Les bains à Budapest
 
  
 
 
 
 
 
 
 
Dagály est ouvert depuis 1948, la piscine extérieure de 50m a été construite en 1956. En 1970, l'eau de Széchenyi a été amenée au Dagály lui conférant le statut de thermes. En 1983 une piscine de 25 m a été construite, elle est habritée sous une tente. Dagály garde une certaine authenticité et est principalement fréquenté par des hongrois.
 
Dandár, ouvert en 1930 a été reconstruit en 1936. Peu endommagé par la seconde guerre mondiale il a rouvert ses portes en 1945. Il a été restauré en 1978. C'est un tout petit bain, calme, uniquement fréquenté par les hongrois. Dépaysement assuré.
 
Király, Arslan, le Pacha de Buda, débute en 1565 la construction du Király. C'est Sokoli Mustafa, son successur, qui la terminera. Détruit pendant la deuxième guerre mondiale il a été reconstruit en 1950.
 
Széchenyi, Vilmos Zsigmondy trouve de l'eau chaude en forant le parc de la ville et en 1881 un bassin artésien est le premier bain ouvert à Pest. En 1913 construction des premiers bâtiments selon les plans de Vilmos Zsigmondy. Expension en 1927 puis dans les années 60 pour créer un complexe thermal et un hôpital de jour. Rénovation complète en 1999. C'est ici que les habitués jouent aux échecs au chaud dans l'eau à 38°. 
Széchenyi est très touristique, pour en profiter il faut y aller très tôt le matin (ouverture 6h00).

Palatinus, sur l'Île Marguerite, alimenté par une source thermale. C'est une plage ouverte en 1919, transformé en bain en 1921 par la construction d'une grande piscine. Très populaire, les bains sont agrandis en 1937, selon les plans de  István Janáky. A la fin des années 80 construction d'équipement récréatif dont la piscine à vague. Rénové en 2002 il accueille maintenant un public mélangé, hongrois et touristes, de juin à août.

Rudas, construit au 16ème siècle sous l'occupation turque. Une piscine octogonale abritée sous un dôme de 10 mètres de diamètre. Ouvert le vendredi et samedi soir jusqu'à 4h00. Réservé aux femmes le mardi, aux hommes le lundi, mercredi et jeudi, mixte le samedi et le dimanche.

Veli Bej, bains turcs restaurés : http://velibejfurdo.hu/





Rácz
, renommé pour son bain Turc du XVI et ses bains du XIX siècles, les Thermes Rácz disposent aujourd’hui de 8000 m2 d’équipements modernes. Toujours pas réouverts, bataille juridique en cours...
http://raczthermalbath.com/



 
 
 En jaune, les bains ouverts l'été seulement
 
 
 
 
 ... et ailleurs en Hongrie
 
Eger
 
 
 
Dans les grottes à Miskolc-Tapolca
 
 
Gyula
Gyula, petite ville située près de la frontière Roumaine, on y trouve des jardins de roseraie, des parcs verdoyants. Les Bains de la ville se trouvent dans la forteresse, dans un parc de 28 hectares avec 9 piscines en plein air et 11 piscines couvertes. C'est l'une des plus belles stations thermales de la Hongrie. Son eau jaillit d'une profondeur de 2000 mètres à une température de 720 C.
http://www.gyula.hu/
 
Lac de Heviz
 
 
 
 
 

Thermalisme en province

By JFB - Posted on 10 mars 2008

Si les bains de Budapest sont bien connus, la province recèle également de trésors en la matière. Or, la tendance est à l’investissement dans les bains thermaux : l’eau de source et médicinale ainsi que les centres de wellness attirent les touristes. Si les habitants d’une ville thermale sont satisfaits de la mo-dernisation de leurs infrastructures, ils regrettent néanmoins de ne plus pouvoir s’offrir l’entrée des bains, devenus un luxe à cause de prix trop élevés.

Le tourisme balnéaire en Hongrie est une tradition millénaire et le pays se place aujourd’hui au cinquième rang mondial (après le Japon, l’Islande, l’Italie et la France) pour sa capacité en sources thermales. Le pays dispose d’environ 1300 sources thermales enregistrées, dont 270 sont exploitées pour des bains thermaux. On peut dire, en exagérant un peu (si peu…), que le forage du sol permet toujours de découvrir une source, même chaude. Si en 1934 Budapest a reçu le titre de «Ville de Bains», il ne faut pas oublier que dans tout le pays l’on peut trouver de nombreuses villes et villages thermaux avec des bains populaires et récemment rénovés (voir l’encadré).

