LA PROGRAMMATION NEURO-LINGUISTIQUE (P.N.L.)

John Grinder et Richard Bandler

Les théoriciens de la P.N.L., John Grinder, linguiste et Richard Bandler, mathématicien, ont basé leurs études en partie sur l'observation de Milton Ericskon.

De nos jours, une troisième génération de chercheurs et praticiens tels Robert Dilts ou Anthony Robbins, continuent de développer cette science en la rendant encore plus pointue et adaptée à tous les schémas de vie, relationnelle, professionnelle et destinée à améliorer tous les processus d'apprentissage.

Le but premier de ces deux chercheurs était de mettre en place une communication plus simple et plus juste afin d'améliorer les rapports humains et d’éviter les conflits.

Par extension, cette méthode, appelée aussi « manipulation mentale », dans le sens humaniste et bienveillant de la chose, a également été utilisée depuis les années 80 jusqu'à aujourd'hui comme technique de vente ou de communication dans l'entreprise.

La P.N.L., avec une communication très proche de l'hypnose se veut plus joueuse, plus « ludique », avec des protocoles vivants, animés, participatifs et donc en interaction entre le praticien, le sujet et son environnement.

Le travail en P.N.L. est basé sur le programme de fonctionnement de la personne.

Exemple : une personne souhaite modifier un état dans lequel elle se trouve à un moment donné par un autre, la P.N.L. va l'aider à déconstruire son programme non désiré et à en construire un autre.

Ex : Vue d'une araignée = Réaction de panique, nausée...

On casse le programme puis redirection vers un objection définit par le sujet:

Vue d'une araignée = Réaction neutre ou de curiosité ...

Un des principaux avantages de la méthode P.N.L. est la capacité qu'a le sujet à retrouver lui-même, en dehors de la séance, les protocoles pour se replonger dans une forme d'introspection et peaufiner certains objectifs. Les séances deviennent alors des outils acquis et à la disposition des clients.