Petit aperçu historique des vins hongrois

Article date: 01 mars 2011 18:09 Last modified date: 02 mars 2011 12:37 - Fotók: Bakos Zoltán
http://www.eu2011.hu/
 

La Hongrie jouit de conditions géologiques et climatiques exceptionnelles se prêtant à la culture du vin, qui s’illustre par sa variété et par sa diversité. La Hongrie et la France sont en effet les seuls pays européens dotés des caractéristiques indispensables à la production de vins, tant blancs que rouges, de la plus haute qualité.

La tradition viticole est bien ancrée dans l’héritage culturel hongrois, ce dont témoigne le rôle primordial que jouait le vin dans la vie des tribus hongroises. Au Vème siècle déjà, les voyageurs et les encyclopédies byzantines mentionnaient les nombreux vignobles de l’ancien pays des Hongrois ainsi que leurs deux principales boissons: le lait et le vin.

C’est par le vin qu’étaient scellés les engagements pris lors des accords et des traités. Dans sa présentation des peuples dont les coutumes s’apparentaient à celles des Hongrois et dans certains écrits byzantins relatifs aux Hongrois, Hérodote y associe la coutume et la cérémonie de l’alliance scellée par le sang, consistant à boire ensemble le vin mêlé au sang. Des langues européennes actuelles, le grec et le hongrois sont les seules à disposer de leur propre terme pour désigner le vin. Dans l’Antiquité déjà, les Hongrois notaient les mots raisin, vin et boire pour bénir avec les lettres qu’ils utilisaient à l’époque.

Une origine triple

 En Hongrie, les premiers vestiges archéologiques témoignant de l’existence du raisin et du vin remontent au Ier siècle avant J.-C., c’est-à-dire à l’époque celtique. Les conquêtes romaines ne se sont pas faites uniquement par les armes mais également par les charrues et les greffoirs à vigne.

La viticulture hongroise est enracinée dans trois traditions. Les Hongrois ont d’abord apporté leurs traditions issues d’Asie centrale et de la région du Caucase. Puis, ils ont adopté, en Pannonie et dans la région montagneuse située au nord du Balaton, des pratiques remontant à l’époque romaine. Enfin, les missionnaires bénédictins et d’autres ordres qui se sont établis en Hongrie ainsi que des immigrés provenant d’Italie, de Bourgogne, d’Anjou et de la vallée du Rhin ont apporté leurs propres connaissances et y ont mêlé leurs goûts.

La première mention de communes viticoles situées à flanc de colline (ou coteaux) remonte à 1271. Des pièces de procédures relatives à l’origine des vins, notamment un recueil de lois de la ville de Buda datant de 1244, témoignent des fondements d’un droit viticole et de son application.

La viticulture hongroise au XIXème siècle

C’est en 1836 qu’est publié en Hongrie le premier hebdomadaire de viniculture. La même année est créée une commission dont le but est de veiller à la qualité des vins. En 1892, une taxe sur le vin remplace les taxes sur la consommation et la vente de vins, les viticulteurs étant soumis au paiement de taxes plus avantageuses.

En 1895, l’Assemblée nationale adopte la loi portant sur les communes viticoles fixant les nouvelles règles de protection des appellations d’origine des vins et les possibilités offertes aux viticulteurs de faire valoir leurs intérêts. Et c’est un an plus tard, en 1896, qu’est fondé le premier institut dédié à la viticulture et à la viniculture.

Au cours de la deuxième moitié du XIXème siècle, les services déconcentrés et les différentes unions appartenant aux autorités nationales mènent une lutte efficace contre le phylloxéra, qui avait détruit la majorité des territoires viticoles. La solution définitive, consistant en une greffe effectuée sur des greffons et une production de porte-greffes, est mise au point par la culture de porte-greffes Teleki de la région de Villány. Les greffons et les porte-greffes hongrois sont dès lors exportés partout en Europe pour replanter les vignes.

Production de masse à l’époque du communisme

Entre 1938 et 1948, la viticulture hongroise a connu un développement rapide en dépit des dégâts causés par l’occupation et la guerre, tandis qu’un cadastre était créé au niveau national, une première en Europe. En 1949, cette rapide reconstruction est interrompue par la mise en place de la dictature dans le pays à la suite de l’occupation soviétique. La viniculture se transforme en production de masse.

