé ».2011 marque un nouveau pas, à plusieurs titres.Il existe de par le monde de sporadiques expositions internationales de photographie au sténopé ; l’an dernier il y en eu notamment en Inde, en Russie… En Pologne, OFFO (Ogolnopolski Festival Fotografii Otworkowej) biennale de la fotografia otworkowa - comprendre photographie au sténopé - a fêté sa troisième édition en 2009… En présentant cette cinquième édition, je ne cherche pas à inscrire un record dans le célèbre livre qui les recense. Il s’agit plutôt de souligner la régularité de ces expositions qui a fait de cette manifestation l’une des plus importantes au monde, un événement incontournable en France. Sa notoriété engage maintenant un nombre croissant d’artistes reconnus à souhaiter y participer, malgré l’éloignement, malgré la crise.C’est pourquoi, cette année les murs ne pouvant accueillir toutes les images sélectionnées, un diaporama propose également les contributions de six auteurs. Vivant ! devient ainsi la plus importante des expositions de cette série avec la présentation de plus de deux cents photographies au sténopé !Les précédents thèmes s’étaient attachés à montrer l’environnement dans lequel l’être humain évolue, il devient cette fois-ci le sujet même des images. Réussir à obtenir un portrait puis à capter les individus dans leurs activités furent des enjeux majeurs de la photographie naissante. Étudier l’être humain est devenu l’un des thèmes favoris des photographes, qu’ils soient professionnels ou amateurs. Si la photographie au sténopé, par la lenteur de sa mise en oeuvre, ne fige pas dans une netteté parfaite les différents aspects du corps ou des occupations humaines, elle nous offre d’autres visions ô combien intéressantes ! Elles font la part belle à l’imaginaire, celui de leur auteur comme celui du spectateur qui se trouve alors entraîné dans un autre monde. Expérimentateur par essence, le sténopiste place ses trous dans les endroits les plus inattendus, les oriente vers une parcelle de monde sous les angles les plus inusités, enregistrant ainsi ce que l’oeil humain ne peut voir mais que l’âme capte et conserve.Symboliques, poétiques, inquiétantes, tranquilles ou dynamiques, fondamentalement éclectiques, toutes ces images nous racontent des histoires, personnelles mais si universelles ! Marie-Noëlle Leroy

Commissaire de l’exposition