Historique : LA DEMI-FINALE !

Petit rappel des faits : 
en 1983, suite à la fusion entre le Sporting Club d'Elouges et le ROYAL Sporting Club de Boussu-Bois, le matricule 167 porte alors le nom de ROYAL FRANCS BORAINS. Le club gravit les échelons et se hisse en DIV 3 nationale. Jean ZARZECKI est une figure marquante de cette union, il ne laisse personne indifférent. Mais l'heure n'est pas à la critique.
(Nous ne pouvons pas oublier les travailleurs de l'ombre, tel que Jean JONAS CQ, Gérard MORIAUX, Albert GALLEZ, Guy SAUSSEZ et les très dévoués F.FAIDHERBE , son épouse , LUIGI, André LABYE et d'autres qui me pardonneront de les oublier) (SIC IRE).

Le plus grand fait d'armes du RFB se situe lors de la saison 85/86 par le biais de quelques rencontres héroïques qui conduiront les joueurs jusqu' à la demi-finale de la Coupe de Belgique.

Le Club borain s'est ainsi payé le scalp de clubs de divison 1, 2 et 3 !
DIVISION III : Le RAEC MONS qui venait de monter en D2
DIVISION II  : Winterslag, Beringen et Saint-trond.

DIVISION I   : SERAING
Pour pouvoir rencontrer MONS, le RFB s'est défait d'un petit Club de Provinciale de justesse (Aulnois P2) - Ensuite un plus gros morceau : Wigmaal 3 buts à 0. Cette victoire permet aux Borains de proposer à leur public une rencontre digne des derbies d'antan; et ce fut le cas !
Durant la semaine, les supporters se sont préparés pour cette importante rencontre. Ainsi le dimanche 18 août , sous un soleil radieux, entre 5.000 et 6.000 supporters rejoignent le vieux stade Saint-charles.
Il y avait près de 30 ans que les deux clubs ne s'étaient rencontrés officiellement. De 1952 à 1958, les deux Clubs se sont rencontrés 12 fois ( 5 victoires chacun et deux nuls).
Les anciens retrouvent ce jour-là, l'ambiance d'autrefois. Le " Vieux" Stade Saint Charles s'enflamme plus d'une fois notamment lors des buts de bruno Van Wemmel à la 26 eme minute (1/0) et de Misonne à la 28' (1/1).
Si le RFB oriente le plus souvent le jeu dans la première partie de la rencontre, l' Albert reste dangereux en contre. Si la première mi-temps n'est pas d'un haut niveau technique, elle est cependant animée.
En seconde période, le match baisse d'un ton et on remarque beaucoup d'imprécision et de maladresse.
Les deux équipes n'ayant pas réussi à se départager, on doit recourir aux bottés des tirs au but.
A ce jeu, LUC CALBERT, gardien local, se montra le plus adroit en stoppant trois tirs, offrant la qualification aux borains (4/2).
Pour la petite histoire, si les Dragons n'avaient pas craché le feu lors des bottés de pénalties: il y eu une exception en la personne de JEAN-LUC WATTIEZ qui perfora tout bonnement les filets . Un autre fait bien plus regrettable : Un  Monsieur s'est écroulé mort sur les gradins situés derrière le but d'entrée.(St. Charles). Et ce juste avant les penalties. 
ET VOILA LE PREMIER GROS BRAS ELIMINE !


La suite de ce derby furent positives avec l'élimination de clubs de DIV 2 (winterslag, Beringen et un des plus beau match celui de SERAING où nous avions battu cette équipe au match aller 1/0 par Bruno Van Wemmel et gardé le nul là bas à SERAING où toute l'équipe ne laissa personne indifférent : Un héroïque ALBERT WOUTERS !!!!! SOUVENEZ-VOUS).
Petit rappel : 
au match aller, pour atteindre le Stade Saint Charles, il fallait être patient, de la place de Boussu, les automobilistes roulaient à un bon pas de jogger vers 14 h 20 !  Aussi il avait neigé......
Le stade est comble, près de 7000 tickets vendus sans compter les officiels, les invités et les quelques.....resquilleurs !  
Le " Kop" borain de plus en plus nombreux est bien présent pour encourager les siens. Le terrain est enneigé mais l'arbitre considère que la rencontre peut débuter, les lignes sont bien dégagées ("François FAIDHERBE et son ami ANDRE LABYE, sont bien sur passé par là) et tirée en rouge.