A partir de 1969, les exploitations coopératives et les exploitations d’Etat bénéficient à nouveau du droit de développer la viniculture ainsi que le commerce. Au cours des années soixante-dix et quatre-vingt, ces usines déploient une importante activité d’intégration et favorisent l’émergence de nombreux éminents experts. Cependant, près de deux tiers des caves viticoles ne répondent malheureusement pas aux exigences internationales de compétitivité et des déséquilibres injustifiés se mettent en place, provoquant des dégâts irréversibles dans plusieurs régions viticoles hongroises jouissant auparavant d’une réputation d’excellence. Le pays vise alors à développer la production de masse, au détriment de la qualité.


En 1982, la réorganisation de l’Institut de recherche viticole et œnologique de renommée mondiale, fondé en 1896, porte un coup fatal au travail scientifique, ses services étant rattachés à des entreprises d’Etat de viticulture, incapables de les gérer.

Le retour à la qualité

Le processus de privatisation mené entre 1990 et 1994 marque une nouvelle étape dans l’histoire de la viticulture hongroise. Il est vrai que certains aspects de la privatisation étaient discutables, les intérêts des anciens propriétaires et les conditions d’utilisation ainsi que les conditions professionnelles relatives à la propriété terrienne n’ont certes pas toujours été prises en compte, mais les bases des propriétés viticoles familiales et des vraies caves coopératives étaient ainsi jetées.

 

 

Les viticulteurs hongrois – pour peu qu’il y ait une volonté politique pour les aider – ont toujours été capables de rétablir les bases nécessaires à une viticulture de qualité en vue de reconquérir la renommée internationale de nos vins. Notre ancien premier ministre Pál Teleki affirmait que « La Hongrie n’était pas faite pour une production de masse mais pour une production de qualité ». Cette affirmation se vérifie encore aujourd’hui.

 

(Source : dr. Tóth Sándor – dr. Rohály Gábor: Terra benedicta – Áldott föld, AKÓ Kiadó, 2004.

 

Les différentes régions vinicoles

Badacsony
L’ensemble des volcans et des monts (Badacsony, Mont Szent-György, les Monts, Szigliget, Gulács, Csobánc, Tóti, Ábrehám) se dessine au-dessus du bassin de Tapolca au nord du Balaton. L’eau miroitante du lac fait de cette région l’un des paysages les plus beaux et les plus intéressants du monde et séduit ainsi des milliers de touristes. La région produit des cépages blancs (99%). Les variétés autorisées comprennent des cépages traditionnels (« Kéknyelvű », « Olaszrizling », Pinot Gris), des cépages mondiaux (Chardonay, Sauvignon) et de nouvelles variétés (« Zénit »). Les vins de la région sont corsés, aromatiques, bouquetés et finement acides.

Sopron
La région de Sopron accueille beaucoup de visiteurs grâce à la proximité de la frontière autrichienne et du lac Fertő. La particularité de cette région tient du fait que les viticulteurs ne construisaient pas les celliers dans la vigne, mais aménageaient les tonneaux dans leurs caves, chez eux. De plus si le propriétaire possédait l’autorisation de tenir un débit de boisson, il devait l’indiquer par une enseigne au-dessus de son portail. Ainsi les itinéraires de la Route des vins passaient au cœur des villes dont les enseignes de l’époque trônaient par-dessus les portails.
Réputé pour son « Kékfrankos », ce cépage rouge répandu après l’épidémie de phylloxéra, a gardé son importance jusqu’à nos jours. Le « Kékfrankos de Sopron » de couleur foncée d’un arome dur, plus âpre au goût se différencie des autres vins « Kékfrankos » du pays.

