LECTIONES‎ > ‎

CONSILIA STUDENTIBUS

Conseils, directives aux étudiants et FAQ

SPECIALITES

mutatis mutandis :

      - Histoire de la philosophie analytique
      - Philosophie de la connaissance contemporaine
      - Philosophie du langage
      - philosophie de la logique
     -  philosophie de l'esprit et de la psychologie
     - philosophie de l'action
     -  philosophie des sciences sociales
     -  philosophie de la littérature

FAQ

a. I want to submit a project for a thesis , or a memoir . What should I do ?

     In the first place I should say that I rarely consider projects from students with whom I have had no previous contact, either through their following my seminars or because they have discussed my work.

    You should write a motivated and argumented summary from 5 to 10 pages ( for a master thesis , from 2 to 6 pages) including bibliography. Include a short CV.

( A good project must explain how state of the art, critical part, constructive part, what do you want to show ?, projected time of realisation of the project).

b. I want to submit a work for validation, what should I do ?

You can send your validation by e-mail. But always double your email with a paper version which you can deposit at CRAL, 96 Bd Raspail  (some e-mails can be lost, some software are hard to open, and I cannot print out  all the papers a


    Je veux soumettre un projet de mémoire ou de thèse . Que dois je faire ?
     Je voudrais d'abord dire que j'accueille rarement des projets de thèse de candidats avec lesquels je n'ai pas eu l'occasion d'avoir des contacts antérieurs, essentiellement parce qu'ils ont suivi mes séminaires, ou parce qu'ils ont ont discuté mes travaux. Un travail de thèse est une collaboration  intellectuelle, pas une prestation de service.

      Envoyez moi d'abord un court CV, pour que je puisse savoir quelles sont vos études antérieures.
Pour une thèse, il faut écrire un projet, de 5 pages minimum.  Le projet doit expliquer pourquoi le sujet choisi vous semble important en général et
dans le contexte particulier du domaine choisi, et pourquoi il vous semble important de l 'examiner sous un nouvel angle. Pour cela il faut 
1. donner un état de la question en décrivant le problème posé, et la manière dont la littérature antérieure a cherché à le résoudre.
2.Expliquer pourquoi les examens antérieurs de la question vous semblent insatisfaisants,défectueux , critiquables
3. Esquisser,sous forme argumentée ( et non pas simplement sous forme de plan,même si un projet de plan est utile) la nature de votre approche, et pourquoi elle vous semble  faire un progrès par rapport aux traitements antérieurs .

Bref il faut une expositio , une pars destruens , et une pars construens . Ces divisions devront se retrouver plus ou moins dans la thèse ( mémoire)

Par exemple , un projet sur Raisons  et causes en philosophie de l'action  devra rappeler les grandes lignes des analyses classiques ( Aristote, Hume, Kant) ,des traitements contemporains  (d 'Anscombe à Davidson ),  envisager les analyses les plus récentes ( par exemple Alvarez 2011), et donner l'esquisse de votre argument .

Un mémoire peut être une introduction à une problématique. Il n 'a pas besoin de proposer une thèse originale ( même si cela ne fait pas de mal d 'en avoir une), mais une thèse ne peut pas être une simple compilation de la littérature. Dans une thèse, il faut proposer une ou des thèses, et les défendre contre les objections pressenties.  Bref,une thèse doit avoir des thèses.

  For directives about the doctoral school in EHESS, see

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/diplomes/doctorat/
http://www.ehess.fr/fr/enseignement/diplomes/doctorat/

Conseils et directives de style

J'ai peu à ajouter sur le fond à d'autres listes de conseils que l'on peut trouver sur les bons sites d' enseignement, comme celui du département de philosophie de l 'Université de Genève (http://www.unige.ch/lettres/philo/cours.html). L'essentiel est d'être clair, de donner des raisons de ce que l'on avance, et ne pas se contenter d'affirmer simplement ce que l'on énonce. Il faut aussi que l'on puisse sentir dans un essai qu'il y a une tentative pour montrer quelque chose, et des arguments en faveur de quelque chose comme une thèse. On n'y parvient pas toujours, et on peut très bien écrire quelquefois un essai qui se limite à émettre des difficultés sur une position, mais l'essentiel est d'essayer de fournir un argument. Il est aussi très important d'avoir, sur le problème ou le texte que l'on examine, une perspective critique. Il est important d'exposer les thèses que l'on examine, et dans une explication la structure de l'argument du texte examiné, mais il faut aussi essayer de proposer des objections ou de prendre un recul par rapport à ce que l'on lit.


Pour rédiger une bibliographie ou citer ses sources, voir le guide pour citer des sources édité par le site responsable.unige.ch (le site de déontologie de l'Unige édité par Michelle Bergadaà.

