L'extase sensuelle: du Caravage au Bernin

 

par Christian LOUBET

Professeur d’Histoire de l’art à l’Université de Nice

 

Lundi 27 septembre 2004 à 18h30

 

A Rome vers 1600, la Papauté triomphante affiche sa gloire avec magnificence. A la suite du Concile de Trente (1545-1563), la Contre-Réforme a bouleversé l'art religieux. A l' inverse de l'art de la Renaissance, l'art baroque doit solliciter la sensibilité plus que l'intelligence. Les saints et les martyres sont représentés avec plus de réalisme et plus de pathétique. A une génération d'intervalle, deux artistes, un peintre, Le Caravage (1570- 1510), personnage marginal, et un sculpteur, Le Bernin (1598-1660) personnage très officiel, appliqueront ces principes de façon diamétralement opposées.

 

  Le Bernin matérialise l'orgasme spirituel et cisèle la sensualité de l'extase mystique.

 

Le Caravage illustre l'histoire sainte avec des scènes populaires transcendées par le "coup de lumière".