Les effets bénéfiques des sources thermales sur la santé physique et psychique sont reconnus depuis longtemps. De plus, les villes ont tout intérêt à faire fonctionner et à développer une station thermale, dont le potentiel touristique est important. Ainsi, ce n’est pas par hasard que Hévíz, par exemple, est l’une des villes de province parmi les plus riches de Hongrie (le pouvoir d’achat y est le plus grand).

Le secteur du tourisme de spa bénéficie du soutien du gouvernement hongrois et de fonds structurels importants. Par exemple, la Stratégie pour le Développement National du Tourisme (Nemzeti Turizmusfejlesztési Stratégia), adoptée en 2005, a prévu une allocation de 4,6 milliards d’euros à ce secteur sur la période 2006-2013. Les investissements dans le thermalisme, qui permettent à terme d’attirer de nombreux touristes, entraînent en outre le développement de la ville et la modernisation des infrastructures. C’est le cas par exemple du petit village d’Egerszalók.

Dans ce village, non loin d’Eger, où il n’y avait auparavant qu’un simple bain avec trois piscines et quelques cabines, la vie a changé du tout au tout grâce à un investissement de 12 milliards de HUF. Cette subvention, qui prendra fin cette année, a conduit à la création d’un véritable centre de «wellness» très tendance, avec un bain luxueux, des saunas et un hôtel cinq étoiles.

Le village est également doté d’une nouvelle route vers Eger et d’un nouveau réseau d’égouts, sans oublier l’essor du tourisme, la réévaluation des immeubles et le développement de nouvelles zones d’activités. Mais les 2000 habitants d’Egerszalók ne sont pourtant pas tout à fait contents car ils ont le même problème que les habitants des autres villes thermales : la nouvelle station thermale est trop chère pour eux. Tandis qu’autrefois, ils se baignaient dans le bain de Szalók gratuitement ou pour quelques centaines de forints, ils sont désormais incapables de payer le ticket d’entrée de 3500 forints pour une journée.

Le constat est donc clair : les bains thermaux rénovés sont destinés aux touristes.

Szabolcs Dull

Dans la station thermale de Miskolctapolca, l’on peut trouver un lac souterrain et des piscines dans les grottes dont l’air est salutaire aux maladies catarrhales. La piscine en plein air est ouverte uniquement durant les mois d’été et celles des grottes sont ouvertes toute l’année. Elles viennent d’être agrandies et rénovées.

A Debrecen, la station thermale est située au nord de la ville. L’eau de cette source n’a commencé à être utilisée en médecine que très récemment. Mais à l’est de la Hongrie, la station thermale de Hajdúszoboszló est plus célèbre. Ce centre thermal est situé à 21 kilomètres de la capitale du département Hajdú-Bihar et tout près de la fameuse région de Hortobágy. Le complexe de bains le plus grand de Hongrie récemment rénové et modernisé, offre aux visiteurs de nombreuses piscines couvertes et en plein air ainsi qu’un « aquapark » et plusieurs hôtels de luxe. Les bienfaits de l’eau des sources sont reconnus pour soigner des malformations du squelette ou des troubles gynécologiques.

Les stations thermales de l'ouest du pays sont dans une situation plus profitable, car elles attirent tout aussi bien les Autrichiens que les Hongrois. Ainsi, la station thermale de Hévíz, avec son lac thermal de 4,7 hectares, soit le deuxième lac thermal le plus grand au monde, est la plus connue et populaire en Hongrie et peut-être en Europe. La particularité de ce lac : la température de l’eau y est de 35-36°C et ne baisse pas en dessous de 26°C en hiver.

Le centre thermal de Bük (nommé « Bükfürdô »), également situé dans l’ouest du pays, est le complexe thermal le plus récent de Hongrie puisque les sources thermales y ont été découvertes il y a 30 ans seulement. Avec 26 piscines et de nombreuses salles de conférences, il est rapidement devenu la deuxième plus grande station thermale du pays. L’eau de ces sources est avant tout préconisée pour soigner les malformations du squelette.

En Transdanubie, se trouvent également deux villes thermales très populaires : Harkány et Sárvár. La composition de l’eau thermale de Harkány est unique par sa composition, puisqu’elle est à la fois préconisée pour soigner les dégénéréscences des articulations, les blessures, les troubles gynécologiques, mais aussi les troubles de l’estomac et du foie. Quant aux sources de la vieille ville de Sárvár, situées à 120 km de Vienne et à 193 km de Budapest, ses bienfaits sont reconnus pour soigner l’asthme et les rhumatismes.