Historique‎ > ‎

Historique FC ELOUGES

1934 : fondation de FOOTBALL CLUB ELOUGEOIS le 06/04/1934 et affiliation à l'URBSFA le 09/11/1934; le club reçoit le numéro matricule 2195
Je remercie tout particulièrement notre ami du FORUM SAN ANTONIO la vraie encyclopédie du FC Elouges de l 'ère du Président Jean ZARZECKI.
il a pu me parler durant des heures du club de son coeur le FC ELOUGEOIS.........
Je vais vous retracer en quelques lignes les années avant la fusion avec le SPORTING Club de Boussu-Bois.

Elouges, petit club de village, végétait en Provinciale, comme la plupart des clubs de village.......

Le Club avait besoin de sponsors, de mécènes et c'est ainsi que durant l'année 1975/76 un enfant du pays, Jean ZARZECKI,  ayant fait fortune et expatrié depuis, lui qui n'avait jamais oublié la souffrance du Borinage, ne reniant pas sa région arriva donner son soutien financier au Club elougeois sans toute fois s'investir dans le comité.
C'est en 1976/77 que Jean ZARZECKI prit la Présidence du CLUB.
Cela allait bouger, et cette première année de l'ère du Président ZARZECKI, Elouges fût champion de P3 avec la bagatelle de 58 points sur 60 ( les deux points perdus étaient deux nuls contre Bernissart).
(des joueurs tels que BROUWEZ, WALKOWIAK, DITORE, DELCOURT, CANIVET ( la plupart venant de Flénu) et les quelques Elougeois dont Laurent (DIDI))
En 1978/79 : Le FC Elouges devient champion de P2
En 1980/81 : Le club accède à la Promotion avec notamment un  joueur Mamadou MAGASSA (d'après les témoignages des ex-Supporters du FC Elouges, celui-ci n'avait pas sa place en Promotion tellement il était doué).

Mais en 1981/82, la saison n'était pas aussi bonne et il manquait quelques petits points pour se sauver et il y eu une trouble affaire de corruption ( en l'absence de ZARZECKI parti à l'étranger) Un membre du comité avait approché Fred Breinich qui jouait à l'époque à Marchiennes . Celui-ci ayant prévenu l'UB, Elouges devrait évoluer en p2.
Alors que le côté financier du S.C.B.B. n'était pas du tout très bon, il fût décidé via Robert Urbain et jean Zarzecki  de faire une fusion, avec la promesse d'avoir un nouveau stade ( celui de VEDETTE).
QUELQUES FAITS IMPORTANTS : 
en 1977 : Elouges est éliminé en coupe de Belgique par les géants d' ATH 2/3 (futur champion de provinciale). Ce match se déroule à Saint Odile à Elouges.
en 1982 : Elouges joue la coupe de Belgique contre le Standard de Liège et perd le match .


L' APRES FUSION : 
BOUSSU-ELOUGES joue en Promotion D pendant la saison 83/84 et c'est là que nous connaissons le fameux joueur TUMINSKI.
BOUSSU-ELOUGES évolue en Promotion A durant la saison 84/85 et termine premier avec seulement 38 points. 
Le dernier match se joue a WUIGMAL , un nul nous suffit et à la 90 eme minute le score est de 2/1 - André Laurent égalise dans les dernière seconde et c'est l'euphorie générale, malgré que le coach FROMONT a été limogé par le Président. (Match filmé par notre ami SAN ANTONIO qui reste pour lui un souvenir merveilleux).

En 1985/86 : nous accédons à la division 3 nationale , où nous faisons une Coupe de Belgique remarquable ( voir article plus loin) et le club mal classé durant la saison termine sur les chapeaux de roue à la 4 eme place du championnat. Le club est coaché par un illustre inconnu K.ZAGIELLO ( qui grâce aux FRANCS BORAINS va se faire une réputation).
C'est en 1993/94 que le RFB culbute en Promotion , s'ensuit une faillite et nous repartons de plus belle en 1 ere Provinciale avec le coach Fred BREINICH .

Lors de l'interview de SAN ANTONIO, celui-ci me faisait remarquer Qu'à l'époque de la fusion  J.ZARZECKI avait eu une idée géniale quasi avant-gardiste, de créer un club à vocation régionale et non plus de village , tout simplement en donnant ce nom qui allait être connu dans toute la Belgique (via la fameuse épopée de la Coupe de Belgique) : LE ROYAL FRANCS BORAINS.
Son regret dans cette fusion : n'avoir pas gardé les couleurs VERT/BLANC/NOIR ainsi qu' actuellement en DIV2 :  ce nom R.F.B.



Petite Parenthèse sur Jean ZARZECKI : " article du journal passe-partout (de l'année dernière) :

Jean Zarzecki,

un vrai personnage de roman Disons-le tout net: passer deux heures avec un homme dont le tempérament fougueux se rit du poids des ans est un grand moment. Vous avez face à vous un interlocuteur qui n'attend pas d'être questionné pour vous donner ses réponses. Avec un «je ne sais quoi» dans le regard du «djambot» courageux, mais volontiers espiègle, qui sait toujours ce qu'il veut. Et qui comprend, aussi, que pour y parvenir, il faut d'abord compter sur soi avant d'attendre quoi que ce soit des autres. voir suite ici : cliquez ici               

(tiré du Passe-Partout)