Les conseils de rédaction de Jim Pryor (New York University) sont également fort utiles et clairs. (en anglais)

J'ai moi-même écrit un article sur lesquestions pédagogiques relatives à l'argumentation en philosophie, à sa nécessité, et quant à l'exercice scolaire qu'on appelle la « dissertation », mais que je préfère appeler l'essai.

Voyez aussi les aimables conseils du professeur Victor Eriatlov, professeur émérite à l'Université de Caen, jadis parus dans le Bulletin du département de philosophie en 1996 ( voir ci-dessous textes en pdf, "L'ingénu disserte")

Les recommandations qui suivent portent donc essentiellement sur la forme et sur des points pratiques.


Bibliographie 

   La misère des bibliothèques françaises fait que souvent il est difficile aux étudiants de trouver les livres pertinents pour bien des sujets de philosophie,
 (mais ce n'est pas propre à la philosophie analytique).  Cependant en cherchant sur plusieurs bibliothèques, on peut parvenir à trouver souvent:

   - la BNF  François Mitterrand
   - la bibliothèque de la Sorbonne
  - la bibliothèque de Beaubourg
  - la bibliothèque de l'Institut Jean Nicod
  - la bibliothèque de l'ENS rue d'Ulm
 

  mais pour certaines il faut une lettre d'introduction.
  Renseignez vous aussi sur les bibliothèques qui disposent de plateformes comme Biblio SHS, Oxford Scholarship online , Jstor et autres plateformes internet
  comme Springer, qui permettent l'accès à beaucoup de revues.

  Une autre solution consiste à aller faire un petit voyage à Londres ou Oxford, voire dans des villes où la misère bibliesque est moindre qu'en France.

    Notez cependant qu'un grand nombre de chercheurs ( comme le présent auteur) mettent les textes sous forme de drafts sur leurs sites inernet . Pour citer il faut cependant citer les pages de la publication originale, et PAS LES PAGES INTERNET. Bref il faut un peu de fatigue.
 
     Le professeur donne bien entendu un certain nombre d'indications bibliographiques d base à l'étudiant.  Mais celui-ci ne doit pas oublier que c'est à lui de
 composer sa bibliographie, et que cette recherche, qui implique de ne pas simplement se contenter de naviguer sur internet et d'aller en bibliothèque, fait partie du travail personnel demandé.

Plagiat, pillage et copiage

Cette rubrique ne devrait pas exister, et tout ce qui suit est trivial,mais on doit déplorer de plus en plus des cas de plagiat.

Il est tout à fait naturel d'aller sur le net chercher des informations. Mais il faut se méfier beaucoup de certaines sources, comme Wikipédia, qui sont très souvent bourrées d'erreurs. Utilisez plutôt des encyclopédies fiables comme la Stanford Encyclopedia of Philosophy ou l'Internet Encyclopedia of Philosophy (toutes deux en anglais).

Et il est aussi très tentant de faire des copier-coller à partir du net. Si vous êtes vraiment trop tentés d'en faire, sachez que cela se repère aisément en philosophie et qu'il y a des logiciels très utiles comme compilatio.net, et d'excellents sites dénonçant le plagiat, comme responsable.unige.ch, de ma collègue Michèle Bergadaa (HEC Genève). Et n'oubliez pas que les professeurs aussi savent chercher des documents sur internet, et savent plagier aussi ( et donc reconnaître les plagiats de leurs collègues et étudiants ). 

Bien souvent le plagiat est involontaire, et vient du fait que les étudiants ne connaissent pas les règles de citation et de de bibliographie.

Il n'y a pas de mal à utiliser des écrits d'autrui, et de les discuter. Mais à condition de les citer, en donnant les références exactes. La paraphrase est permise, à condition aussi de dire ce que l'on paraphrase, et que le travail ne soit pas exclusivement une paraphrase.

voyez , outre le site cité plus haut, pour les règles de citation, deux sites trouvés au hasard :

http://www.integrite.umontreal.ca/pratiques/sources.html

http://urfist.u-strasbg.fr/infosphere/sciences_humaines/module7/evaciter2.html


   Aux débutants en philosophie

   Enfin, il arrive souvent que l'on aborde la philosophie après d'autres études, ou qu'on soit un débutant complet. Les conseils de Taine à un jeune étudiant en 1894 restent valables:  n'étudiez qu'un auteur majeur au départ, et ne cherchez pas à en maîtriser plusieurs. Sa liste est un peu datée, cependant. A la place de "Condillac"vous pouvez mettre "Dretske", mais à part cela sa liste reste très bonne. Voir fichiers ci-dessous

Ċ
Pascal Engel,
30 oct. 2013 à 10:45
ą
Pascal Engel,
8 mai 2016 à 18:24
ą
Pascal Engel,
8 mai 2016 à 18:24
Comments