Archaeology & Geoenvironment session at the 14th French Congress of Sedimentology (5-7 November)

Post date: Sep 23, 2013 1:56:53 PM

The 14th French Congress of Sedimentology will be held at Centre des congrès de la Villette, Paris, on 5-7 Novemver 2013. The Session 23 will be on archaeology and geoenvironment. Please read the following abstract for the detail.

Conference website: http://www.congres.upmc.fr/sedimentologie14/

-- Original Message --

Le 14e congrès français de sédimentologie, organisé par les Universités, Ecoles et Institut de la région Ile de France, correspond au congrès bi-annuel de l’Association des sédimentologistes français. Cette association (loi 1901) créée en 1965 a pour but de promouvoir les recherches académiques et appliquées menées sur les sédiments et roches sédimentaires. Tous les aspects de la sédimentologie pourront être abordés au cours du congrès, mais l’équipe organisatrice en accord avec l’ASF vous propose 24 sessions thématiques et une table-ronde sur la modélisation en sédimentologie. Par ailleurs un forum des métiers de la sédimentologie sera organisé le mercredi 6 novembre à l’attention des étudiants et doctorants.

Le congrès comprendra trois jours de conférences du 5 au 7 novembre 2013, des conférences plénières et des communications sous formes de posters.

Lieu: Centre des congrès de la Villette, Visite virtuelle ici, Espaces Foyer S1 (Accueil, vestiaire, exposant), et Foyer S3 (pause café), comprenant l’Amphithéâtre Louis Armant – 210 places (conférences invitées, sessions posters + AG), et les salles S1 à S4 – 70 places (sessions orales).

23. Archéologie et géo-environnement

Cyril Castanet (Univ. Paris 8), Christophe Petit (Univ. Paris 1)

Cette session sera l’occasion de réunir ceux qui, par leur pratique pluridisciplinaire (sédimentologues, géomorphologues, pédologues, micromorphologues, géochimistes, géophysiciens, géomaticiens, archéologues, …), développent une approche géoarchéologique.

De nombreuses études rendent compte du dynamisme de cette approche tant en archéologie préventive et programmée (intégrant par exemple le site archéologique dans son environnement) qu’en géosciences (prenant par exemple en compte les rôles joués par les sociétés anciennes dans la dynamique des paléomilieux). Grâce à des investigations menées en contextes intra-sites et hors-sites archéologiques, les approches géoarchéologiques révèlent la dynamique des paléomilieux continentaux anthropisés et des interactions sociétés-milieux sur la longue durée.

Néanmoins, les obstacles rencontrés dans la mise en œuvre de ces approches sont multiples. Il s’agit par exemple de l’enregistrement sédimentaire (entre continuité et discontinuité, diagenèse, taphonomie, …), des échelles spatiales et temporelles (des processus étudiés, des méthodes développées, des résolutions recherchées, …) ou encore du dialogue interdisciplinaire (entre disciplines des STU et des SHS).

Quels sont les concepts, les outils et les méthodes mis en œuvre dans les approches géoarchéologiques ? Quels développements conceptuels, techniques et méthodologiques permettent de dépasser les obstacles inhérents à l’étude de ces objets de recherche hydrides situés à l’interface nature-société ? Quels nouveaux résultats les développements géoarchéologiques permettent-ils d’établir ? et quelles nouvelles perspectives permettent-ils d’envisager ?

La communication de nouveaux travaux de recherche au sein de la session Archéologie et géo-environnement sera l’occasion de faire le point sur ces questions. Cet appel à communications est donc ouvert à différentes approches géoarchéologiques menées

1/, dans divers contextes géomorphologiques et milieux de sédimentations (contextes et milieux fluviatiles, littoraux, lacustres, lœssiques, karstiques, plateaux et versants, …)

2/, dans différents contextes archéologiques (intra-site et hors-site, urbain et « rural », …)

3/, sous divers contextes bioclimatiques (conditions tempérées, méditerranéennes, périglaciaires, arides, continentales, tropicales, …)

4/, à différentes échelles temporelles des milieux (Holocène, Pléistocène) et des sociétés (périodes historiques, protohistoriques et préhistoriques)

et 5/, selon différentes méthodologies reposant sur l’étude de archives sédimentaires (sédiments anthropiques et « naturels ») : morphostratigraphie, sédimentologie, micromorphologie, pédologie, géochimie, prospections géophysiques, photo-interprétation, télédétection, LiDAR, SIG, …