Szekszárd
La viticulture à Szekszárd remonte au temps celtique. « Alisca », le nom ancestral de la ville, est d’origine celte. Le climat de la région est de type subméditerranéen. Le cépage principal de la région était jadis le Kadarka, du temps des grandes plantations des années 1960. Les cépages noirs, aptes à la culture intensive de cordon (« Kékfrankos »,   « Kékoportó », Cabernet franc, Cabernet sauvignon, merlot) se substituent progressivement au Kadarka. Outre la région d’Eger, seule la région de Szekszárd peut utiliser la marque « Bikavér » - Sang de taureau. Le « Bikavér de Szekszárd » vient traditionnellement du coupage des vins « Kadarka », « Kékfrankos » et « Kékoportó ».
La Route des vins de Szekszárd compte 400 caves. Le « village de cave de Leányvár » est une construction unique où trois étages de caves se superposent, tous ces étages sont creusés dans la muraille. Les propriétaires de caves accueillent les visiteurs avec leur vin et leurs spécialités culinaires régionales.

Eger
Pays d’origine de l’un des plus célèbres vins rouges : le Bikavér (Sang de Taureau). La région viticole d’Eger accueille ses visiteurs avec un riche programme, son château, un lieu de pélerinage historique et ses bains thermaux. Au pied des montagnes du Bülow s’étendent d’énormes réseaux de couloirs dans lesquels le vin d’Eger attend patiemment l’exportation. Lors du siège turc du 16ème siècle, les femmes ajoutaient dans l’Egri Bikavér, le vin de table rouge foncé, du vrai sang de taureau pour que les hommes passent mieux à l’attaque …

Mátraalja
Cette région se trouve aux pieds des Monts Mátra, ces monts peuvent se vanter de posséder le plus haut sommet de la Hongrie (1014m). Les vins de cette région sont d’une fine acidité et d’une excellente qualité.

Tokaj-Hegyalja
Classé ‘patrimoine universel’, le nom de Tokaj est familier pour tout le monde. L’Association Route des Vins de Tokaj-Hegyalja compte 112 membres actifs, l’itinéraire traverse 28 communes, parmi lesquelles il est possible de découvrir de grandes entreprises viticoles ou de petites caves à vin familiales.
Trois types de vin sont produits dans la région :
• Les vins secs et moelleux de qualité représentent 50-60% de la production préparée selon des méthodes traditionnelles de vins blancs (Furmint, Hárslevelű, Sárga muskotály).
• Le Szamorodni : Son nom trouve son origine en Pologne « comme il naquit ». Il peut être sec, moelleux en fonction de la fermentation du sucre. C’est un apéritif très apprécié en en Hongrie.
• L’Aszu : Ce vin que le Roi Soleil a nommé « le roi des vins, le vin des rois » est un vin très riche en sucre, cueilli par goutte lors du stockage des grains d’aszu. L’essence n’est pas du vin, puisqu’elle contient peu d’alcool du fait de sa teneur élevée en sucre, mais elle fait partie des mystères de Tokaj.

Etyek-Buda
La proximité de Budapest, la qualité des vins et les caves de la région attirent beaucoup de visiteurs. En dehors des excellentes caves à vin, une chapelle du 4ème siècle et les fresques de l’église d’Etyek méritent d’être visitées. La route des vins au travers de cette région, mène le long d’une allée de platanes, beauté pittoresque, et passe par l’arboretum d’Alcsút, qualifié Parc Naturel. A présent, la plantation comporte 28 cépages, le plus important est le Chardonnay.

Pannonhalma-Sokoróalja
Les curiosités touristiques de cette région : Győr, l’Abbaye de Panonhalma et les beautés de la Bakony méritent d’être visitées. Les vins corsés et parfumés font partie des programmes gastronomiques organisés selon les vieilles traditions de la Route des Vins, ils contribuent á la redécouverte des vins régionaux. La charte de fondation de Pannonhalma (1002) émise par le roi St Etienne est le premier document se référant à la viticulture. Les colons italiens et français, les ordres religieux, jouaient un rôle important dans la propagation de la viticulture. Seuls des cépages blancs sont cultivés dans la région, le plus important est « l’Olaszrizling ». Les vins produits sont aromatiques, bouquetés et charpentés. L’« Olaszrizling » se distingue par son bel aspect, différent des autres cépages de la région.

Villány
On visite cette région pour ses grands vins rouges, leurs caractères méditerranéens, et pour y apprécier leurs caves bien construites. Les itinérants de la Route des vins sont partout accueillis avec du vin de millésime exceptionnel et des repas copieux. Le musée du Vin de Villány, le château de Siklós ainsi que les bains thermaux de Harkány méritent  le détour.

