La Libération de Paris le 25 août 1944, les combats des Résistants, du Peuple et l'arrivée de l'Armée.

 Retour Outreau et nos villes pendant la seconde guerre mondiale     Les bombardements de septembre 1943 au Portel Photos archives, revues de presse...   Site de Pascal BERNARD d'Outreau 

                                      LIBÉRATION DE PARIS EN AOUT 1944 : PHOTOS DE  PRISONNIERS ALLEMANDS.

                                   


                                                                                                   




Journal de la Résistance: "The Liberation of Paris" (1944)

Journal de la Résistance: "The Liberation of Paris" (1944)


 
 
Les Allemands avaient perdu 3 200 hommes(tués), et 12 000 prisonniers.
 Les Alliés dénombraient 130 tués et 319 blessés pour la 2ème DB,
1 000 tués et 1 500 blessés pour les FFI, et près de 600 morts et 2 000 blessés parmi la population civile. Sources: hsgm.free

 Du 19 au 25 août 1944 les Résistants aidé aussi par la population participaient " à la bataille de Paris"
en attendant l'arrivée des forces alliés et Française.
Cet épisode met fin à quatre années d'occupation de la capitale française.



SIX FFI FUSILLES PAR LES ALLEMANDS AU COIN DU BOULEVARD MAGENTA

 

La libération de Paris pendant la Seconde Guerre mondiale a eu lieu en août 1944, marquant ainsi la fin de la bataille de Normandie Cet épisode met fin à quatre années d'occupation de la capitale française.
Paris Brise ses chaines photos archives Pascal BERNARD d'Outreau.


Les ordres de hitler prévoyaient la destruction des ponts et monuments de Paris, la répression impitoyable de toute résistance de la part de la population et de combattre dans Paris jusqu'au dernier homme pour créer un « Stalingrad » sur le front Ouest immobilisant ainsi plusieurs divisions alliées. Mais le général von Choltitz ne montre aucun empressement à les appliquer. La garnison allemande est forte de 20 000 hommes, mal équipés, aux unités disparates (unités administratives par exemple) de faible valeur combative, 80 chars (dont certains datent des prises de guerre de l'été 1940 comme des chars Renault FT-17 d'un « autre âge ») et autant de pièces d'artillerie, pour certaines désuètes

LIBERATION DE PARIS  GENERAL VON CHOLTITZ


La résistance parisienne, commandée par Rol-Tanguy depuis son poste de commandement sous la place Denfert-Rochereau et par Chaban-Delmas, pauvrement équipée (elle n'a même pas de liaison radio avec l'extérieur) mais enthousiaste, encercle les îlots de défense allemands. L'occupant se trouve en position défensive, une division SS est mise en mouvement vers Paris pour renforcer l'armée allemande. Il est à prévoir qu'elle obéira sans état d'âme aux ordres de destruction d'Hitler. Avec l'annonce de l'avance rapide des Alliés sur Paris depuis la victoire de la poche de Falaise, le métro de Paris, la gendarmerie le 13 août, puis la police qui lui emboîte le pas le 15 août, suivis des postiers le jour suivant, se soulèvent. Ils sont rejoints par d'autres ouvriers de la ville quand la grève générale éclate le 18 août. Des barricades sont dressées, entravant les mouvements des véhicules allemands, et des escarmouches contre les forces allemandes d'occupation, épaulées par des membres de la Milice restés à Paris malgré le repli général des miliciens quelques jours plus tôt, commencent à devenir sérieuses les jours suivants, atteignant leur maximum le 22. De sérieux combats ont lieu à la préfecture de police, occupée par les policiers insurgés dès le matin du 19 août

Une trêve est conclue, trêve qui permet à chacun des camps soit d'évacuer la capitale pour les Allemands, soit de conforter ses positions, pour la Résistance.

En marge des évènements de la capitale, des accrochages et embuscades sont organisés par des partisans et résistants en banlieue parisienne

Sources de l'Histoire http://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ration_de_Paris


Toutes les photos qui suivent font parties de ma collection personnelle ( Pascal BERNARD d'Outreau )


Après l'insurrection des Résistants à Paris  intervient enfin le 25 Août 1944 la 2ème D.B

 
 

LES TANKS DE LA DIVISION LECLERC

 
L'accueil des Parisiens aux soldats de la division du Général Leclerc

Des photos du 8 mai 1945 en France

 
 
 
 Le 8 mai 1945 jour de la victoire contre l'allemagne et le nazisme, partout en France la foule se rassemble

La foule le 8 mai 1945


Les ordres de hitler prévoyaient la destruction des ponts et monuments de Paris, la répression impitoyable
 de toute résistance de la part de la population et de combattre dans Paris jusqu'au dernier homme pour créer un « Stalingrad »
sur le front Ouest immobilisant ainsi plusieurs divisions alliées.
 Mais le général von Choltitz ne montre aucun empressement à les appliquer.
La garnison allemande est forte de 20 000 hommes, mal équipés, aux unités disparates (unités administratives par exemple)
de faible valeur combative, 80 chars (dont certains datent des prises de guerre de l'été 1940 comme des chars Renault FT-17 d'un « autre âge »)
 et autant de pièces d'artillerie, pour certaines désuètes

LIBERATION DE PARIS  GENERAL VON CHOLTITZ


La résistance parisienne, commandée par Rol-Tanguy depuis son poste de commandement sous la place Denfert-Rochereau et par Chaban-Delmas, pauvrement équipée (elle n'a même pas de liaison radio avec l'extérieur) mais enthousiaste, encercle les îlots de défense allemands. L'occupant se trouve en position défensive, une division SS est mise en mouvement vers Paris pour renforcer l'armée allemande. Il est à prévoir qu'elle obéira sans état d'âme aux ordres de destruction d'Hitler. Avec l'annonce de l'avance rapide des Alliés sur Paris depuis la victoire de la poche de Falaise, le métro de Paris, la gendarmerie le 13 août, puis la police qui lui emboîte le pas le 15 août, suivis des postiers le jour suivant, se soulèvent. Ils sont rejoints par d'autres ouvriers de la ville quand la grève générale éclate le 18 août. Des barricades sont dressées, entravant les mouvements des véhicules allemands, et des escarmouches contre les forces allemandes d'occupation, épaulées par des membres de la Milice restés à Paris malgré le repli général des miliciens quelques jours plus tôt, commencent à devenir sérieuses les jours suivants, atteignant leur maximum le 22. De sérieux combats ont lieu à la préfecture de police, occupée par les policiers insurgés dès le matin du 19 août

Une trêve est conclue, trêve qui permet à chacun des camps soit d'évacuer la capitale pour les Allemands, soit de conforter ses positions, pour la Résistance.

En marge des évènements de la capitale, des accrochages et embuscades sont organisés par des partisans et résistants en banlieue parisienne

Sources de l'Histoire http://fr.wikipedia.org/wiki/Lib%C3%A9ration_de_Paris


Retour au Site de Pascal BERNARD d'Outreau

Outreau et nos villes pendant la seconde guerre mondiale    Les bombardements de septembre 1943 au Portel Photos archives, revues de presse...

 Site consacré à la ville d'Outreau 



free counters  free counters     


         
 
Comments