février, mars 2013.
Le bateau est toujours au chaud, je veux avancer dans mes bricoles mais est-ce bien raisonnable avec ce froid ?
 
 Je dois réparer le bordé que j'avais endommagé lors de la Route du Sable 2012 (lire ici pour comprendre).
Il me faut des cales biseautées pour le pied de mât, comme préconisé par "Arwen Marine".
Le but étant de pouvoir ressortir le "poteau" sans y laisser des vertèbres...ça peut gâcher une sortie ces choses là !
 
 
 
Vue de l'avant...on peut voir les marques de l'ancienne emplanture (gréement provenant d'un Doris 17)
 
 
 
Après avoir collé les cales je m'aperçoit que j'ai fait une grossière erreur: les cales font remonter le mât d'environ 2 cm. par rapport à mon montage "au torchon", et le mat est conique...
Résultat, le beau trou "pile-poil" à l'étambrai est trop grand maintenant...il faut que je trouve le moyen de compenser 2 mm de jeu...ennuyeux ça !
 
 
 

J'ai trouvé une solution (autre qu'agrandir le trou et remettre des cales plus haut sur le mât)
Je tartine d'epoxy le mât à l'emplacement voulu et j'enroule du tissus (drap) qui s'imprègne et augmente mon diamètre...
pourvu que mon idée soit bonne !  
 
 
 
Je prépare la réparation du bordé...ce n'était pas trop important mais il y avait risque à long terme.
 
 
 
 
Collage de bordé et du pied de mât sous ma "cabine high-tech ".
Chauffage, 2 tréteaux + 1 échelle pour soutenir une couverture et des "guides-chaleur" latéraux...il faut ça, la température est basse ces jours-ci.
 
 
 
 
Voilà...ça se présente bien maintenant, au moins au niveau visuel.
Pour la solidité, je verrai les mois prochains si ma solution est suffisamment résistante.
 
 
 

Il reste à poncer, vernir le tout mais je suis déjà assez satisfait du résultat...et les trappes ne me "piquent plus les yeux" !
 
 
 
 
Je me permet de prendre de la hauteur (on voit moins les défauts !)
 
 
Comments