Incipit : commanditaires et possesseurs


Le Livre d'heures


Livre de prières à l'usage des fidèles depuis le XIIIe siècle, le livre d'heures est le fruit de transformations et de recompositions de différents livres liturgiques destinées à offrir aux laïcs un support écrit pour leurs dévotions personnelles. Les contemporains ne parlent d'ailleurs pas de livres d'heures mais simplement d'Heures (Horae en latin), terme qui fait référence aux heures canoniales, temps de prières fixés par les canons ecclésiastiques à certaines heures du jour et de la nuit. L'évolution des pratiques dévotionnelles conduisit à la récitation de prières et d'offices supplémentaires, dédiés notamment à la Vierge Marie, aux saints ou aux défunts, qui vinrent compléter le bréviaire. Progressivement, la forme du livre d'heures s'est mise en place au cours du XIIIe siècle, avant de s'imposer au XIVe siècle comme le livre de prières à l'usage des fidèles. Les Heures de la sainte Vierge, qui n'étaient au départ qu'un des offices complémentaires tirés du bréviaire, finissent par constituer le cœur de ce recueil au point que les livres d'heures prennent volontiers, l'appellation abusive d'Horae Beatae Mariae Virginis. Pourtant, le livre d'heures offre une grande variété de textes tirés de la liturgie...

Michaël Bloche et Emmanuel Lacam
Bibliothèque André-Desguine

Il ne me semble guère utile de souligner ici l'importance du livre d'heures au Moyen Âge. D'autres l'ont fait, certains avec beaucoup de talent. Notre seul but consiste à présenter dans ces pages un corpus de manuscrits dont on a pu identifier les premiers possesseurs voir les commanditaires. Nous avons du nous restreindre au domaine français, pour une période allant jusque vers 1550, et en nous limitant exclusivement aux livres d'heures stricto sensu.

Cette base, loin d'être encore complète, est régulièrement approvisionnée. Merci donc à ceux qui pourraient nous signaler d'autres manuscrits susceptibles d'y prendre place. De même, commentaires, remarques et corrections sont vivement attendues ...

 



















 







Heures d'Etienne Chevalier 
© Chantilly, Musée Condé, 71