Texts in French

ÉGLISE DES VRAIS CHRÉTIENS ORTHODOXES DE GRÈCE

Saint Synode

À lire à l’Eglise le jour de la Nativité

N° de Prot. 2978

Athènes, 14-12/27-12-2019

MESSAGE POUR LA NATIVITE DU CHRIST 2019

«Je contemple un Mystère étrange et paradoxal»

(Hirmos de la 9ème Ode du Canon en prose de la Nativité du Christ)


Chers Pères et Frères, enfants bien- aimés dans le Seigneur,

La Nativité l’est la Fête de la Condescendance divine, dont nous faisons l’expérience dans le sein chaleureux de notre Sainte Eglise Orthodoxe. Le saint Evangile affirme que «le Verbe s’est fait chair et a habité parmi nous» (Jean I, 14). Il s’agit effectivement d’un Mystère étrange et paradoxal, dont témoignent aussi les Saints Anges: l’enfantement surnaturel du fils de Dieu par la Toujours Vierge Marie, dans l’Esprit Saint.

Nous nous trouvons en face d’un acte incompréhensible du Dieu d’avant les siècles intervenant dans le temps, dans le but de ressusciter le mortifié, libérer le prisonnier, le délivrer de la corruption et des passions, et enfin déifier l’homme, cette créature divine tombée dans l’apostasie. Car selon Saint Athanase le Grand: «Le Verbe s’est fait chair, afin de rendre l’homme susceptible de recevoir la déification».

* * *

Pour être en mesure d’accepter et de vivre dignement ce grand Mystère, l’évènement stupéfiant de l’Incarnation divine, il est nécessaire d’être initié: il faut renoncer à la logique du monde, renier le péché, se repentir, et également préparer une place adéquate dans notre esprit et notre cœur.

Le Mystère est ombragé et occulté par les nombreuses mondanités, par les intérêts surtout culinaires, les gaspillages matériels, la vanité de toute sorte, le fait de s’adonner à la débauche, à l’ivresse, à l’intempérance et aux soucis de la vie.

C’est un fait bien significatif que, quand le Juste Joseph et la Toute Sainte, Qui portait le Christ dans Son sein, recherchaient un lieu où s’arrêter et passer la nuit, ils ne trouvèrent de logement nulle part dans tout Bethléem. Tous les lieux habitables étaient complètement bondés: «il n’y avait pas de place pour eux dans l’hôtellerie» (Luc II, 7).

Et ainsi, pour la naissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ, il ne restait plus qu’une Grotte froide et sombre, servant de refuge aux animaux dénués de raison, une étable!

Cette absence de lieu disponible n’était pas seulement «en ce temps-là»... La plupart des gens sont en général si «pleins», c’est-à-dire en réalité si vides, qu’ils ne trouvent pas de place ni de temps dans leur vie à consacrer au Christ notre Dieu. Notre esprit est rempli d’un tas d’autres choses, souvent indignes et pécheresses, de sorte qu’il n’y reste plus de place pour l’Enseignement de l’Evangile et la consolation d’une prière pleine de componction. Et notre cœur reste hermétiquement fermé, froid et glacé, empêchant la Grâce divine d’y pénétrer pour le renouveler et le transfigurer.

Aujourd’hui, les gens sont pour la plupart affairés et pressés, préoccupés par des soucis et des tracas interminables, pleins de crainte et d’insécurité. Et ainsi, il ne leur reste plus de temps ni de disposition pour penser au Christ, ni pour penser facilement au prochain. Il nous reste seulement du temps pour ce qui nous fait plaisir... Notre tête est pleine de théories de toutes sortes, d’opinions, d’illusions et de futilités. Et nos cœurs sont gonflés d’un égoïsme arrogant, d’individualisme, de sensualisme, d’indifférence, ou terrorisés par des scénarios et des rumeurs imaginaires, ou encore envenimés par diverses déceptions et épreuves de la vie. Prédominent une curiosité superficielle, une extroversion mesquine, une incapacité à se concentrer et à faire un quelconque sacrifice pour Dieu et le prochain. On observe un manque de zèle spirituel, une tendance à critiquer et à rejeter tout et tous, une recherche de solutions automatiques et magiques, un refus des responsabilités et la culture de compromis coupables et dans la foi et dans la vie…

Mais de cette manière, nous nous emprisonnons dans notre «ego», notre esprit et notre cœur restent fermés et ne permettent pas à Dieu de venir nous visiter et faire Sa demeure en nous.

* * *

Enfants bien- aimés dans notre Sauveur incarné,

L’Enfant divin désire ardemment trouver en nous un gîte mystique, Lui Qui, dans Son ineffable amour et Son humilité extrêmes, naquit dans une Grotte. Il suffit que nous le voulions nous aussi et que nous nous y préparions dûment: en Lui faisant de la place, en ménageant un espace libre dans notre esprit et dans notre cœur. Se repentir, dans l’Eglise, signifie: se vider intérieurement de tout ce qui s’est accumulé en nous et barre le passage à notre Dieu et Seigneur, et fait également obstacle à la bonne entente et l’union avec nos Frères.

L’Enfant Nouveau-né, le Dieu d’avant les siècles, attend aussi nos modestes dons à nous et notre adoration sincère, avec une foi réelle et candide, avec amour et humilité, et surtout en actes et pas seulement en paroles.

Là où vient le Christ, le Ciel descend sur la terre et le Paradis s’épanouit. Les Anges chantent la Gloire divine, tout se remplit de joie, la création est dans l’allégresse. Là prédominent la Lumière, la pureté, les parfums, les hymnes et les louanges, là règne la Paix!

Ne restons donc pas étrangers et indifférents à cette allégresse qui remplit le Ciel et la terre! Tâchons de préparer une place en nous pour permettre à Dieu d’y faire Sa demeure, afin que nous recevions la lumière éternelle, que nous nous transfigurions en personnes bienfaisantes, à l’âme ardente, qui portent en elles et transmettent la Foi, l’Espérance et l’Amour!


Christ est Né, rendez Lui gloire!

Sainte Nativité 2019


† L’Archevêque Kallinikos d’Athènes

et les Membres du Saint Synode