Il a suffi d 'un but de "notre " BRUNO VAN WEMMEL à la 83' minutes pour donner des espoirs fous à tous : espoirs qui se concrétiseront quinze jours plus tard lorsque les Borains iront arracher le nul en terre liégeoise ! 
Dans les rangs liégeois on reconnaissait des joueurs de grande renommée tels que KERREMANS, THOELEN, RUPCIC, KIMONI, KIGAMBO, N'GAPY, ROUYR etc....
Une anecdote : Jean Duriau, correspondant de la RTBF, fut pris pour le responsable de la diffusion à l'intérieur du stade : en effet, un supporter est venu lui demander : " Excusez-moi, monsieur, mais j'aimerais que vous fassiez une annonce au micro pour demander aux musiciens de se rassembler au repos...."

ON N'AVAIT JAMAIS VU AUTANT DE SPECTATEURS ! 

En mal provisoire d'un stade à la mesure de ses exploits, la rencontre de demi-finale aller contre le CS Bruges a eu lieu au TIVOLI de la Louvière. Le " chaudron vert " du Tivoli était chauffé à blanc par plus de 15.000 spectateurs ! 
Battus 0 à 2, les Borains savaient que sauf " miracles", ils termineraient leur périple en coupe de Belgique au prestigieux Stade de l' Olympiapark. Cependant, ils ont été parmi les quatre dernières équipes du Royaume où n'étaient pas des équipes comme Anderlecht, le Standard.......
Tous les hennuyers étaient borains ce jour là . Mais outre la joie, le bonheur d'arriver à un tel stade de la compétition, les protégés du Président ZARZECKI avaient deux buts qui leur restaient au travers de la gorge. Après une première période remarquablement menée, les boussutois tombèrent sous le coup du mauvais sort ! 
Deux buts discutables et discutés venant fausser la dernière demi-heure de jeu.
A Bruges, on trouvait  des noms illustres tels Mestdagh, Kooiman, Krencevic, Ukhoenen, Bojovic, ..... La rencontre du retour ne fut qu'une formalité pour les brugeois. 

Ce match était le dernier de la demi-finale, mais je pense que, pour ceux qui étaient là durant cette période, la plus belle aventure aura certainement été le match contre SERAING chez nous et surtout à SERAING ! QUE DE MOMENTS INOUBLIABLES ........


7 juin 2009. Marée humaine sur le Stade Robert Urbain. L’instant est historique, le match magique. Deux heures plus tard en «  live » pour les 4.000 privilégiés et en léger différé pour les téléspectateurs de TéléMB, le RBDB était en D2. Jamais le club n’avait accédé à un tel niveau. Pour rappel, il y a à peu près 10 ans, il avait été rétrogradé en 1 ère Provinciale suite à une faillite. Que de chemin parcouru depuis par les équipes dirigeantes et Présidents successifs pour arriver à faire du RBDB, ex RFB, le club phare de la grande région Borinage et Hauts-Pays. Oswald Di Loretto, Roland Saussez, Aldo Curatolo et Jean Zarzecki ont eu la lourde tâche de gérer dynamiser et assurer le train de vie d’un club de nationale. Un challenge pas évident quand on connaît les difficultés économiques de notre région comparées aux moyens auxquels les clubs du Nord du Pays peuvent prétendre. Rester en D3 était déjà un exploit. L’arrivée d’André Arbonnier a donné un coup d’accélérateur et de fraîcheur aux ambitions. Monter en D2 était un tour de force…et il l'a réalisé ! N'oublions JAMAIS Monsieur Arbonnier, notre coach, son staff et les nombreux bénévoles du Club !

 



André LAURENT, Georges Pol ANDRE, JADOUL...... au Cercle de Bruges, lors de la demi-finale .
Par la suite nous découvrirons l'histoire du FC Elouges et aussi ce qui c'est passé durant  la période de la fusion et d'après fusion.