 

La région viticole du Balaton

Article date: 02 mars 2011 12:35 Last modified date: 02 mars 2011 12:35
http://www.eu2011.hu/
 
La viticulture de la région du Balaton, du nom du plus grand lac d’Europe centrale, remonte à l’époque romaine, celle de la province de Pannonie. Souvent appelé « la mer hongroise », le lac Balaton crée, en raison de son volume d’eau considérable, des conditions uniques et influence une grande partie de la région viticole.

 

 
cliquez sur la carte pour l'agrandir
 
Les rives du Balaton sont parsemées de cônes volcaniques, de collines en pente douce, de microclimats, de terroirs produisant des vins uniques et délimitent un vignoble formé et cultivé depuis 1000 ans. Grâce aux résultats des recherches menées depuis le début du XIXsiècle, il n’existe probablement aucune autre région dont la géologie – facteur influençant la viticulture – soit mieux connue que celle du Balaton et de ses environs.

La région comprend au total six régions viticoles historiques au nord, au sud et à l'ouest du lac, chacune étant dotée de caractéristiques uniques. Leur superficie totale est de 30.000 hectares, dont 11.000 sont cultivés. Le climat et le sol de la région viticole du Balaton favorisent avant tout la production du vin blanc. Cependant, des vins rouges de haute qualité y sont également produits et la production du champagne est tout aussi importante.

Vins, champagne

Située au sud-ouest du Balaton, la région viticole de Balatonboglár, dont le type de sol dominant est le lœss,  se caractérise par la production de vins blancs et de champagnes légers, élégants et harmoniques, mais également d’élégants vins rouges.

Balatonboglár – Vincent Prestige Brut 2005 (Propriété Garamvári)

L’année 2005 s’est montrée particulièrement apte à la production d’un champagne exceptionnel d’une belle acidité. Deux cépages bourguignons, le Pinot noir et le Chardonnay, ont été assemblés pour le vin de base de ce champagne particulièrement brut. Sa couleur est délicate, d’un jaune citron léger, la formation des bulles est régulière. Son arôme est légèrement grillé, floral, aux agrumes et fruité. C’est un champagne élégant, harmonieux avec des arômes de levain, pétillant agréablement dans la bouche, avec des bulles rafraîchissantes et des acides équilibrés.

Balatonboglár – Gesztenyés Rajnai Rizling 2007 (Ottó Légli)

« Gesztenyés » est le nom du vignoble où le Rajnai rizling (riesling rhénan) est cultivé sur à peine quatre hectares. La particularité du millésime 2007 provient du fait que, parmi les grappes sélectionnées, se trouvaient aussi des graines botrytisées. Ce riesling nous frappe ainsi dès la première gorgée de par son caractère unique et se distingue également parmi les rieslings des régions viticoles d’Alsace, de la Moselle et du Rhin. La fermentation du moût a commencé dans une cuve d’acier, puis sa maturation a continué en fûts de chêne de 500 litres. C’est un vin noble, beau et sec.

La région viticole de Nagy-Somló tient son nom du mont Somló, un ancien volcan. Son sol volcanique, dans lequel le sable pannonique et le lœss se mêlent avec le basalte et le tuf de basalte, procure des caractéristiques uniques aux vins qui y sont produits. Traditionnellement, cette région est également un terroir de vins blancs dont le Furmint, le Juhfark, l'Olaszrizling (Welschriesling), le Hárslevelű et le Tramini sont les plus recommandés. Grâce à leurs qualités, le Furmint et le Juhfark sont connus depuis des siècles comme vins de noces.

Nagy-Somló – Nagy-Somló furmint 2008 (Imre Györgykovács)

Considéré comme un « hungaricum », le Furmint, est l’un des cépages les plus précieux du mont Somló (et de Tokaj). Les ceps jeunes grandissent près du sommet, sous les rochers. Propre au terroir, son arôme est fruité, mais aussi minéral et salé et il a une belle longueur en bouche, dont le souvenir peut même persister pendant plusieurs jours. Il s’agit d’un vin sec très particulier, fermenté et vieilli traditionnellement en fût, avec des acides équilibrés.

