Accueil

« Au lieu de voir le développement organisationnel comme un moyen d'adapter les individus aux besoins de l'organisation, le voir plutôt comme un moyen d'adapter l'organisation aux besoins, aux aspirations et au potentiel des individus. »   Peter Drucker


La violence organisationnelle peut s'exprimer de différentes façons et se retrouver à tous les niveaux dans une organisation.

Le but du Baromètre de Gestion de la Violence Organisationnelle est de présenter un plan pour mieux gérer l'intimidation, le harcèlement, la violence verbale et la violence physique.



La direction d'une organisation n'a pas toujours les connaissances requises pour gérer l'intimidation, le harcèlement et la violence dans les organisations.


De plus, la direction n'a pas toujours les outils permettant d'identifier et de gérer la violence organisationnelle.


Baromètre de Gestion de la Violence Organisationnelle propose un modèle de gestion, un guide de gestion et un outil de gestion qui visent à mieux gérer la violence organisationnelle.
 

On retrouvera, dans ce site, des recherches sur l'intimidation, le harcèlement et la violence dans les organisations et une proposition de gestion et de prévention de ces comportements.



Violence organisationnelle : «Tout incident au cours duquel des personnes sont victimes de comportements abusifs, de menaces ou d’attaques dans des circonstances liées à leur travail et impliquant un risque explicite ou implicite pour leur sécurité, leur bien-être et leur santé.»

« Il est de plus en plus admis que la violence et le harcèlement nuisent au fonctionnement du lieu de travail et qu’il faudrait considérer que toute action engagée contre ce problème fait partie intégrante du développement organisationnel d’une entreprise. »


Questions 

Pourquoi la violence organisationnelle?

Quelles sont les conséquences de la violence organisationnelle?

Quelles sont les causes de la violence organisationnelle?

La violence organisationnelle peut être évitée en gérant mieux les comportements organisationnels.
ć
Jean-Paul Laberge,
30 oct. 2015 à 18:02