L'opéra italien au XIXe : du bel canto au romantisme

 (avec illustrations musicales)

par Bruno PICAUDÉ, Maître de musique

 

Jeudi 28 avril 2011 à 18h

 


Entre 1820 et 1830, l'opéra n'est plus très à l'aise dans ses vieux habits. La société a changé ; elle a d'autres aspirations, la classe bourgeoise se développe et les vieux modèles qui inspiraient les librettistes (sujets mythologiques, aristocratie éclairée) ne font plus recette. Rossini, dans ses derniers ouvrages prouve qu'il est capable de s'adapter au romantisme naissant (La Donna del Lago) et donne même un ultime chef d'œuvre dans le style du grand opéra à la française : Guillaume Tell. Mais c'est à Bellini et Donizetti qu'il appartient de développer une nouvelle écriture -- avec de nouvelles typologies vocales -- qui s'appuie sur un orchestre en constante évolution, soulignant les performances des nouveaux héros : les ténors !