Nagy-Somló – Somlói Juhfark cuvée 2009 (Laposa Caves)

Le Juhfark est un ancien cépage hongrois dont le nom provient de sa longue grappe cylindrique, qui rassemble à une queue de brebis. Le cépage est emblématique de la plus petite région viticole, le mont Somló, et y atteint la meilleure qualité. L'année de la récolte était très favorable pour ce cépage spécial et un beau vin sec est né du raisin vendangé, d’une belle longueur en bouche et bien charpenté, d’une acidité et d’un degré de moût élevés. Mariage de deux cépages caractéristiques de la région, le Juhfark et l’Olaszrizling, ce vin est unique et on ne le trouve nulle part ailleurs.

La région viticole portant le nom des hautes terres du Balaton se compose de trois terroirs d’une beauté naturelle saisissante qui s’étendent sur les collines au nord-ouest du Balaton. L’Olaszrizling (Welschriesling), le Szürkebarát (Pinot gris), le Zenit, le Chardonnay, le Tramini et le Muskotály en sont les cépages les plus importants.

Hautes terres de Balaton – Áldozói Zenit Főbor 2003 (Sándor Tóth)

Le Zenit est un cépage hongrois (1951) qui permet de produire un vin au parfum agréable, riche en arômes et doté d’une belle acidité. Ce raisin peut être touché par la pourriture noble grâce à l'action d'un champignon microscopique, appelé Botrytis cinerea. Le vin Áldozói Zenit Főbor est un vin impliquant des vendanges tardives, provenant du vignoble Áldozó d’Appellation d’origine protégée (AOP).  La dénomination « Főbor » (vin principal) remonte au XIIIe siècle, jusqu’aux rois hongrois de la maison Árpád, et désigne les spécialités viticoles préparées avec du raisin mûr, doux et botrytisé, récolté lors des vendanges tardives. C’est un véritable délice.

La région viticole de Badacsony est nommée d’après l’emblématique mont Badacsony et le village du même nom, situé en contrebas. Le basalte du cône érodé de l’ancien volcan définit l’identité des vins de la région, dont le Tramini, l’Ottonel muskotály, l’Olaszrizling (Welschriesling) et le Kéknyelű sont les cépages les plus caractéristiques. Ces vins sont robustes et uniques, ce qui est typique des territoires de basaltes.

Badacsony – Szürkebarát 2008 (Huba Szeremley)

C’est un vin de caractère, au millésime exceptionnel, au parfum de fleur de sureau et d’acacia, à la couleur verte et d’un jaune étincelant. Son caractère minéral, volcanique et basaltique, ainsi que ses acides illustrent fort bien l’intensité et la particularité de cette région viticole. Le Szürkebarát (Pinot gris) est le vin emblématique de Badacsony et se différencie des autres pinots gris du monde par l’unicité du terroir. Le vieillissement en fût, les acides harmoniques, l’élégance, l’arôme et les parfums robustes sont les principales caractéristiques de ce vin.

La région viticole de Baltonfüred-Csopak se caractérise par des vignobles exposés au sud, sud-est du Balaton, ainsi que des pentes et un sol de bonne qualité. Bien que la région viticole au nord-est du Balaton soit plutôt connue pour ses vins blancs, les cépages de vin rouges y donnent une vendange de bonne qualité. Tout comme dans les autres régions viticoles du Balaton, les cépages caractéristiques sont l'Olaszrizling (Welschriesling), le Szürkebarát (Pinot gris), le Rajnai Rizling (riesling rhénan), le Rizlingszilváni et le Chardonnay.

Balatonfüred-Csopak – Szilénusz 2007 (Mihály Figula)

Silène est le précepteur et le compagnon de Dionysos, dieu du vin. Pour la préparation de ce vin, les raisins des plus belles parties du domaine ont été récoltés, puis fermentés et vieillis ensemble selon l’ancienne tradition de cette région viticole. Le Szilénusz est né du mariage des cépages Olaszrizling (Welschriesling), Szürkebarát (Pinot gris) et Sauvignon blanc. Il a fermenté dans un fût de deuxième remplissage de 225 litres, puis mûri pendant huit mois, symbolisant ainsi l’alliance harmonique de la spiritualité du passé et du présent.

Sándor Csíki